Grossesse

{22 SA} L’échographie du 2e trimestre

Au début je ne savais pas vraiment si ça valait vraiment le coup de te faire un article entier la dessus. Après tout, il y’a juste un gars qui va me mettre un gel bleuté glacé sur le gras du bide, poser sa sonde et admirer les tréfonds de mon utérus pour examiner le fœtus qui s’y trouve. Et puis, il y’a cette petite voix dans ma tête qui me dit que ce serait peut être la dernière échographie obstétricale de ma vie étant donné que Aliénor pourra être sortie manu militari à peu près à tout moment après 28 SA, et que nous opterons à l’issue de cette grossesse pour une contraception définitive. Fallait bien que je grave cet instant dans le marbre de l’écriture, les échographies sont des moments forts de chaque grossesse. aussi parce que je stresse à mort comme avant toutes mes échographies.

Avant de passer au récit de l’échographie en elle-même,
j’avais envie de te parler un peu de mon état d’esprit actuel
concernant cette grossesse.

 

 

Pour beaucoup de couples, les échographies sont des moments de découvertes, de rencontre avec bébé.
Pour moi, ce sont surtout des examens médicaux qui visent à chercher une malformation cataclysmique
qui brisera toutes nos projections en petits morceaux.

 

 

Si tu es actuellement enceinte je te conseille tout à fait sincèrement et sérieusement de sauter cette partie et d’aller directement lire notre récit d’heureux futurs parents un peu neuneu à la sortie du cabinet. Ca va juste te faire stresser à mort, pour rien, et le stress est beaucoup trop contagieux. Pis en plus tu peux même pas utiliser de gel hydroalcoolique pour ne pas le chopper.

 

 

Depuis le début de la grossesse je suis devenue
une pro des statistiques et probabilités en tout genre.

Et en plus, vu que j’ai que ça à faire, j’ai largement le temps d’apprendre

 

 

Je sais combien de naissances/an sont concernées par un spina bifida, une malformation dont la fréquence est majorée par la prise d’anti-épileptiques pendant la grossesse. Nan je ne te donnerais pas le chiffre J’ai commencé à éplucher les rapports des centres pluridisciplinaires de diagnostic prénatal afin de connaître le nombre d’IMG en France ainsi que leur répartition par causes. Nan je te donnerais pas le lien. Même en étant complètement tarée et inapte socialement, je vois que là c’est un peu too much niveau partage.

 

 

 

 


Compte tenu du fait que j’ai déjà passé une échographie morphologique précoce à 17 SA, que la seule possibilité dans mon cas serait un syndrome malformatif, mon risque de subir une IMG est théoriquement de 0.2%. Mais ce chiffre est à relativiser, car dans les statistiques publiées, la plupart des femmes n’ont pas bénéficié de l’échographie des 17 SA et donc on découvre à 22 SA des malformations qui auraient pu être vues auparavant. Si je tiens compte de ce que m’a dit l’échographiste (apparemment THE échographiste de référence dans le tout Paris), les seules malformations possibles seraient des anomalies de développement du corps calleux qui ne sont pas mortelles, et dont le pronostic peut être très bon car une partie de la population vit avec sans même le savoir.

Statistiquement c’est très improbable … tout comme le fait de tomber enceinte alors qu’on est en ménopause précoce. Je t’ai déjà dit que je me méfiais beaucoup des choses trop belles pour être vraies. En général, elles le sont.

 

 

Je me prépare au maximum à une mauvaise nouvelle.
Ca en devient presque du conditionnement morbide en fait.

 

 

 

 

Je reste toujours sur la réserve. En même temps, tu peux pas totalement m’en vouloir non plus vu comment la grossesse a commencé, sans oublier qu’elle est risquée au point que l’IMG pour raison maternelle ait été évoquée. Même si aujourd’hui les médecins ont l’air de s’être calmés du string , sans que ce soit toutefois le pied non plus.

 

Ma sage-femme me dit que je ne me projette pas assez dans cette grossesse.

 

 

 

 

Non mais je t’explique Mariette ….

 

On est pas encore à 24 SA, date à laquelle Port Royal tente une réanimation
Tant qu’on est pas sortis de la grande prématurité, soit dans 10 semaines, son pronostic vital est engagé
Si mon utérus fait crac alors que je suis peinard dans mon plumard, elle a un risque d’y passer

 

 

Bref, on est surs de rien jusqu’à la fin

Parlons en d’ailleurs de la fin version heureuse.

 

On sait que cette grossesse va se terminer précocement et brutalement, avec un séjour en néonat, au mieux, à la clé. Donc excuse-moi de ne pas vraiment avoir envie de me plonger dans de tels moments de délicieuse découverte mutuelle lorsque je sais que je vais certainement être séparée de ma fille pendant de très longues heures et que la rencontre risque de se faire avec en guest star des branchements version bioman et en fond sonore des joyeux bips bips d’appareils de monitorage divers. Déjà que mes rencontres avec mes bébés n’ont pas été faciles, cette fois-ci mon impression d’être dans un récit de science fiction ne sera pas totalement infondée.

 

 

Quel beau bébé

 

 

Bien sur je devrais être beaucoup plus positive et profiter de cette
période merveilleuse (??) car c’est un moment unique
que je ne pourrais pas revivre.
(Tant mieux !!)

 

 

Dans l’absolu oui. Mais je ne peux pas non plus être hermétique à tout ce qui se passe autour de moi. Il faudrait vraiment être dans le déni le plus total pour qu’il en soit autrement. Genre tu crois ton fils de 3 ans lorsqu’il te promet la bouche en cœur, que plus jamais il ne tapera son frère pour toujours.  L’alitement, les douleurs me rappellent à chaque instant combien ce que nous avons est fragile. Donc oui, clairement, le lien ne se fabrique pas encore.

Bon, je ne voulais pas écrire de trucs aussi glauques, sorry. Ce n’est pas vraiment ce que j’avais en tête lorsque j’ai commencé ce brouillon. Mais finalement, je me dis que ce n’est pas plus mal de montrer ce côté moche des grossesses à hauts risques.

 

 

 

 

Bon maintenant, je vais passer au récit de cette échographie T2 en elle-même.

 

Promis, là, ça devient dégoulinant de bonheur.

 

Le cabinet est dans les beaux quartiers de Paris. Comme à chaque fois je fangirl à mort devant les boutiques spécialisées en littérature juridique (team Dalloz, coeur coeur paillettes). Je passe devant la fac de droit de la  Sorbonne, et je re-bavouille devant un des plus prestigieux temples du savoir juridique. Manquerait plus qu’un magasin Séphora où je pourrais faire trembler ma mastercard sur l’autel de Make up Forever et Urban Decay et je serais transportée dans un autre monde.

 

Comme d’habitude, on est arrivés un peu en avance pour aller faire un tour au
jardin du Luxembourg tout proche.

 

C’est une sorte de petit rituel pré-échographie. J’admire les toits de Paris, la tour Montparnasse à gauche, la tour Eiffel à droite, le Panthéon derrière, et l’infarctus venir droit devant si j’ose poser un regard sur les vitrines des agences immobilières.

Oui je sais c’est pas trop alitement friendly, mais que veux-tu je suis extrêmement superstitieuse. J’en profite pour balancer tout mon stress sur le pauvre Mr G. Jusqu’à ce que je tombe les fesses la première sur le gravillon, probablement sous l’effet d’une tension pas au top. Je pose mes fesses sur un banc gracieusement financé par  nos impôts le Sénat. Je me remets doucement de mes émotions et m’excuse auprès de Mr G. Lorsque le monsieur en face de nous commence à imiter le chat en regardant les jardiniers puis passe sur un répertoire des animaux de la jungle, je décrète qu’il est temps pour nous de partir.

Direction le discret cabinet. Je croise la gentille collègue de notre échographiste qui a procédé à notre première échographie pour Isaac et Yoann. Nous sommes les prochains. Avec THE doc, on attend jamais très longtemps. Le couple d’avant nous sort. Je joue à mon jeu préféré: a quel terme elle en est la dame ? Est-ce que j’ai un plus gros bidou que le sien si on ne compte pas mon gras ?

 

Nous entrons dans la salle et mise en place dans les confortables fauteuils.
J’aime quand on va directement à l’essentiel.

Je te jure que j’exagère à peine niveau confort

 

L’échographiste passe tout son petit corps en revue. Il est du genre à réfléchir à haute voix et moi j’aime bien ça. On va du bas vers le haut.

Elle a des pieds qui me paraissent immenses. En même temps Mr G fait du 47 et je fais du 42, ça m’étonnerait donc qu’elle fasse du 35 plus tard.

Elle a un fémur dans la norme.

C’est toujours une fille. Mr G confie à l’échographiste qu’il n’est pas sur de savoir trop bien comment faire avec une fille étant donné qu’il n’y a que des garçons dans la famille. L’échographiste lui répond qu’il a été exactement dans le même cas que lui. Finalement, après de grosses angoisses, il en est venu à la conclusion que pour un nouveau-né ça ne faisait pas des masses de différence en fait.

Elle a un gros périmètre abdominal. Traduction: autant de gras du bide que ses deux parents.

Les poumons, le coeur tout ça, nickel. Autant de cavités, d’aortes, de flux et de crosses que nécessaire.

Idem pour les mains. Bon j’ai pas vu toutes les phalanges mais je lui fais confiance.

Et puis on arrive au cerveau. THE truc qui me fait peur étant donné l’état du mien avec l’épilepsie, les migraines avec aura et l’hypophyse qui a décidé d’être aussi active qu’un sénateur en fin de carrière pendant les débats parlementaires. Quelle ingrate, elle a quand même bien profité des bancs hein ! Niveau cérébral, il n’a pas mis longtemps à regarder. TOUT VA BIEN.

 

 

 

 

Elle est en parfaite santé notre petite Aliénor.
Elle pèse 536 g à 22 SA+2, elle est donc au 70e percentile.

L’hypertension ne semble pas l’avoir trop affectée.
Mais on reste vigilent et il faudra refaire un point à 28 SA,
lors de l’échographie de vérification de l’isthmocèle en fait.

 

A la sortie de ce rendez-vous fort agréable, Mr G m’a emmenée me remplumer étant donné que j’ai perdu 2 kg depuis le mois dernier. Je suis donc à … -2 kg  depuis le début de la grossesse alors que j’entame bientôt mon 6e mois. Tranquille. Alors que je ne fiche rien et que mon péché mignon c’est les sandwichs fromage/gelée de groseilles.

 

Prochaines étapes:

07 mars: RDV à la maternité pour orientation pour péter les genoux aux troubles du comportement alimentaire
12 mars: RDV de suivi gynéco mensuel
02 avril: échographie de l’isthmocèle pour savoir quoi qu’on fait pour la date d’accouchement

Et boréal c’est loiiiinnn. Trop loin cette dernière échographie. Je veux et j’exige de savoir. Ou tout du moins d’avoir plusieurs hypothèses. Genre si ça pue au niveau de la cicatrice on fait quoi. Si c’est trankil posaayy on va jusqu’où ?

 

Parce que je suis gentille, en première mondiale, unique représentation,
je vais publier sur ce blog une vraie photo de mes enfants.
De ma petite fille en l’occurrence

 

 

 

 

Tadaaa. Pas mal en termes de netteté d’image pour une obèse à la paroi abdominale importante hein. Ne jamais juger une paroi avant de l’avoir échographiée.

 

J’allais vous dire que c’est encore le clone de Mr G. Mais en y regardant de plus près, elle a quand même un peu mon nez, surtout le bas du nez. Et puis ma lèvre supérieure un peu large (mais trop fine à mon gout). Et mes yeux qui tombent.
Sur mes 3 enfants, 2 sont des clones de leur père, 1 de ma mère. Aurais-je enfin un enfant qui me ressemble un peu ?

 

PS: cet article a été écrit quasi d’un trait. Il est certainement pas au top du coup.

15 Comments

  1. J’admire ton honnêteté à dire ce que tu ressens réellement durant cette grossesse. Et je suis sincèrement heureuse de savoir que ton bébé grandit bien. Courage pour les semaines à venir.

  2. Oh petite chatte ! trop choupi 🙂
    je comprends ta technique de non-investissement, que faire d’autre quand on a si peur que tout s’arrête ? En même temps je suis sûre qu’Aliénor sent tout l’amour que tu as pour elle et qui dégouline sur ton blog comme de la confiture de fraises (rose, à paillettes 😉 )

  3. Incroyable comme on voit bien votre fille sur cette échographie !
    Je suis contente de lire que tout s’est bien passé ! Ça a du vous rassurer. Je comprends que c’est un combat du quotidien le fait de mener cette grossesse dans les meilleures conditions possibles mais cette échographie est une belle victoire !
    En tous cas, repose toi bien. Et je vous souhaite encore plein de beaux moments comme celui la pour le reste de ta grossesse <3

    1. Oui l’échographie a fait énormément de progrès ! L’année dernière les images 3D ne rendaient pas aussi bine. Ou alors est-ce que c’est l’effet médecin responsable du centre de référence ? Mais en tout cas ça aide à se projeter un peu dans l’avenir

  4. C’est fou, je ne suis donc pas la seule à éplucher les statistiques morbides pendant la grossesse !
    22sa tu as déjà fait un bon bout de chemin avec cette petite puce ! Je suis heureuse de lire que cette écho s’est très bien passée 🙂 On va croiser les doigts bien fort pour que ta cicatrice tienne le coup et que tu gardes cette princesse au chaud le plus longtemps possible !

    1. Ah ça fait du bien de voir que je ne suis pas seule (même si c’est mal tout ça tout ça).

      J’espère que ça va tenir le plus longtemps possible aussi. On croise les doigts et on tente de respirer

  5. Je n’ai jamais eu confiance en la suite avant l’écho du 2ème trimestre, alors que je n’ai aucun facteur de risque particulier. Ma fausse couche, les interruptions de grossesse autour de moi, tout ça m’a rendu très méfiante. Alors, je veux bien croire que tu n’arrives pas à te projeter vu ton histoire. En tout cas, voilà d’excellentes nouvelles. Quelle émotion de voir ce visage de tout petit bébé (ET, non mais non, elle est déjà belle comme un amour…).
    Je serre les fesses à chacun de tes billets, et le 2 avril en effet, que c’est loin !!! Plein de courage pour les prochaines semaines !

    1. Autour de soi on entend toujours des histoires tragiques c’est clair. Certaines femmes arrivent à les occulter et à rester dans la positif. Tant mieux pour elles, je les envie !

  6. Je comprends que tu aies des difficultés à t’investir dans cette grossesse, c’est humain de tenter de se protéger. Mais il faut aussi être positif et se dire que tout ira pour le mieux car le moral est important dans ces moments là ! Je te trouve vraiment courageuse, malgré ton stresse et ton immobilisation tu réussis toujours à mettre des notes d’humour dans tes billets et c’est génial ! Plein de courageuse, tu y es presque !

    1. Justement je suis en train d’essayer de rédiger un billet sur les points positifs de cette dernière grossesse :). Et je crois les doigts, je vais le publier une fois que la petite sera viable (plus qu’une semaine !!). Merci en tout cas 🙂

  7. J’ai l’impression de vivre une partie de ta grossesse avec toi! Je suis si contente quand tu nous donnes de tes nouvelles. 22 SA, c’est déjà un sacré bout de chemin! J’espère que tu pourras encore en faire une petite dizaine!! Et je comprends bien que tu n’ailles pas si sereinement que ça aux échos, je suis un peu du même genre…

    1. C’est bien je me sens moins seule pour cette appréhension des échos ;). Je vois beaucoup de femmes qui y vont comme à un RDV de retrouvailles joyeuses. Et c’est top c’est sur. Mais je crois que toutes les fausses couches et les grossesses pathologiques m’ont pris cette innocence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *