Au quotidien / Ma vie de Working Mom

Broyés, épuisés, Pari(s) raté

Je sais, je ne suis pas dans mon planning habituel de publication. D’habitude c’est le lundi et le jeudi soir. Mais ce soir, j’ai juste envie de vous parler. De vous parler de notre vie. De vous parler de notre déception du jour, de l’avancée dans notre réflexion sur la vie en général. Featuring refus de logement fonctionnaire, retour à l’école publique et crise de conscience. Enjoy.

Petit résumé de la situation pour ceux qui prennent le train en cours de route

Mr G et moi sommes les heureux parents de 3 enfants de moins de 3 ans. Tu devines bien qu’ils ne sont pas venus un par un …

Nous travaillons pour l’Etat dans des domaines qui ne paient pas (au hasard la recherche et la santé). J’ai eu récemment une opportunité professionnelle à Paris. Je peux faire les trajets au quotidien mais j’en ai pour plus de 3h. Mr G travaille dans une spécialité très .. précise. Il n’a donc pas 10 000 lieux de travail possible. Juste une trentaine dans le monde en fait. Et le plus proche c’est déjà loin.

Le ministère m’avait assuré avant ma mutation que j’aurai un logement fonctionnaire si nous avions le besoin
Très clairement, nous n’avons absolument pas les moyens de louer dans le privé, même en proche banlieue.
Donc ça sera logement fonctionnaire !

Je me suis dit “chouette on va tous pouvoir réduire nos temps de trajets”
Et puis c’était devenu une nécessité

Tous à Paris

 

Je suis épileptique. Je ne devrais pas conduire. Mais dans un bled paume sans transports urbains pas le choix. D’où l’intérêt d’habiter dans une ville avec un bon réseau de transports en commun. J’ai 2 maladies auto immunes qui me fatiguent énormément. Je ne fais pas valoir ma qualité de travailleur handicapé. Je travaille à 100%.

Nous payons des frais de garde astronomiques, genre plus qu’un SMIC net.

Notre situation nous paraissait invivable
Déjà pour nos enfants qui sont crevés après tant d’heures en collectif.
Pour nous physiquement, psychologiquement. Pour nos finances.
Bref, plus rien à gagner à rester dans notre maison 4 chambres et jardin

 

Je me suis entretenue plusieurs fois avec la référente logement de mon ministère d’appartenance. JAMAIS il n’a été fait mention lors de ces entretiens que le fait d’être propriétaire constituerait un motif de refus automatique pour les commissions d’attribution des logements.

J’ai été présentée au bailleur pour un logement précis avec 3 autres candidats fonctionnaires. L’étude de mon dossier a duré presque deux mois. J’ai eu des échanges de mail hebdomadaires avec l’instructrice. Encore une fois, jamais le fait que je sois propriétaire de mon logement (en vente).

Un rapport social a été ajouté au dossier pour appuyer ma demande. L’assistante sociale n’appuie presque aucun dossier. Mais elle a reconnu que notre situation était vraiment intenable. J’ai également un rapport du médecin qui mentionne mon inaptitude à la conduite automobile. Nous avions fourni les justificatifs montrant que nous avions une offre d’achat sur notre maison.

Aujourd’hui, notre dossier passait en commission d’attribution. Nous n’avons même pas eu le droit à un sms ou à un mail pour nous prévenir de leur décision.
J’ai téléphoné.
J’ai appris que nous étions refusés (et même pas classés).
Que tous les demandeurs étaient propriétaires. Qu’ils étaient tous refusés.
Le logement sera vacant des mois le temps d’une nouvelle instruction de dossiers
Un logement social T5 en plein Paris.

La commission a une doctrine de refus de toute attribution aux propriétaires, et ce sans aucune prise en compte de leur situation particulière. C’est discutable, mais soit. Je peux comprendre que politique il soit potentiellement risqué d’avoir des propriétaires logés dans le parc social.

Mais ce que je trouve écœurant c’est que personne n’ai daigné nous prévenir de cette doctrine pendant toutes ces semaines. Et si nous avions signé ce compromis de vente de notre maison actuelle?
On aurait fait quoi ?
Le compromis ne suffit pas pour Paris Habitat, il faut un acte de vente.

Nous serions à la rue avec 3 enfants. Ou alors dans une banlieue tout aussi lointaine.
Mais avec des loyers équivalent à notre mensualité actuelle, voir plus.
Mais avec 35 000€ de dette en plus car nous aurions vendu notre maison à perte et
des mensualités de prêt immo restantes de plus de 200€ qui graveraient notre budget déjà fragile
Et pendant 20 ans hein …

J’en ai parlé autour de moi. Apparemment il y’a un truc. Il faut trouver une personne qui veuille bien te faire une attestation d’hébergement, complètement bidon. Et dire que tu es sans logement. Apparemment ça passe …

Le système se fiche de toi ? Ben rends lui la faveur !

Il n’y a plus d’humains dans le social. Il n’y a plus que des algorithmes, des rouages qui tournent sur eux-mêmes sans trop savoir ce qu’ils actionnent. Ils tournent comme les shadocks pompent. Le système n’est plus un filet, il n’est devenu qu’une simple corde à destination des plus faibles qui n’auraient plus le courage de continuer.

Tu vas me dire que je me fous du monde après l’article d’hier sur nous les snobs ou je dis clairement que je joue le jeu des élites. Que je cautionne ce système qui broie les faibles.

Et tu n’auras pas tort

Tu sais ce qui est ironique ? Vu le cout de l’éloignement et le temps de trajet qu’occasionnerait las scolarisation dans une école privée, on laisse tomber.
Ils iront à l’école de quartier

Mais mon précédent article et vos commentaires m’ont donné matière à réfléchir.
Soyons honnête ces idées avaient déjà germées dans ma petite tête, mais vous leur avez donné l’opportunité d’éclore.

J’ai trouvé tellement de belles choses sur la blogosphère.
Des conseils d’autres mamans, du soutien, un vrai dialogue. Vraiment.

Cette peur de l’école publique, de ses conséquences sur l’avenir de nos enfants, la peur d’un enfer pour eux, ce sont NOS craintes, liées à NOS expériences. Prendre notre plein rôle de parents c’est aller au-delà de ces expériences de jeunesse, aussi douloureuses soient-elles.

Je ne cautionne pas ce système élitiste. Cette monarchie républicaine. Mais je joue le jeu, parce que je pense que mes enfants vont être plus heureux. Vouloir faire éclater le système de l’intérieur avec ses seuls petits bras est une cause perdue (voir l’excellent téléfilm “L’école du pouvoir” sur ce sujet) de toute façon que je me disais.

Mr G et moi sommes fiers de notre parcours scolaire et professionnel justement car nous ne devons rien à personne.
Rien ne nous est tombé tout cuit dans la bouche.
Je priverais mes enfants de ça.

Et il y’a école publique et école publique. Nous n’avons pas non plus d’école craignos remplies de dealers en puissance aux portes de nos quartiers. Si c’était le cas, là je me serai saignée au 4 veines pour qu’ils fréquentent une autre école. Mais le lycée de centre ville au niveau +++ que j’évoquais dans mon précédent article était un lycée public. Je ne dis pas qu’on ne truandera pas le système un jour pour qu’ils aillent dans ce genre de lycée.

Aujourd’hui j’ai pris l’ascenseur sur mon lieu de travail. Je suis arrivée par erreur à l’étage du/de la ministre. Bug dans le système. Parce que sa collaboratrice nous a  regardé de haut, a regardé le mec de la maintenance qui était derrière moi: « Non mais savez que vous êtes à l’X étage ?! Vous n’avez rien à faire la descendez ! J’ai besoin d’aller à l’étage X-2 ».
Comme si on étaient indignes de respirer le même air que son altesse. Et j’ai eu peur.

Peur de voir un de mes enfants dire ça dans 25 ans parce qu’ils se prendront pour l’élite de la nation à force de fréquenter ce genre de personnage à longueur de journée.

L’école de quartier ce n’est pas la mauvaise solution que je dépeignais. Je reconnais mes torts.

Ce n’est de toute manière pas le rôle de l’école de construire un avenir aux enfants. C’est aux parents de les inciter à se cultiver, à leur montrer l’exemple.
De les ouvrir au monde.
De leur apporter les bases nécessaires à leur réussite dans la vie.
Comment faire ça alors qu’on les verrait à peine et qu’ils seraient dans un état de pure fatigue ? 

Et il y’a aussi pleins de bonnes raisons de choisir l’école de quartier

  • Parce que la maîtresse les a vu une fois et qu’elle connaît leur nom.
  • Parce que l’idée qu’ils doivent aller à la messe alors que ce n’est que 50% de l’identité religieuse de la famille ça me fait mal aux fesses.
  • Parce que j’ai vu les copains qu’ils se sont faits a la crèche et que je n’ai pas le cœur à les séparer.
  • Parce que j’ai de super mamans qui m’ont écrit qu’une garde a domicile après l’école leur avait changé la vie. Ils seront à la maison à 16h30. Et ça, ça n’a pas de prix. Leur repos, leur sérénité.

Oui je me suis pris un coup dans les dents avec ce refus. Oui je suis en colère contre ce système.

Mais j’ai réalisé que ce n’est pas en jouant son jeu que je pourrais légitimement éprouver de la rage, crier haut et fort que je veux que ça change.
Parce que crotte monter l’échelle tout seul c’est quand même le plus valorisant

PS: excusez cet article un peu décousu, pas très recherché. Il a été rédigé d’un trait. J’en avais besoin.

27 Comments

  1. Ouh là oui, en effet, on sent beaucoup de déception et de colère, mais je te comprends. Certaines choses sont totalement improbables, irréelles et totalement inadaptées ! Préférer garder un hébergement vide, plutôt qu’aider une famille nombreuse dont la demande est justifiée n’est franchement pas fair play…

    Courage

    1. Surtout que là c’était carrément trois familles refusées sur les 3 ! Et j’ai appris qu’une était originaire de Narbonne. Le papa était venu en logement temporaire. Donc ils sont toujours séparés

  2. Je réagis à tes deux derniers articles, que je viens de lire.
    Et je voudrai te donner mon témoignage.
    J’habite roubaix, une ville dans laquelle il y a de trés trés grands écarts de richesse et d’éducation dans la population (c’est la ville dans laquelle il y a plus plus gros écart entre revenu les plus importants et revenus les plus faibles en france)
    Pour l’école, je me suis évidemment posé des questions quand ma fille y est entrée. Public ou privé ?
    Le privé dans le principe pour moi c’est non. Je ne suis pas croyante du tout déjà. Et j’ai foi en l’école publique.
    Mais j’avais vraiment peur de priver ma fille de qqchose en ne lui offrant pas la meilleure éducation possible.
    Je suis donc allée visiter l’école de privée qu quartier, contre l’avis de mon mari . C’est une école Montessori, qui avait tout pour me plaire sur le papier. J’ai détesté l’ambiance de cette école, les réflexions vraiment bourges que j’ai entendu de la part de maman d’élèves … Je me suis dit que c’était complètement dingue de mettre ma fille dans une école dont je vomis les valeurs et espéré que ce soit sain pour ma fille et pour moi.
    Ma fille est donc à l’école publique, elle cotoie toutes les origines sociales et géographiques et c’est génial. Elle travaille à fond, elle a dévellopé un vocabulaire de fou, elle est épanouie.
    Je me suis aperçue que mes peurs étaient surtout dus à des peurs et à des préjugés. C’est génial de vouloir le meilleur pour ses enfants, mais ça ne doit pas se faire en contradiction avec ce en quoi tu crois. Et moi, j’étais persuadé que l’école publique peut te mener trés haut. Et j’en suis toujours persuadé.

    1. Merci pour ton témoignage très intéressant :).

      Effectivement j’avoue avoir eu aussi des préjugés. Mais ils nés de nos mauvaises expériences passées en tant qu’élèves. Il faut savoir les dépasser pour voir ce qu’il en est en pratique.

      Mais sur tout ce qui est Montessori il y’a pas mal d’arnaques. Maman chamboule tout avait fait un article très intéressant la dessus. En fait on nomme Montessori tout et n’importe quoi. Surtout que ce sont souvent des écoles hors contrat donc où tu douilles à mort

        1. Ha, la vache !!
          ici, c’était beaucoup plus raisonnable. (environ 1270 € / année – 127 € par mois). Mais déjà, ça calme hein ?
          Moi ce qui m’a surtout fait fuir, c’est que l’école est en circuit fermé de la PS à la 3 ème.
          En terme d’apatbilité, d’ouverture aux autres, on repassera.
          Il y avait aussi le fait que la partie ‘religieuse’ est censée être plutôt light. Mais après discussion avec la directrice, je ne suis pas sûre qu’on est la même conception du light …

          Je suis d’accord avec les commentaires qu’il y a eu plus bas : le vrai problème du public (hors cas particuliers), c’est le collège.

  3. Ne serais tu pas allée faire un tour au 7ème étage toi ? 😉 Trêve de plaisanterie, cette histoire est désespérante. Je vous souhaite beaucoup de courage pour réussir à trouver une solution de logement et d’école qui vous conviennent mieux !
    PS : commentant pour la première fois, je tenais à dire toute mon admiration pour le fait que tu arrives à concilier vie de famille nombreuse et boulot exigeant ! Mon premier enfant me fait prendre conscience de mes limites dans ce domaine.

    1. Ah je suis démasquée ;). Et sans le badge qui va bien. Une sombre histoire d’ascenseur qui déconne. J’avais envie de lui dire que j’étais déjà venue mais j’ai été sonnée par tellement de condescendance. Peut être parce que j’étais en compagnie du “petit personnel” selon elle ?

      Oh tu sais je n’ai pas beaucoup de mérite. Juste un papa très investi 🙂

  4. Ton article est très intéressant. Il me met en colère aussi, me fait me poser des questions que je ne me poserait que dans quelques années concernant l’école. Finalement je trouve que tu vas dans le bon sens. Nous sommes passé par là, nous avons une bonne moral et un regard critique sur cette société. Pourvu que nos enfants y soient sensible aussi. Courage et à très vite!
    EM.

    1. Merci :). On s’est posés des questions sur l’école très tot aussi. En même temps dans certaines écoles l’inscription se fait presque un an et demi en avance ! Il ne faut pas louper le coche si on décide d’y inscrire nos enfants

  5. Tu sais, franchement pour l’école maternelle et le primaire, le public est impeccable. C’est parfois plus problématique à partir du collège, où les enfants sont influençables, en désir d’émancipation et où cela peut partir en sucette rapidement si leurs fréquentations sont contestables. Tu as de longues et tranquilles années devant toi !

    1. Honnêtement je n’ai aucune expérience du privé en maternelle et en élémentaire. Mais la collège est clairement toujours une étape charnière. J’étais dans un collège de ZEP et j’ai vu pas mal d’ado “mal tourner” car ils voulaient s’intégrer à la bande de mecs “cools”

  6. Je comprends ta colère face à cette injustice, te laisser croire à ce rêve en t’assurant que vous auriez ce logement et puis paf, dans les dents…
    Mais j’admire énormément la façon dont tu rebondis, tu fais preuve d’une belle force intérieur, bravo !

    1. Merci :). Mais je pense que ce n’est pas tant une force intérieure qu’une phobie de l’échec ;). Je dois toujours tirer profit d’une épreuve sinon là je dois vraiment faire face à l’échec et ca me terrifie 😉

    1. Merci beaucoup :). Malheureusement avec nos ressources impossible de louer ne serait-ce qu’un T3 à Paris ou proche banlieue. Donc pour le moment, on ne bouge pas. Et on se tape des journées impossibles.

  7. J’ai de nombreuses collègues qui ont eu recours au parc immobilier de mon ministère et effectivement, leur profil était celui de locataire. C’est un problème MAJEUR dans la fonction publique: ce manque d’informations. Ces clés qu’on doit chercher ou découvrir nous-mêmes, avec souvent un, voire deux trains de retard, nous mettent en difficulté malgré le respect des démarches. Je compatis à votre situation et t’encourage à faire cette attestation. Tout le monde procède ainsi. Et j’espère que vous trouverez un équilibre qui satisfera votre vision de la vie, mais je n’en doute pas 🙂

    1. C’est vraiment terrible de devoir en arriver là. Mais je pense qu’on ne va pas avoir le choix. C’est triste de voir que le système est incohérent à ce point là

  8. Je comprend ton désarroi. Pour ta demande de logement social, connaissant très bien le bailleur dont tu parles (j’y ai travaillée il y a une dizaine d’années en CDD chez eux) je sais que leur façon de procéder n’est pas forcément très clean au niveau des attributions (j’ai des sacrées anecdotes sur certains personnes de leur parc social) et je suis vraiment navrée pour toi. Je ne sais pas si ton cas peut entré dans une demande de recours avec la loi DALO mais essaie de te renseignée car cette loi est normalement au bénéfice des demandeurs de logements sociales. As-tu essayée de voir si tu peux louer un logement social de type PLAI en direct via la plateforme des bailleurs sociaux de Paris ?. Beaucoup de bailleurs sociaux proposent en direct sur leurs sites internet des logements PLAI à des ménages qui ont des revenus un peu plus haut que ceux qui passent par du PLUS ou PLS, peut-être que ça pourrait être une solution mais à voir vis-à-vis de ton statut de fonctionnaire car je ne sais pas trop comment ça se passe pour votre statut au niveau attribution de logements du parc social. Pour l’école, tu sais l’école publique peut-être très bien, par rapport au privée, surtout en région parisienne. Pour avoir fait la maternelle en privée qui m’a laissée de mauvais souvenirs et le reste de ma scolarité jusqu’au lycée en public à Paris, j’ai préféré le public. Tu peux avoir une excellente équipe pédagogique dans le public et une horrible dans le privée mais cela vaut aussi du contraire , je le conçoit. Donne une chance au public et voit comment tes enfants évolues et si tu vois que c’est pas top moumoutte, essaie de voir pour le privé mais je reste convaincus que la mixité sociale est une excellente leçon de vie pour les enfants qui côtoient des enfants issus de différents milieux sociales.

    1. J’ai travaillé avec les bailleurs sociaux pour le compte de l’Etat dans mon précédent poste. Je te rassure chez tous les bailleurs c’est magouille et cie. Surtout quand les élus locaux s’en mêlent … Ils suffisaient qu’ils aillent activer leurs contacts à la préfecture et miracle, même se ménage dépassait les plafonds de 200% le logement leur était attribué.

      Malheureusement nous dans la deuxième tranche des plafonds PLUS donc je pense que c’est mort pour un PLAI. Pour le DALO on ne rentre pas dans les cases. A moins de fournir une fausse attestation d’hébergement comme le font souvent les propriétaires demandeurs en cours de vente.

      Mais je pense que sans ça, nous sommes vraiment coincés.

      Effectivement j’ai le souvenir que les choses se dégradaient beaucoup surtout au collège. J’ai juste peur des moqueries que pourraient subir mes enfants du type “intello”. Mais c’est une peur très personnelle. On verra dans le temps ;);

  9. C’est le coeur serré que je lis ton article. Je ne comprends pas qu’on vous ai laissé cet espoir.
    Mais après, il me tient à coeur de te donner le positif que je ressors de ton article. Ca fait du bien de voir le verre à moitié plein plutot que vide. De mettre de la nuance. Et si je peux t’aider ainsi, je vais le faire 😉 . (Même si tu as déjà à mon sens une belle capacité de rebondissement! Et oui, tu cherches déjà des solutions alors que tu viens d’apprendre tout ça. !! )
    Déjà la vie est bien faite car ta maison ne s’est pas vendue. Il vous reste ce pied à terre. Vous n’êtes pas à la rue. Tu as appris beaucoup. Tu vas te retrousser les manches et arriver à tes objectifs car tu/vous es/êtes fort(es). Vous êtes ensemble. Toujours. Vous allez trouver vos solutions tous ensemble. En famille. Avec amour. Et puis, la vie est quand même bien faite alors je suis persuadée que quelque chose d’autre vous attend ailleurs. Quelque chose de plus grand. De mieux. Il y a toujours une raison à tout et je suis sure que du positif vous attend au coin de la rue.
    Je ne sais pas si mes mots t’apaiseront un peu. Je l’espère en tous cas. Et je te souhaite plein de courage car ca doit être terriblement dur de devoir déconstruire ses projets du jour au lendemain. Je t’envoies toute ma force et de douces pensées.
    Courage ! Vous êtes forts ! Ca va aller !

    1. Merci Charlotte :). Nous avons décidé de tenter de rebondir au mieux.

      Nous avons décidé de prendre une garde à domicile pour que nos enfants puissent être chez eux juste après l’école. Ils pourront aussi faire des activités extra scolaires alors que nous ne pourrions pas nous même les y emmener en semaine, notamment l’éveil musical. Je me dis que c’est un plus pour eux. Nous ne pourrions leur offrir ça à Paris.

  10. Je suis désolée de cette nouvelle… Je la trouve injuste même si je peux la comprendre. Malheureusement, dans l’administration, l’humain n’est souvent pas pris en compte face aux procédures à suivre…
    Je vous souhaite de trouver la solution idéale pour ta petite famille mais je vois que tu as déjà quelques pistes 🙂

    1. Clairement l’humain est toujours broyé face à des grosses machines. Mon gros reproche est surtout ici le manque d’informations qui nous a fait perdre un temps précieux et qui nous contraint au final à rester encore un an de plus dans une situation plus que délicate. Il existe une charte des attributions certes, mais certains sont plus égaux que d’autres en commission !

  11. Hello,

    J’ai lu quelques uns de tes articles sur ton envie de déménager. Je ne sais pas exactement quel est ton budget ou ton secteur géographique mais si ton mari bosse là où je pense, regardez du côté de Chaville/Viroflay/Saint-cyr l’école.

    Tu as mon adresse de messagerie si tu veux qu’on en discute (et je ne suis pas agent immobilier hein 😉 )

    1. On a trouvé du coup mais cette zone était effectivement dans nos recherches ;). Viroflay était une ville très très sympa et j’ai vraiment bien accroché d’ailleurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *