Grossesse

{29 SA} Infidélité médicale, suspense et humanité

Il est temps de vous faire une confession, je suis infidèle … régulièrement ! Oui, depuis longtemps, je vais voir ailleurs si l’herbe est plus verte … Là-bas, dans d’autres cabinets médicaux. Je pratique sans honte l’infidélité médicale. Et vu le manque d’humanité et de suivi dans la maternité qui avait jusque là suivi cette grossesse, j’attendais avec impatience ce rendez-vous “second avis” dans la génialissme maternité où j’avais accouché de Samuel. Une petite maternité à taille humaine où vous n’avez même pas d’étiquettes mais un nom, des consultations de suivi de plus de 5 minutes, et des interactions avec des entités de type humaines de votre arrivée dans le bâtiment jusqu’à votre sortie. Et vous allez le voir, niveau différence de prise en charge, on est au niveau de la séparation des continents durant les jeunes années de notre planète bleue.

Mon rendez-vous à Port Royal

 

 

Pour être tout à fait honnête, je n’en attendais pas grand chose. J’ai bien compris le mode de fonctionnement de cette maternité: on est un gros centre de référence, ils sont au top pour gérer les cas très complexes (totalement vrai). L’idée est très claire: venez quand la situation va devenir vraiment critique et on va gérer l’urgence. Si votre grossesse est normale et/ou présente des complications qui ne nécessitent pas une intervention immédiate pour éviter votre passage d’arme à gauche et/ou celui de votre bébé …. mouarf … j’peux pas j’ai poney d’intérieur.

 

 

Comme d’habituuuudeuuh (non, non, ne me remerciez pas de vous avoir mis cette chanson dans la tête),
le RDV a été extrêmement rapide.

 

 

A croire que le monsieur il avait une place VIP pour prendre le thé avec John Lennon juste après.

Étant donné que je n’ai pas trop posé de questions (#blasée), j’ai même eu le droit d’entendre le coeur du bébé pendant 5 secondes. Genre ouai, elle est encore vivante.

 

 

 

Staying Alive

 

 

 

Vous êtes venue 2 fois aux urgences depuis le mois dernier?
 Si je décode bien avec le ton: vous z’avez que ça à faire de venir nous servir de poil à gratter ?

 

 

Oui tu sais, la fois où on a détecté des protéines dans les urines et où l’interne et la sage-femme trouvait que ça puait du boudin.

Ah .. ok,surtout ne me répond pas lorsque je te signale cette information.

 

 

 

On passe à la mesure de la tension

 

On est en gros sur du 142/85 au repos. C’est cohérent avec ce que je constate à la maison.

 

 

Pour le gynéco: no problemo mi amigo.

 

Heu … c’est pas un chtouille au-dessus de la norme ? Avant on arrivait à peu près à maîtriser le 747, mais plus on avance, moins les commandes répondent. S’tu veux j’ai pas envie de faire un atterrissage d’urgence au bloc opératoire. Faudrait peut être anticiper et se préparer (et préparer ma passagère) à un éventuel impact non ? Surtout que je suis seulement à 29 SA, la grande prématurité tout ça tout ça, des petits trucs quoi.
En clair: augmenter un petit peu mon traitement pour l’hypertension, et, si ça commence vraiment à sentir le cramé, envisager éventuellement peut-être une cure de corticoïdes.

 

 

 

Pas le temps de me répondre, c’est l’heure du toucher du col.

 

 

 

 

 

8 minutes chrono max la consultation on a dit ! Un col parfait. Oh yeah, ça c’est une bonne nouvelle, et donc je prends.

 

 

 

 

Ensuite, vient mon récital tragique habituel.
A grand renfort de trémolos dans la voix je lui parle de mes douleurs,
insomniantes tout de même,
à l’endroit de ma fameuse cicatrice très open.

 

 

 

Je lui explique que je ne vais jamais tenir jusqu’à 38 SA comme ça. Les douleurs s’intensifient avec la croissance de l’utérus, le suscité étant plutôt contractile. Il faut aussi garder en tête que madame Aliénor est macrosome, digne héritière de ses frères. A 38 SA, elle est estimée à … 3.7 kg environ. Comme Samuel au même stade.

 

 

Il me lance un vague “prenez du paracétamol“.
Si je décode avec le ton et le débit de parole c’est plutôt “je m’en fiche et tu m’emm*rde“.
Il n’a même pas relevé lorsque je lui ai dit que j’étais obligée parfois de me shooter à la codéine pour me lever le matin sans hurler devant les enfants
Parce que le matin, à certains moments de la journée si je bouge mal/trop vite, le soir, j’ai aussi mal que si j’avais eu une césarienne la semaine dernière

 

De toute manière l’échographie de la cicatrice montre qu’elle n’est pas ouverte
en deux donc tout va bien.

 

 

 

Tu m’en vois rassurée, je ne me balade pas avec un organe ouvert dans le ventre. Que demander de plus ?

 

 

 

 

 

Il insiste sur le fait qu’il faille absolument aller jusqu’à 38 SA, sous peine d’envoyer ma fille
dans les enfers en néonat,
avec des complications éventuelles importantes etc.

 

Si je décode au vu du ton et du regard paternaliste:

 

Inconsciente, comment oses-tu te plaindre !
Mère indigne !
T’as voulu pondre un 4e mouflet faut assumer !
OSEF de tes bobos, fais ce que je te dis et serres les dents
La grossesse de toute manière ça fait mal.

 

 

 

 

 

J’ai peur de passer pour une mère égoïste, mais tant pis je me lance. Oui j’ai mal, certes. Ca obscurcit mon jugement très clairement.

Mais j’ai peur qu’à trop vouloir et jouer à ce qui ressemble fort à une roulette russe étant donné qu’on a de grandes chances de gagner mais un faible risque de tout perdre, qu’on prenne le risque d’une rupture utérine ou d’une pré-éclampsie sévère, qui là imposerait autre chose que quelques jours de néonat. On pourrait arriver au résultat bébé et maman en réa. L’été sera chaud dans les couloirs non climatisés de l’hôpital. Prends ton maillot, mais ce sera pour des sueurs froides.

 

 

 

Niveau suivi

 

On se revoit à 35 SA madame pour une visite de suivi au drive et une écho avec des potos pour mater. N’oubliez pas votre écho T3 (où le gars ne regarde pas la cicatrice car il reconnaît que ce n’est pas exactement son domaine). Allez, à tchao bonsoir.

 

 

Bon … ça vaut le coup de faire 2h de transports aller-retour hein !

 

 

Je ne veux pas dénigrer le travail fait par les équipes de cette maternité. C’est un centre de référence avec des compétences de pointes et qui sont à même de prendre en charge des grossesses très compliquées et difficiles. Mais, dans cette maternité-usine, ils n’ont pas le temps de prendre le temps pour des cas moins sévères.

 

 

Mon suivi là bas n’est rien de plus qu’un suivi très classique.
J’ai BEAUCOUP de mal à voir en quoi un suivi et un accouchement dans cette maternité sont pertinents dans mon cas.

Quelle expertise, qui ne peut pas être apportée dans une maternité de niveau II classique, peuvent-ils apporter dans mon cas, qui n’est pas non plus des plus critiques ?

 

 

Cela est d’autant plus visible alors qu’on avance dans la grossesse et qu’on va s’éloigner du spectre de la grande prématurité. Même le gynéco de Port Royal juge ce risque très faible étant donné que je ne le revois pas avant la sortie de la dite grande prématurité et qu’aucun suivi particulier n’est mis en place jusque là. J’en déduis que le risque n’est significativement plus grand que pour une grossesse classique.

 

 

 

 

Mon rendez-vous à la maternité de Rambouillet

 

 

 

La maternité a changé de politique il y’a quelques années déjà, et une véritable réflexion a été menée pour respecter la physiologie et accompagner au mieux les familles dans cette naissance, y compris par césarienne.

 

J’ai revu le gynéco qui m’avait suivi pendant ma dernière grossesse. Ce n’est pas monsieur sourire, mais au il est aimable et posé.

 

 

Il n’est pas de ces praticiens qui vous regardent de haut, vous vil manant, ignorant de l’aaaaart médical.


Comme si la médecine n’était pas une science, mais une espèce de parole divine qui ne pouvait être comprise que par des personnes adoubées
et investie d’un pouvoir surnaturel, leur permettant de comprendre cette liturgie sacrée et mystérieuse.


Ce médecin vous écoute et ne vous interrompt pas.
Il dialogue avec vous, tient compte de ce qui sort de votre bouche pour prendre une décision.

 

 

 

Il regarde mon dossier médical, note tous mes antécédents.

 

 

Lorsque je lui parle de mon insthmocèle, les traits de son visage laissent à penser
que sa chaise s’est soudainement transformée
en un instrument de torture moyen-âgeux.

 

 

 

 

 

Il me dit qu’en effet la cicatrice aurait du être réparée avant toute grossesse blablabla. JE SAIS. Mais il comprend aussi que cette grossesse n’était pas vraiment prévue étant donné qu’elle tient, elle, du miracle divin. On en reste là et on se concentre sur le problème en cours.

 

 

Il grimace aussi lorsque je lui parle de mon hypertension.

 

 

Lorsqu’il me la prend, elle est normale. Est-ce un signe pour me faire comprendre que je me sens bien entre ces murs ? Ou alors tout simplement que le brassard n’est vraiment adapté ?

 

 

 

Ma situation n’a rien d’alarmante à court terme.
Mon cas n’est pas une grande urgence ou d’une extrême complication.
Cependant, il est crucial d’anticiper pour éviter qu’il ne le devienne
.

 

 

 

Aussi, il convient de prendre le moins de risques possibles, notamment au niveau d’une rupture utérine. Je ne suis pas à côté d’une maternité, et il faudrait agir vite en cas de soucis, plus vite que les conditions logistiques ne le permettent. Il faut absolument éviter les contractions de fin de grossesse qui pourraient fragiliser cette cicatrice sans qu’on s’en aperçoive, d’où la nécessité d’éviter selon lui d’aller au-delà de 37 SA. Mes douleurs sont là dessus un indicateur précieux (et j’ai le droit de les soulager, par tout moyen, y compris la codéine). La tension ne joue pas non plus en ma faveur et complique la soupe.

 

Non … Non … je … je … je n’ose pas y croire. Mesdames et messieurs, la logique est dans la place ce soir ce matin !
Et attendez … je n’ose pas en croire mes oreilles …. le truc autour de l’utérus …. c’est … une personne … que dis-je !

Une patiente qu’on doit aussi prendre en compte

 

 

 

 

 

MAIS MAIS MAIS c’est pas drôle s’il n’y a pas de cliffhanger haletant dans cet article
Avoir une période de sérénité dans cette grossesse ? Elle y pense pas le bibendum aux hormones

Mon dossier doit être examiné en staff pour être surs que la complexité de mon cas permette d’accoucher dans cette maternité
(demandez à Port Royal ils vont vous dire qu’il est d’un ennui mortel),
et si oui, de définir les modalités de suivi et de césarienne.
Nope j’arrive toujours pas à dire accouchement.

 

Ca je l’ai compris uniquement mercredi matin en parlant avec le personnel médical de la maternité au téléphone. 

 

 

 

 

 

Le staff c’était mercredi. Et mercredi on me dit qu’on doit passer mon dossier dans un staff en début de semaine prochaine avec encore plus de blouses blanches pour se gratter le coin de la tête sur mon pédigrée . Je déteste quand je juge sursoie à statuer dans ma vie pro, et voilà que ça me poursuit ironiquement dans ma vie perso.

 

 

 

Si j’ai le feu vert, le gynéco souhaiterait organiser un suivi rapproché pour qu’on se rende compte tout de suite si mon corps décide de faillir ….

 

… ce qui serait aussi étonnant qu’une révolte bruyante de mes 2 troizans à l’idée d’un shampooinage dans les règles de l’art.

 

Il souhaite qu’une SF libérale vienne me faire coucou toutes les semaines pour un monitoring et une prise de la tension. Je dois réaliser tous les mois une analyse d’urine sur 24h et des prises de sang pour vérifier le bon fonctionnement de mon foie (antécédent de cholestase gravidique tout ça tout ça), ainsi que mes plaquettes. Si la tension monte trop au dessus de 140/90, on va réaliser ces analyses plus souvent.

Je le reverrais le mois prochain sauf complications. Mais il a bien insisté sur le fait que je ne devais pas hésiter à venir aux urgences, qu’ils étaient là pour ça. Mieux vaut venir pour rien que de passer à côté de quelque chose.

 

 

 

J’ai pu également lui parler de mes inquiétudes concernant le suivi d’Aliénor après sa naissance
afin de ne pas passer à côté d’un éventuel syndrome de sevrage. 

 

 

 

 

C’est là ma seule réserve pour changer de crémerie, je ne veux pas que mon bébé (notes au passage les efforts faits pour positiver sur l’issue de cette grossesse) pâtisse de mon choix “de confort”. Je ne remets pas en cause les compétences de l’équipe, je sais juste que les équipes de Rambouillet ne sont pas forcément hyper habituées à ce genre de situation.  Le gynéco m’a indiqué qu’il n’était pas compétent dans le domaine et que c’était au pédiatre de se prononcer. Cet aspect devrait aussi être discuté en staff.

Petite note: le gynéco PROPOSE un examen du col mais ne l’impose pas. Pas besoin de se déshabiller entièrement donc. Ca change du RDV du matin à Port Royal où la prise de plusieurs tensions se fait la triade d’orifices à l’air, les pieds dans les étriers.

 

 

 

J’ai bien conscience que la petite taille de la maternité fait qu’il est possible à Rambouillet de prendre vraiment le temps pour chaque cas.
Cela est impossible dans une plus grosse maternité.

 

 

Bref, je suis en apnée jusqu’à mardi/mercredi prochain

Wish me luck

16 Comments

  1. Je suis franchement soulagée de voir que ton cas est pris avec le sérieux nécessaire à Rambouillet. Je ne suis pas surprise de ces différences d’une structure à l’autre. Dans ma cambrousse, ma maternité de secteur est l’usine à bébés régionale: 2500 naissances par an, maternité de niveau 3. J’entends beaucoup de patientes se plaindre de choses similaires à toi: prise en charge par dessus la jambe, manque de sérieux et même simplement d’humanite des équipes. Une amie proche a fait deux fc compliquées d’affilée et si tu savais comment ils ont traité son cas…(c’est mon avant-dernier article protégé, si tu veux le mdp je te lenvoie ). C’est lamentable et je vivrais mal un suivi là-bas. Du coup, je fais 40 km au lieu de 25 mais je suis suivie dans un hôpital bien plus humain: 750 accouchements par an, maternité simple de niveau 1. Alors oui, faut faire partie des vip à grossesse non patho pour y être mais je profite de ma chance! Les rdv de suivi ont tendance à être rapides mais c’est sérieux: dès que la Bête n’a pas suivi l’évolution normale d’un bébé de son stade, boum, arrêt, suivi renforcé, aucun risque. Là même si numérobis ne présente aucun souci, mes 88 km quotidiens font grimacer alors ils comptent bien m’arreter à ma prochaine consultation, le 30. Aucune prise de risque, on fait gaffe. Et ça me va!

    1. Beaucoup de femmes acceptent de faire pas mal de km pour avoir une maternité plus humaine. Ce sont souvent des maternités de niveau 1 … à qui on reproche de ne pas faire assez d’accouchements. A terme, tout le monde devra se rendre dans ces usines à bébés, qui n’auront pas assez de personnel et pas assez de place (les murs ne sont pas extensibles) pour accueillir tout le monde dans de bonnes conditions. Il ne faut pas s’étonner après que de plus en plus de femmes choisissent d’accoucher à domicile, parfois sans personnel médical (les fameux ANA) …

  2. J’espère sincèrement que le staff validera ce projet ! Tu as l’air d’avoir vraiment accrochée avec ce professionnel et avec l’idée d’accoucher là bas. (Oui, oui, accoucher 😉 ) !
    Je t’envoies plein de bonnes ondes !!
    Tiens nous au courant quand tu auras eu la réponse !
    En attendant, profite bien de ton anniversaire demain 😉
    A bientôt,
    Charlotte.

    1. Je suis tellement en retard que maintenant j’ai même ma réponse XD. Mais oui, ce médecin est vraiment super. Il prend en charge les cas les plus compliqués de la mater.

  3. J’espère sincèrement que l’hôpital de Rambouillet pourra vous prendre en charge ! Ce que je ne comprends pas c’est pourquoi une maternité comme Port Royal ne prend pas uniquement des cas compliqués, ce qui leur permettrait de proposer un suivi de qualité ? J’a énormément de connaissances qui ont des grossesses sans complication mais souhaitent tout de même aller dans une maternité de niveau 1, au cas ou… et bien franchement je ne comprends pas qu’on leur en donne le droit !

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait d’orienter uniquement les cas complexes dans les maternités de niveau 3. Mais malheureusement la politique actuelle est plutôt de fermer les petites maternités et de tout regrouper dans des usines à bébés. Le devoir de réserve ne me permet pas de donner plus de détails, mais je ne suis pas sure que la qualité de la prise en charge de l’usager soit vraiment la priorité en ce moment ..

  4. franchement, au delà de la grandeur des maternité, je vois vraiment partout des professionnels qui nous traitent comme des ventres sur pattes (et l’inverse existe aussi bien heureusement hein). lors de ma première grossesse, je me suis laissée faire, n’osant pas changer de praticien lorsque c’est arrivé, mais pour la deuxième je compte bien ne pas faire la même erreur

    1. Je crois qu’on est pas mal à avoir eu la même réaction lors de notre première grossesse. Tout est nouveau alors on ne sait pas exactement comment naviguer.

  5. Oh là là ! Je croise pour toi alors… C’est essentiel d’être accompagnée par des professionnels qui nous écoutent. Je trouve ça génial que tu aies trouvé l’énergie d’aller chercher ailleurs, ce qui n’est pas forcément évident !

    Toutes mes pensées !

  6. Bonsoir, j’espère pour toi que la maternité de Rambouillet va t’accepter. Pour info , la maternité de l’hôpital Béclère a Clamart à beau être grande et de niveau 3 le suivi y est très humain même dans l’urgence . J’y ai accouché en 2016 en urgence par césarienne et tout m’a été expliqué et fait avec mon accord malgré la rapidité dans laquelle il fallait agir. J’ai du rester hospitaliser 3 semaines suite à des complications de cicatrice et à part une sage femme que je n’ai pas apprécié mon suivi et celui de ma fille née grande prématurée ce sont très bien passés. Ayant également des grossesses à risque je suis suivie la bas pour ma troisième grossesse qui est en cours (19SA) et tout le personnel est toujours bienveillant et prévenant . Les rvs avec la gynécologue qui me suit durent le temps nécessaire , elle répond à toutes mes questions et me prends au sérieux et à part les echos qui sont nombreuses pour mon suivi et qui sont faites avec bienveillance ( même endovaginales car mesure du col souvent nécessaire ) je n’ai pas eu d’examen intrusif car cela n’etait pas nécessaire ( pas de toucher vaginal , pas de palpation du ventre , etc. … ) on peut faire un projet de naissance . Les locaux sont anciens mais un étage de la maternité vient d’etre refait (chambres et douches individuelles ). Le plus compliqué dans cette maternité c’est l’accessibilité . Juste pour dire que toutes les maternités de niveau 3 ne sont pas inhumaines.
    Bon courage pour la fin de ta grossesse et surtout beaucoup de bonheur 🙂

    1. J’avais entendu pas mal de bien de Béclère côté prise en charge humaine. Malheureusement, depuis chez moi c’est très difficilement accessible en transports en commun (la joie des trajets banlieue-banlieue dans un système en étoile).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *