TAG

12 vérités totalement inutiles sur moi

Cet idée d’article a été honteuse piqué à Une mummy (je vous conseille d’aller le sien par ici). Voici 12 vérités sur moi qui ne servent à rien à part nourrir mon égocentrisme et votre curiosité.

 

Je ne suis jamais montée sur un deux-roues motorisé

 

J’ai grandi en milieu rural. Autant te dire que dans un patelin de moins de 2 000 habitants il y’a 15 ans de ça, il n’y avait absolument RIEN à faire. Notre seul salut un bus toutes les deux heures pour rejoindre la grande ville. Youououou ! Ou alors sinon tu pouvais demander à tes parents de te trimballer partout, mais à 16 ans, tes parents ils te déposent surtout à 500m du lycée et pas plus près.

Pourtant, je ne suis jamais montée sur un scooter, moyen de locomotion le plus en vogue chez les ados du cru. Même pas sur un vélo électrique, c’est dire. Ce n’était pas par peur mais plutôt par manque d’occasions aucun de mes amis n’ayant de scooter. La bande des intellos qui restaient chez eux à geeker en ADSL 512 ko et jouer les cruels et féroces caïds dans la section BD de la minuscule bibliothèque locale.

Aujourd’hui, du fait de ce manque d’expérience personnelle et des crises cardiaques causées par la vue de la conduite des motards parisiens sur le périph, il y’a à peu près autant de chance que je monte sur une moto de que de me voir un jour exposer fièrement mon cuissot bien charnu chez les Dindes de France Miss France.

 

 

 

 

Je m’endors tous les soirs avec des vidéos d’ASMR dans les oreilles

 

De quoi elle nous parle elle ? ASMR ? C’est un truc sorti de 50 shades of Grey ce machin là ?

Eh non Paulette. Désolée de te décevoir, ce n’est aujourd’hui que tu me verras sortir le masque en cuir et le fouet.  L’ASMR est une abréviation anglophone de Autonomous Sensory Meridian Response, en clair une sensation de détente extrême, accompagnées parfois de fourmillements très agréables et relaxants partout dans le corps. Cette sensation est déclenchée par stimulis auditifs et/ou visuels (tapoter un objet, entendre les bruits de ciseaux chez le coiffeur, voir une personne avoir des mouvements lents et amples etc). Dis comme ça, ça fait bizarre, je te l’accorde. A ma connaissance seules certaines personnes (élite ou minorité mal fichue de la cervelle, je te laisse choisir) peuvent le ressentir.

 

Dans mon cas, c’est un mon remède “médecine douce” pour lutter contre l’insomnie.

 

Effet placebo ? Peut être. Nous n’avons pas encore assez de données scientifiques sérieuses sur la question. Mais, ça me permet, comme à de nombreuses personnes, de diminuer ma consommation de somnifères, et ça ne peut être que bénéfique !
Youtube compte très nombreuses chaînes proposant des vidéos d’ASMR. L’image et le son sont extrêmement travaillés, on a faire à des professionnels. Néanmoins, je vous préviens, il faut avoir l’esprit ouvert pour ne pas avoir un effet cringe devant un mec qui masse les oreilles d’un mannequin en plastoc/micro avec des petites pieuvres en gel. Voici quelques exemples de mes vidéos favorites ici, ici, ici, ou encore .

 

Comment résister à un chat trop mignon

 

 

Je suis dotée un mamelon surnuméraire

Un troisième sein si tu préfères. Allez je te mets une photo de google parce que je suis sympa. C’est certes une photo de nichons, mais c’est pour la science.

 

 

Il ne sert absolument à rien sauf à me faire mal car il est directement en dessous de l’armature de mon brave soutien-gorge. Il est en temps normal recouvert par mon sein qui LUI est à sa place et donc il n’est pas très visible. Genre mon corps compense mon manque absolu de féminité. Ce qui est assez ironique car j’ai hérité ce trait de … mon père.

Cette information ne te sert absolument à rien, mais fallait le titre avant de cliquer sur l’article hein.

 

 

 

Je suis passionnée par la médecine

 

Peut être que c’est la fréquentation intensive du corps médical qui déteint sur moi, mais depuis quelques années, je me suis prise de passion pour la médecine. Comprendre notre machinerie intérieure et ses éventuels dysfonctionnements, je peux y passer des heures et des heures. Lorsqu’on est atteint de pathologies chroniques, je pense que pouvoir comprendre vraiment ce qui nous arrive nous permet de mieux accepter les conséquences au quotidien, peut être de regagner un certain contrôle sur ce qui nous arrive. Je trouve qu’il y’a également un regard presque sociologique lorsqu’on compare les techniques médicales et les protocoles en place aux structures de notre société actuelle.

Grâce à la beauté d’internet, j’ai pu suivre un MOOC (cours en ligne) de physiologie pour m’apprendre les basics du fonctionnement normal du corps humain. La chaîne crash course propose aussi des vidéos éducatives d’introduction à l’anatomie (en anglais mais sous-titrées en français). Bref, j’ai commencé à potasser à mon humble niveau. Et puis sans que je m’en rende compte, j’ai commencé à sonder les recoins des publications médicales accessibles gratuitement en ligne. Pour moi c’est devenu addictif. Il m’en faut toujours plus, toujours plus …

Et maintenant je regarde avec un œil mi-curieux mi-avide mes proches en essayant désespérément de leur trouver une quelconque pathologie dont je maîtrise les contours afin de me gargariser gaiement de mon titre de Dr House autodidacte. Tout à fait sérieusement, une fois j’ai contribué à sauver la jambe de Mr G de la gangrène car il n’avait pas pu voir un médecin rapidement en différenciant les signes d’une cellulite (nan pas celle sur tes cuisses, la maladie) d’une poussée d’eczéma dont il est coutumier, et en lui administrant de l’amoxicilline qu’il restait dans notre placard. Le médecin lui a prescrit les mêmes médicaments que ceux que je lui avais donné (Mr G avait oublié de lui parler des fabuleux talents médicaux de sa femmes). 

Merde, je me vante pas, je booste ma confiance en moi.

Petite note: je sais l’automédication saymal. Mais nous habitons dans un coin où il faut 3 jours pour avoir un RDV avec un médecin généraliste. Il y’en a des médecins, plein, mais qui ne prennent aucun nouveau patient. Alors parfois, on est obligés d’improviser pour ne pas trop souffrir et/ou que le mal ne s’aggrave pas trop.

J’ai très sérieusement pensé à me lancer dans des études de médecine, mais je n’ai ni les fonds, ni le temps nécessaire. 

 

Je suis donc juste une grande curieuse un peu éclairée, et c’est bien pratique pour discuter avec le corps médical ! #controlfreak

 

 

 

J’ai une peur panique des pigeons

Genre je change de trottoir lorsque j’en vois un, quitte à faire un détour de 300 m. Je peux rester bloquée 15 minutes le temps que le volatile quitte les lieux si je ne peux passer par un autre chemin.

Très pratique à Paris.

Je suis hyper superstitieuse

 

Ouai je sais, ça ne va pas trop avec le côté cartésien. Mais quand je vois que quelque chose marche, je continue sur ma lancée. Pour toutes mes grossesses qui ont abouti à un bébé, j’ai porté exactement la même tenue, du pull aux chaussettes à chaque RDV gynéco. Je me souviens avoir galéré autant que Maitre Gims avec la richesse de la langue lorsque j’ai du rentrer mon ventre de 12 SA hébergeant deux bébés dans mon jean habituel qui était déjà plutôt serré à la base.

Le gynéco devait certainement penser que je n’avais qu’une seule tenue dans ma garde-robe.

 

 

 

 

Je ne supporte pas de regarder un film ou une série doublée

 

Je suis une intégriste de la version originale. Je veux voir uniquement le jeu des acteurs, même si c’est dans un obscur dialecte du Turkménistan de l’ouest. De toute manière, si le film est tourné dans une langue que je comprends, lorsque je regarde la VF, je lis le texte original sur les lèvres des acteurs et/ou la traduction se fait automatiquement dans ma tête.

Attention, je ne remets pas en cause le travail des doubleurs. Mais il y’a des blagues, des petites références, des intonations, des effets de rythme, qui ne peuvent être traduits. J’ai la chance de pouvoir suivre un film en anglais, français, allemand ou en espagnol. Ca me laisse tout de même un large choix. Ouai ouai je me la joue coq qui braille tout fier sur son tas de fumier, et j’assume madame !

 

 

Même enfant, je ne supportais pas les dessins animés de chez Disney

 

Mais boréal pourquoi est-ce qu’ils s’arrêtent toutes les 5 secondes pour chanter dans le vent ? Moi je veux voir la suite de l’histoire !! Que disait à 5 ans. Autant te dire que tu ne m’as jamais vu fredonner “je voudrais déjà être roi“. Je ne dis pas que les films Disney sont mauvais, loin de là. Esthétiquement et du point de vue de la BO ils sont très bien faits. Mais je n’ai jamais accroché. Même en les regardant adulte, avec un autre oeil donc, les chansons qui durent 20 plombes m’irritent toujours autant.

La Workingutti de 5 ans a également rit devant la mort du Muphasa alors que tous les autres gamins sortaient les mouchoirs. Voilà  #psychopathieinfantile

 

 

 

Je suis absolument incapable de me mettre du vernis à ongle

 

 

Par contre sur le reste de la main, y’a pas de problème.

 

Pendant mon adolescence, je battais 99% des mecs au bras de fer

 

A 15 ans en boite de nuit, il y’a les jeunes filles toutes maquillées qui attendent fébrilement d’être invitées sur le dancefloor par Dylan le-mec-trop-beau-de-la-3eB. J’ai comme la vague impression que cette phrase ne parler pas forcément aux plus jeunes de mes lectrices … Et moi à 15 ans, j’étais installée sur une table au fond près de la porte à dézinguer le flot constant des jeunes hommes qui venaient challenger ce phénomène de foire qu’était une fille presque imbattable en bras de fer.  Et boréal j’étais bonne ! Seul un boxeur de la catégorie la plus lourde m’a résisté.

Et têtue comme je suis, en essayant de le battre, je me suis blessée, une belle grosse tendinite. Ma fugace carrière était terminée et je pouvais retourner dans mon rôle d’ado intello mal dans sa peau.

 

 

 

 

Je suis totalement incapable de danser même si ma vie en dépendait

 

Cause ou conséquence du point précédent ? Je déteste danser, vraiment, et donc je ne bouge jamais mon imposant fessier un quelconque enchaînement de notes de musiques.  Je n’ai aucune coordination, je n’ai aucune idée de ce que peut être joli, et je crains que mon entourage commence à me mettre en PLS croyant à un début de crise d’épilepsie.

En plus je déteste la musique qui passe en boite de nuit, je déteste ce monde où le fun est obligatoire, où on doit toujours paraître être au top, où il ne faut pas “se prendre au sérieux” et donc éteindre toute forme de connexion dans ta boite crânienne,  cet endroit où tout est basé sur l’apparence, où rien n’est vrai (comme instagramm).

Je suis allée une fois en boite de nuit, j’ai tenu … 20 minutes. Je suis sortie et je suis allée taper la discut avec un gars de 50 ans qui traînait en face dans la rue. Je vous rassure rien de malsain, le monsieur était …. rabbin !

 

 

J’ai des goûts culinaires extrêmement bizarres

 

Je vais simplement te donner la recette de mon sandwich préféré

Prendre deux tranches de pain de campagne
Sur la première, étaler de la gelée de groseilles
Sur la seconde, du coulis de tomates puis du fromage ail et fines herbes
Ajouter entre les deux une tranche de jambon de poulet et une tranche de gouda
Sur la tranche de gouda, déposer des olives avec un petit peu de chutney si on est gourmand.

 

 

Sinon j’aime bien aussi prendre une tartine de nutella avec un bout de pain frotté aux oignions.

 

Bon appétit

 

 

 

18 Comments

  1. Ha ha, j’ai adoré te lire! Je partage avec toi l’aversion depuis toujours des interminables chansons Disney (frustrant car j’aime le reste des films), une inaptitude totale à danser et un grand intérêt pour le domaine médical. Les pigeons, ma pauvre, presque aussi handicapant que les mollusques !

    1. Je déteste les mollusques aussi ;). Ca fait du bien de voir que je ne suis pas la seule personne de genre féminin à ne pas savoir danser !

  2. J’ai bien ri en te lisant. Tu partages tes goûts culinaires avec mes deux aînés qui font des associations spéciales sur leur tartine au petit-déjeuner. Disney, je n’ai jamais aimé non plus. Moi, ce n’était pas les chansons mais je trouvais ça trop cucul ! Aujourd’hui, je refuse toute illustration Disney sur les vêtements de mes enfants… sauf la Reine des Neiges dont ma cadette est totalement fan.
    Les pigeons, je m’en moque mais quand j’étais petite, j’avais peur des limaces. J’ai grandi à la campagne, dans un village de 300 habitants… autant dire que j’ai croisé beaucoup de limaces. Le pire, celle qui était rentrée dans ma botte et que j’ai sentie /écrasée. Beurk !

    1. Je t’avoue que j’ai beaucoup de mal avec Disney aussi, surtout le côté princesse. Je trouve tout ça tellement genré … Sauf pour les derniers où il y’a de gros efforts de faits. Arghh les limaces, je déteste ça aussi !

  3. Même si c’est des choses futiles, c’est sympa à lire ^^. Ca permet de mieux de connaître. J’ai bien rigoler pour tes goûts culinaires. Pour Disney, tu le sais déjà, je ne suis pas non plus très fan notamment les chansons qui sont parfois vraiment pas top moumoutte (bon par contre Libérer, Délivrer est sans doute une exception à la règle!). Tu m’as bien fait rire avec ton histoire de bras de fer, c’est énorme, une belle anecdote à raconter à tes enfants ^^.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *