Grossesse / Grossesse et Post-partum

{34 SA} Col qui trolle, ça va mieux, et allaitement (again !)

J-18 avant l’arrivée d’Aliénor parmi nous, J-18 avant qu’on m’ouvre le bide en deux. On commence doucement à réaliser qu’après toutes ces péripéties, elle va finalement réussir à rejoindre notre famille pour vrai. Mon dernier article “point grossesse” a été assez cathartique et pas mal gloomy. Il a été une manière de poser les choses, de me rendre compte que j’étais au fond de la piscine, mais que je devais trouver une solution pour trouver l’énergie de donner ce petit coup de pied pour amorcer la remontée. Et vous savez quoi ? On commence à voir la surface.

J’ai compris que je devais faire taire mon côté “control freak de l’extrême”
qui me bouffait de l’intérieur

 

Je ne me suis jamais vraiment sentie en sécurité où que ce soit.
J’ai appris qu’il me fallait avoir le contrôle pour me rassurer 

 

Très jeune, j’ai compris que la famille dans laquelle je grandissais était différente des autres. Je vivais avec des parents plus âgés que ceux de mes camarades, plus fragiles donc. En outre, ils avaient bien du mal à s’imposer face à ma grand-mère qui vivait avec nous, et faisait bien souvent de notre vie un enfer. A sa décharge, elle avait clairement de GROS problèmes psy, et sur la fin, Alzheimer. Mes parents ne faisaient clairement pas la loi sous notre toit, ils accusaient juste les coups, jouait son jeu pour essayer de rendre le quotidien moins pénible. Qui allait remettre les choses dans l’ordre sinon moi ? J’ai vite rejeté toute forme d’autorité extérieure, que j’estimais forcément toxique et infondée, et j’ai compris que mon rôle était de protéger ceux que j’aime des difficultés de la vie.

Plus tard, j’ai reproduit ce schéma dans mes relations amicales, puis dans ma relation avec Mr G. Peu importe la manière, je dois protéger les autres. J’ai développé cette espèce de syndrome du sauveur: je dois protéger les autres des trucs pas cool, montrer toujours un visage rassurant quitte à étouffer mes propres peurs et ma propre peine. A force, j’ai pris la grosse tête, vilainement. Je me suis mise à penser que j’étais plus forte que tout le monde, que de toute manière personne ne savait gérer, sauf moi. Par conséquent, j’étais forcément fondée à faire TOUT ce que je voulais, car j’étais plus apte à décider qu’eux. C’est aussi faux que gratifiant et destructeur.

J’ai compris qu’il allait falloir que je lâche du lest, et vite. Les seules personnes que je dois protéger intensément sont mes enfants. Les autres sont des adultes responsables parfaitement capables de mener leurs vies, de gérer leurs émotions comme leurs erreurs. Nous sommes des égaux.

 

 

 

 

Nous avons beaucoup parlé avec Mr G, qui lui aussi, a terriblement besoin qu’on le reconnaisse dans son rôle de père, de conjoint soutenant.
Je lui ai parlé de tout ce que j’avais ressenti depuis le début de cette grossesse, je ne lui ai plus caché ma peur ces dernières semaines.
J’ai engagé un vrai dialogue sur un pied d’égalité, et plus seulement une écoute attentive.
Lui comme moi sommes enfin terriblement soulagés.

 

 

Plusieurs sujets ont été abordés:

 

 

 

 

Je lui ai dit qu’après une grossesse au vécu aussi difficile, j’avais bien le droit de vouloir donner mon lait à mon enfant
Bien sur, dans les conditions énoncées par le lactarium (mixte en 1/2 maximum), bien sur en étant très attentifs aux signes d’effets secondaires délétères
J’avais le droit au moins à CE truc là étant donné que j’ai du renoncer à tout le reste

 

 

Je lui ai dit que je n’arrivais pas à lâcher ça. Que c’était ma dernière chance. Que je ne voyais pas pourquoi on ne tenterait pas alors que le corps médical nous a proposé une solution très sécuritaire (même si non dénuée de risques). Que moi-même je ne savais pas si ça allait durer 2 jours, 2 semaines ou 2 mois mais que je voulais enfin savoir.

 

 

Nous sommes arrivés à un compromis: je fais ce que je veux de mon corps, mon esprit en a assez bavé et j’ai le droit de tenter.
MAIS, son avis a lui n’a pas changé, il n’est toujours pas chaud, donc il me soutiendra pas dans cette entreprise.

 

 

Je me démerde. Vous allez me dire que c’est vraiment pas cool de sa part. Moi je trouve juste que c’est hyper honnête, et qu’il est fidèle à ses convictions. Ce sont deux qualités que j’admire énormément chez lui, je ne vais donc pas me plaindre juste quand ça ne va pas dans mon sens. Sinon, il ne les aurait pas ces qualités le monsieur. Mr G a parié sur le fait que je ne tiendrai pas plus de 48 heures. Pari tenu Mr G ;).

Ouai encore un rebondissement. J’espère que ce sera le dernier !!

 

 

 

 

 

Nous avons parlé aussi de mon col qui trolle
Pire qu’un Mr Trololo des internets, mon col a décidé de se la jouer capricieux

 

Monsieur se décide à se modifier un peu plus à chaque contrôle. Genre le un peu qui fait tiquer, mais qui ne change pas grand chose au final vu que le col est juste favorable comme ils disent. Les signaux d’alerte d’un évènement qui ne se produit jamais. Nous sommes assez blasés à force … J’ai eu peur les premiers temps, et puis maintenant je me dis qu’elle est une grande prêtresse de l’ironie (ça nous fait un point commun), et qu’elle s’amuse à faire son troll des internets. Petite définition pour les non-geeks. Dans le monde de l’Internet et du web, on parle de troll pour désigner des intervenants qui initient volontairement des polémiques dans le seul but de provoquer les autres intervenants et de générer des réactions en retour. Je dis bien sur ça avec toute la tendresse et le second degré du monde.

 

 

“Madame votre col serait favorable à un déclenchement ?’
Aliénor in utero “Lolilol !! Vous en avez pour 20 ans à vous faire troller les viocs ! “

 

 

Pour ceux qui ne le connaissaient pas encore, voici le fameux Mr Trololo

 

 

Aliénor appuie sur le col qui se modifie petit à petit, sans se raccourcir à l’extrême, sans s’ouvrir plus qu’à 1. Et pourquoi on le surveille tellement mon col ? h bien parce que j’ai de “belles contractions”, dixit les sages-femmes, et qu’elles agissent sur le dit col. .

 

 

 

 

Je ai confié à Mr G mon extrême fatigue en ces temps de fin de grossesse

 

Je sais que ce n’est pas cool pour lui, mais j’ai vraiment besoin de mettre mon corps au repos. Mon sommeil est hyper perturbé, si je dors 3 heures d’affilée, c’est la fête. Entre les douleurs au bassin, les contractions, les jambes sans repos, franchement, j’en pleure intérieurement ma race. Le peu d’énergie que j’ai doit être consacré à passer du temps avec les enfants et mon cher conjoint, et pas à faire le ménage et à gérer l’intendance (en plus c’était hyper mal fait).

 

 

Mr G a du prendre le contrôle des opérations.
Et vous savez quoi ?
Il s’est débrouillé comme un chef !

 

 

 

J’en profite pour m’excuser si mes prochains articles sont plus courts, moins travaillés, plus 3615 Ma Life au jour le jour. Vous vous en rendez compte, cet article a été écrit … ce matin même ! En général, je prépare les premiers jets bien plus en amont et je retravaille ensuite par petites touches jusqu’au dernier moment. Mais j’arrive toujours pas à voir mes fautes et à mettre de la ponctuation.

 

Je m’excuse aussi d’être moins présente sur vos blogs, sur les réseaux sociaux. Je voulais profiter de cette fin de grossesse pour écrire des articles d’avance et les publier dans les premières semaines après la naissance. En fait, je n’y arrive pas. Les premiers temps, je pense donc que je vais publier juste des bribes de notre quotidien, de comment on s’en sort au jour le jour. Je n’ai pas vraiment envie de mettre le blog en pause, ce serait dommage de ne pas écrire après une naissance sur un blog qui a pour thème la vie de famille hein ..

14 Comments

  1. J’ai lu tes 2 articles d’un coup. C’est quand même une grossesse particulièrement difficile à tout point de vue que tu vis. En tout cas, tu fais preuve d’une introspection que j’admire. Je te souhaite de tenir bon pour ces derniers jours enceinte avant La Rencontre!

  2. Écris ce que tu peux… quand tu peux ! Avec trois enfants pas très grands et un nourrisson, c’est à peu près certain que tu auras peu de temps libre…
    Par ton article, je te sens plus apaisée. Tu verras bien pour le tire-allaitement (je ne sais pas toi mais moi, quelqu’un qui me dit que je ne tiendrai pas plus de 48h… ça me motive à tenir au moins 72h quitte à en baver… mais c’est mon côté joueur).
    Bon courage !

    1. Le problème c’est que je suis un peu psychorigide et que je vais avoir du mal à ne pas “tenir le calendrier” XD. J’avoue que rien que le fait de tenir 72h me ferait bien plaisir, juste pour faire mon troll ;). J’ai ce petit côté joueur aussi

  3. L’essentiel c’est que tu prennes toujours autant de plaisir à partager avec nous. Alors, moi je te conseille d’écrire quand tu en ressentiras le besoin 🙂
    Je te souhaite de tout coeur que l’allaitement puisse se mettre en place comme tu le souhaites.
    Je ressens beaucoup d’apaisement dans tes mots et je suis ravie pour toi.
    Plus que quelques jours avant la grande arrivée de votre fille.
    Plein de pensées pour vous pour la fin de la grossesse et l’arrivée précieuse d’Aliénor dans vos vies ! <3

  4. Bonjour,
    Je viens de voir votre post Instagram mais je n’ai pas de compte alors je répond ici à la question sur les biberons pour un allaitement mixte.
    Je vous recommande les biberons Medela et la tétine Calma. Testé et approuvé ici par mon fils qui après 4 mois d’allaitement exclusif s’est très bien adapté à ce biberon (il a refusé tous les autres). La tétine Calma n’a pas une forme qui évoque le sein par contre elle demande le même effort de succion à bébé que le sein (le sein demande plus d’effort que la tétine du biberon).
    Bon courage pour la dernière ligne droite !
    Amicalement

    1. On a aussi utilisée la tétine Calma chez nous (pour des enfants de 3 et 4 mois), mais pour un préma les premiers jours, je ne suis pas sure quelle soit adaptée (justement parce qu’elle demande une forte succion). Tu en as parlé avec le personnel du lactarium ? Ils auront peut-être quelque chose à te conseiller. Les SF avaient conseillé à ma belle-soeur les biberons Pomette (marque Intermarché) pour sa fille préma. Elle les a pris sans problème, mais elle n’est jamais devenue une championne de la tétée au sein (elle prenait un peu, mais il fallait souvent compléter).
      En tout cas, je suis ravie pour toi car visiblement, l’accord du papa sur l’allaitement semble te faire beaucoup de bien, même si tu sais qu’il n’est pas favorable et qu’il accepte pour te faire plaisir. Et j’espère que finalement, ça se passera super bien, qu’il n’y aura aucune conséquence négative sur Aliénor et que tu pourras l’allaiter aussi longtemps que tu voudras !

      1. J’ai aussi eu ce retour de la puer en néonatalogie. Du coup on va essayer des biberons plus classiques et voir ce que ça donne. Mais si on passe en tire-allaitement exclusif, je serai aussi contente :). Peu importe le flacon tant qu’on a l’ivresse 😉

  5. Je suis soulagée de voir que tu vas mieux. J’espère que tu vas réussir à te reposer un peu avant l’arrivée d’Aliénor et que niveau rebondissement c’est fini tout de même. Car c’est plus facile de se préparer sans trop d’improvisation ! Je suis bien contente que tu ne laisses pas le blog en stand by à l’arrivée d’Aliénor, tes articles m’auraient manqués 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *