Grossesse

{27 SA} Pré-eclampsie, épuisement et cuisine médicale personnelle

Si tu me suis sur Instagram, tu es déjà plus ou moins au courant de mes derniers déboires. Vendredi dernier, je me suis rendue à la maternité car j’avais de la gratouille partout sur le corps et ça a fini en un diagnostic de pré-éclampsie bien fourbe. Mais, du reste, Aliénor a des formes et est en super forme (#calembourpourri). Sans aller sur le terrain médical, en tant que patiente un chtouille éclairée et très beaucoup stressée, je trouve le prise en charge de mon cas personnel un peu élaboré au doigt mouille, uniquement dicté par l’urgence. C’est pas du tout source d’angoisse hein. Je ne sais pas si c’est cet enchaînement de claques psychologiques, le fait d’avancer dans le flou, ou si c’est juste le fait d’atteindre bientôt le 3e trimestre avec 3 enfants en bas âge, mais là je commence à atteindre la limite de mes réserves physiques et mentales.

 

Depuis quelques jours, ça me démange de partout. Il y’a deux ans, j’aurais déjà été en train de brûler mon matelas étant donné mes contacts fréquents avec des patients atteints de la gale. En vieille routarde des complications de la grossesse qui puent, ça a fait tilt dans ma tête: tiens ça ressemble à ma dernière cholestase gravidique, une complication potentiellement dangereuse pour bébé surtout.

 

 

Je traîne donc mes fesses aux urgences de la maternité.

 

 

Pipi dans le pot à l’arrivée tout ça, tout ça.

Sans surprise  je me pointe avec 157/90 aux urgences. Ouai c’est bon, t’emballes pas cocotte, je sais que j’ai de l’hypertension gravidique. Mais l’infirmière fait encore plus la moue à la sortie de la bandelette urinaire: le taux de protéines est un peu élevé. Tiens, on va continuer à se remémorer le bon vieux temps, ça me rappelle la fin de grossesse des twins ça …

 

 

Pré-éclampsie, youpi !!!

 

 

 

 

 

Branles-bas de combat, mais avec une sage-femme rassurante et qui met tout de suite à l’aise. Je retrouve l’interne qui m’a prise en charge lors de cette funeste journée où j’ai cru que j’allais perdre ma fille. Elle se souvient très bien de moi. Apparemment, je suis un cas rare et marquant (ne vous inquiétez pas, dès que je serai refroidie, j’ai prévu de donner mon corps à la science), mais aussi “une patiente adorable“.

 

 

 

Monito, écho.
La dame Aliénor se porte bien.

Ce n’est surprenant.
Elle sait que Rocky était un des films préféré de sa maman
et fayotte déjà version montée des escaliers en mode warrior

 

 

 

Cette petite a aussi hérité de la gourmandise  de l’intelligence remarquable de sa génitrice, elle a déjà compris qu’il fallait faire des réserves, l’expulsion avec concours de la force publique lui pendant au nez à tout instant. A 26 SA+3, j’héberge ainsi un bébé de 1kg115 dans mon bidon. Soit un bébé déjà macrosome, comme ses frères.

Au prix d’une négociation qui m’aurait valu les honneurs à Camp David,  j’évite l’hospitalisation sous condition de revenir le lendemain et de leur ramener le gros pot de pipi des 12h (paye ton glamour dans le RER). Tout ça sans garantie qu’on ne me garde pas le lendemain, mais je prends quand même.

Je vous laisse imaginer la nuit que j’ai passé, me voyant séparée de mes fils de longues semaines, laissant Mr G se dépatouiller avec un boulot à plein temps et trois enfants de moins de 4 ans, dont un qui refuse obstinément de marcher en présence de ses parents. J’avoue que l’idée de devoir faire subir à ma fille un début de vie version grand prématuré m’a aussi effleurée l’esprit.

 

 

 

 

 

 

 

Tu te doutes bien que si je n’ai commencé cet article d’un joyeux et pétillant “je vous écris depuis mon lit d’hôpital“,
c’est que les bilans du lendemain étaient suffisamment pas trop mauvais pour me laisser rentrer sous auto-surveillance stricte
par prise de tension, et attention particulière aux autres symptômes classiques de la pré-éclampsie.

 

 

Toutefois, je leur ai fait par d’un petit problème technique

 

En ce qui concerne les symptômes de la pré-éclampsie: ayant plusieurs problèmes neurologiques, j’ai des maux de tête et des mouches lumineuses devant les yeux en permanence. Et comment je fais la différence entre une crise d’épilepsie et une crise d’éclampsie ? En gros, je risque de passer à côté des signes d’aggravation du schmilblick.

En ce qui concerne une potentielle rupture utérine et/ou un début d’hématome rétro-placentaire qui pourrait résulter de la pré-éclampsie: si je saigne, je dois me taper un certain temps de trajet pour aller à la maternité. J’en ai pour facile 1h dans des conditions optimales. Si j’appelle les pompiers, je me retrouve dans une maternité de niveau 2A qui ne connaît pas mon dossier, dossier 100% papier rédigé de la main du professeur, dont je n’ai par conséquent aucune copie.
Juste pour un petit saignement, sans preuves des complications de cette grossesse, je risque de poiroter aux urgences de la maternité de proximité …  avec les conséquences, potentiellement dramatiques, qui peuvent nous péter à la tronche.

Mais lorsque j’évoque tout ça, le médecin ne m’écoute pas et se trouve particulièrement affairé à faire autre chose. Idem lorsque je lui parle de mes grosses douleurs à la cicatrice.

 

 

 

 

 

 

Jusqu’à la fin de ma grossesse, il me 2 échos
2 RDV de suivi gynéco chez le Pr Speedy Gonzales (8 minutes top chrono prise des constantes et questions bateau incluses),
et un RDV chez l’anesthésiste à 37 SA (lolilol).

 

Bon ok, le rendez-vous du 2 avril avec l’échographiste peut tout faire basculer, mais s’il me dit que “tout va bien madame la marquise“, on fait quoi ? On serre les fesses jusqu’à 35 SA, date du prochain RDV sauf grosse urgence ?

 

Comment on passe de “Madame il faut faire une IMG“,
Madame vous êtes un cas demandons à la moitié du service de venir assister aux échos de contrôle de votre utérus“,
Madame vous commencez à faire une pré-éclampsie, c’est tôt dans la grossesse donc ce n’est pas forcément de bon pronostic

 

à

 

On verra, on fera en fonction de l’évolution des symptômes

Traduction: on attend que le bibendum autour de l’utérus ramène fissa son imposant séant
si ça commence à puer, sinon on se prend pas la tête.
C’est pas comme si la vie de la maman et du bébé pouvait dépendre d’une prise en charge rapide hein

 

 

 

 

 

Sérieux les mecs, toute cette angoisse depuis DES MOIS
pour CA !!!!!!
Pour un OSEF généralisé ?


Pour un suivi que j’aurais pu faire avec une sage-femme à 10 minutes de chez moi
Sauf que là c’est à une heure de RER dans une usine à bébés
où je dois scanner mon code barre à l’entrée au lieu de donner mon nom !!!!

 

 

 

Mon formatage Mes apprentissages sciencespo-esque m’ont donné une pulsion irrépressible
de lancer une petite opération de benchmarking des prises en charges des parturientes dans un cas similaire

 

Résultat: Je suis un peu la seule à être lâchée toute seule dans la nature

Suite aux conseils de ma sage-femme, je vais adopter la stratégie dite du forcing:
me rendre aux urgences tous les 10 jours environs afin de faire procéder aux contrôles nécessaires.

 

 

 

 

 

 

Ou comment tu dois te dépatouiller pour organiser et forcer les structures à te permettre d’avoir un suivi convenable.

 

Je commence à avoir bien les galouis de ne pas m’être inscrite dans la super maternité où j’ai accouché de Samuel. Allez je lâche des noms vu qu’en plus elle n’est pas à côté de chez moi., la maternité de Rambouillet. Une petite maternité à taille humaine où on est pas un numéro. D’ailleurs j’ai pris un RDV juste au cas où …. Pour ne pas avoir de regrets. Je les ai eu au téléphone. Bon ils étaient pas chauds pour me suivre au début de la grossesse, mais si à 33/34SA tout va bien, là c’est négociable. La gentille secrétaire m’a direct filé RDV avec le médecin qui m’a suivi pour ma dernière grossesse #jevousaime. De toute façon, je n’ai pas l’impression qu’à Port Royal, toute maternité de niveau III qu’ils soient, ils soient assez à l’écoute en cas de problème neurologique pour moi et/ou de symptômes pouvant indiquer un syndrome de sevrage pour ma fille pour que les mesures nécessaires soient prises. La seule plus-value résiderait dans la prise en charge de la prématurité de famille.

 

 


Du coup RDV le 9 avril à Rambouillet… quelques heures après le prochain RDV avec le Pr Speedy Gonzales.
Au moins, je saurais à ce moment là s’il décide de ne rien faire avant 35 SA …
Pour une césarienne d’un bébé à terme ou presque, je me pose vraiment la question de l’intérêt d’une maternité de niveau III
Oui il y’a mes pathologies, mais si je suis autant écoutée pour mon épilepsie que pour le reste …

Et pour à Rambouillet papa peut venir quand il veut, il peut même rester dormir
Les conditions de césarienne sont vraiment très humaines
Si papa ne peut pas rester, ils pourront prendre bébé la première nuit post-op
Ils connaissent mes antécédents de dépression du post-partum et sont aux petits soins
Et je suis sure de pouvoir rentrer à J+2 si je le souhaite.

 

 

 

 

En tout cas, je suis vraiment fatiguée physiquement et psychologiquement

Je peux faire avance rapide et arriver à dans 4 mois ?

13 Comments

  1. Hello ma belle
    Ma belle sœur a accouché à Rambouillet et elle aussi est fan… On va donc croiser les doigts pour que tu puisses y finir sereinement le suivi de ta grossesse. Miss Alienor a l’air de comprendre beaucoup de choses et elle va rester sagement au chaud…
    Bravo en tout cas pour toutes ces étapes de franchies. Je comprends totalement que ce soit compliqué, parfois on se demande pourquoi les spécialistes n’ont pas plus d’empathie…. Mais au final vous tenez bon toutes les deux et ta miss soit continuer encore quelques semaines à faire des galipettes sans toucher les parois…
    Sinon, pour info moi quand j’ai été transférée enceinte de mes deux minis pour urgence vitale de la maternité ou tu as eu tes aînés à Mignot, le SMUR avait validé avec le central au vue du stade (32+3) que c’était Mignot (niv II) et non Beckler (niv III). Ils orientent selon le stade de grossesse. Au final les minis étaient partis à Possiy niv III aussi.
    Gros bisous, bonne continuation et sois fière de vous… Avec trois petits bonhommes à la maison et les problèmes rencontrés, tu es toujours chez toi😉 et +1 avec le conseil de la SG pour le suivi

    1. C’est vraiment dommage que les minis n’aient pas pu rester à Mignot … Mais d’après ce que j’ai compris, parfois ils font aussi en fonction des places disponibles. C’est ma grande peur, car je crains de ne pouvoir aller les voir si le service de néonat n’est pas accessible en transports en commun … Et là je serais dépendante de mon conjoint.

      Rambouillet commence à se faire une bonne réputation de maternité respectueuse maintenant. Ils attirent vraiment pas mal de monde. On habitait pas à côté au moment de la naissance de Samuel, et les voisins de chambre venait pourtant de pas loin de chez moi ….

  2. Oh la la… Mais j’en reviens pas quand je lis ton article… Je pense que ta sage femme est de bons conseils ! La bonne vieille du stratégie du forcing !!!
    J’imagine comme ça doit être compliqué nerveusement (et physiquement) à gérer… J’espère que ces 4 derniers mois vont être plus doux pour toi.
    Bon courage en tous cas !
    Je te soutiens par la pensée !
    A bientôt,
    Charlotte.

    1. Merci beaucoup Charlotte.

      Pour le moment on arrive à gérer, mais je me fendrai d’un joli courrier à l’ARS une fois tout ça terminé. Pas par esprit de revanche, mais juste pour leur faire remonter les situations de terrain.

  3. Ton article rejoint mon dernier… Les hôpitaux aujourd’hui, ils ne s’intéressent à toi que si tu as déjà un pied dans la tombe, sinon, hein, on n’a pas le temps! C’est quand même un comble que dans une situation telle que la tienne, ce soit à TOI de forcer un suivi régulier! Ca me met les nerfs tout ça… Tu as bien fait de recontacter ta petite maternité à taille humaine. Je te souhaite qu’Aliénor tienne suffisamment pour pouvoir naître là-bas!

    1. Je souhaite de tout coeur que ce soit le cas 🙂 ! Les hôpitaux sont devenus des structures inhumaines … à la mesure du quotidien qu’on impose aux professionnels qui y travaillent. Rhaa j’aimerais tellement en dire plus, mais devoir de réserve tout ça tout ça …

  4. Honnêtement, je suis choquée par le suivi plutôt léger que tu as et le peu de temps que prend le médecin pour parler avec toi et vérifier l’avancement de la grossesse. J’espère que tu vas pouvoir aller à Rambouillet. Je croise les doigts.

    1. C’est très léger en effet, surtout pour des actes qui pourraient être réalisés sans problème par une sage-femme (mis à part l’hypertension, mais pour moi ça ne justifie pas forcément de voir un gynéco tous les mois si tout va bien). Et une sage-femme serait beaucoup plus à l’écoute.

  5. Pfff quelle prise en charge catastrophique ! Je vais partager ton article sur Facebook (je sais j’ai un peu de retard en ce moment) parce que c’st quand même dingue ce qui t’arrive ! Je pense qu’il faut que ça se sache ! En attendant d’être dans 4 mois je t’envoie plein de pensée positives. Je t’embrasse, courage !
    A.

    1. Merci pour le partage :). Après la grossesse, je pense que je vais m’amuser à en parler aux copines qui bossent à l’ARS …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *