Au quotidien / Ma vie de Working Mom

4 choses que la maternité à amélioré chez moi

Clairement la maternité nous a toutes plus ou moins changées. Parfois elle nous rend complètement control freak et angoissée, mais souvent elle nous donne envie de faire ressortir le meilleur de nous même.

Parce que c’est bientôt la fête des mères (et que je refuse les cadeaux achetés en magasin, mais c’est une autre histoire), j’ai envie de mettre à l’honneur les changements nés de la maternité qui ont fait de moi une meilleure personne en général.

J’ai osé fendre ma carapace et je me laisse à exprimer (parfois) mes sentiments

 

Clairement avant d’être mère le plus important pour moi c’était d’afficher l’image d’une femme forte que rien ne pouvait atteindre. Je voulais montrer que j’étais de marbre à tout, les effusions d’amour ou d’amitié comme les sales coups. J’étais étiquetée froide mais aussi incassable.

Et puis, les twicks grandissant j’ai commencé à ressentir pour eux un amour sans précédent.

J’ai commencé à avoir de l’empathie, je ressentais littéralement leur bonheur, mais parfois aussi leur douleur. Grande nouveauté pour moi qui était fermée à tout sentiment. Je voyais l’importance que le fait de se savoir aimé avait pour eux, combien cela était nécessaire pour grandir et se sentir en sécurité. J’ai du donc enlever une brique de la forteresse que je m’étais construite, leur laisser entrevoir quelques mots d’amour au delà des banalités politiquement correctes, les seuls mots que je pouvais me permettre pour paraître insensible. 

Et puis devant le bonheur que nous tirions tous de ces tendres interactions,
j’ai (ou ils ont ?) dynamité mes murailles de protection.

Au quotidien, cela a fait de moi une personne plus humaine, plus à l’écoute des autres. On ose venir moi avec ses sentiments car on sens qu’on va moins se heurter à un mur qui va vous réciter sa littérature logique d’un air gêné. J’ose aussi dire aux autres lorsqu’ils me blessent ou ont une attitude ou des gestes qui me touchent particulièrement.

Je ne me sens plus vulnérables d’exprimer mes sentiment, je me sens au contraire plus forte de les assumer.
Ce changement m’a permis de cimenter encore plus mes relations avec mes proches.
Que du bonheur (enfin exprimé !)

 

 

Je suis beaucoup plus sure de moi

Je pense que tu n’es pas non passée à côté, ou alors je veux ton secret. Depuis que tu es maman, tu te prends dans la tronche un tsunami de “bons conseils”. Non sollicités le plus souvent. En fait c’est du pur spam, sauf que dans la vie réelle tu n’as pas de redirection automatique vers le dossier courrier indésirable.
Et ça vient de toutes les directions: de ta mère, de ta grand tante, de la nana qui poirote avec toi dans la file de la caisse
de Leclerc. 

Petite anecdote: nous avions passé un trèèèès long déjeuner dans la famille de Mr G. Le genre super bruyant et qui dure pendant toute l’après-midi. Les twicks avaient à peine quelques mois. A la fin de l’après-midi ils étaient crevés par toute cette agitation. Je les ai donc couchés dans une pièce à part. Le temps que j’aille faire une pause technique, ils étaient dans les bras de la tante de l’arrière cousine de la grand-mère, toujours en pleurs. Évidemment.

Ah mais on est passés par là avant toi, on sait mieux faire
What the f*ck ???

Mon sang n’a fait qu’un tour. Je les ai repris, remis au lit, et j’en ai profité pour remettre (presque) gentiment à leur place les dites membres de la famille au 37e degré. Un quart d’heure après, nous étions dans la voiture direction notre point de chute. A peine mis dans la voiture, au calme, ils se sont calmés et sont tombés de sommeil. Jeu, set et match pour maman.

J’ai compris que dorénavant je devais m’imposer. Si personne ne me exprimer mes opinions je dois prendre le micro de force. Je suis leur mère, je sais mieux que personne ce dont ils ont besoin. 

J’ai pris confiance en moi. Et ça se voit dans ma vie professionnelle.

Avec les collègues ou mes supérieurs hiérarchiques j’ose dire (diplomatiquement) quand je ne suis pas d’accord. M’habituant à parler de plus en plus, je ne suis plus tétanisée à chaque prise de parole et j’ai donc moins de mal à exprimer mes arguments. Et maintenant je cherche de moins en moins mes mots et je ne ne parle plus dans un demi chuchotement.
J’ose même dire bonjour aux gens que je connais peu dans les couloirs ! Avant je n’osais pas, je me disais que peut être ils n’allaient pas me répondre et que j’allais les déranger.

J’ose aussi m’affirmer dans les relations par définition asymétriques, là ou je suis en position de dominé. Par exemple dans le domaine médical. Pour me premier accouchement, je ne décidais de rien, je me laisses complètement faire par le corps médical. Je n’osais même pas poser des questions pour ne pas déranger !
Pour mon deuxième accouchement, j’ai exprimée mes choix et j’ai été ferme sur ce que je ne souhaitais pas. Mon corps, mes choix. Et j’ai su m’entourer d’une équipe qui m’a soutenue jusqu’au bout dans mon projet. Même si ca s’est terminé en césarienne d’urgence, ce fut une très belle naissance.

 

Je reconnais et j’accepte mes faiblesses, j’exploite mes points forts

Maintenant je m’accepte comme je suis, je n’essaie plus de faire de moi quelqu’un que je ne suis pas.
Je suis malhabile pour habiller les enfants, pour les soulever pour jouer. 
Plutôt que de les faire pleurer ou grimacer à coup sur, je partage avec eux des moments 
où je peux mettre à profit mes talents de lectrice ou de chant (ouai ok, la j’ai aucun talent, mais les enfants 
aiment bien, c’est le plus important).
Mr G avec ses doigts de fée s’occupent des vêtements et du bain.

Au niveau professionnel, je suis douée pour creuser les dossiers, repérer les failles dans les notes à remettre au chef à trois plumes, et pour rédiger et mettre en forme des documents juridiques. Je ne suis clairement pas douée pour les négociations périlleuses, je ne serai jamais une oratrice capable de galvaniser les foules. Je suis complémentaire avec ma binôme. Alors il a suffit de réorganiser un peu notre pôle pour que nos collaborateurs et nos partenaires extérieurs puissent tirer le meilleur de nos compétences.

J’aime écrire et j’ai envie de partager ma vie de maman ? Alors j’ouvre un blog pour raconter nos aventures et pour lire ceux de chouettes mamans qui vivent des choses similaires au quotidien et qui ont toujours pleins de bons plans et d’astuces.

 

J’ai pris du recul sur certains aspects de ma vie et j’arrive à me concentrer sur le plus important

Malheureusement, je n’ai pas de méthode précise pour déterminer ce qui est prioritaire ou non. Peut être un jour .. En tout cas si vous en avez une je suis preneuse ;). Je le fais au feeling en général. 

Clairement entre rendre absolument le jour même le dossier labellisé hyper urgent ,mais qui dans les faits être rendu trois jours plus tard sans problèmes, et emmener mon fils qui a très mal aux dents chez le pédodentiste, je n’ai même pas eu a réfléchir trente secondes. Je suis entièrement responsable de ce petit être dépendant de mes actions. Je suis la seule à pouvoir l’aider à combattre cette douleur.
Par contre, si je suis absente à une réunion sur un dossier que je traite personnellement, et que le fait que je ne sois pas là va pénaliser l’équipe, alors là oui, je suis prête à laisser Mr G chercher les enfants à la crèche le soir. Oui, même si ça veut dire qu’ils vont  exceptionnellement 3/4 d’heure de plus à la crèche.

Idem pour carnaval. La crèche nous avait obligé proposé de déguiser nos enfants ce jour là.  Notre budget était limité, je suis incapable de faire un DIY correct qui ne leur foute pas une honte intersidérale, donc on a mis le paquet sur les déguisements des twicks, Samuel ayant à l’époque 3 mois et ne s’en rendant même pas compte.

On me regarde de travers et/ou on parle dans mon dos car je suis obèse et que je porte une jupe en été. Rien à faire, j’en ai mare de crever de chaud pour leur faire plaisir. Et si les remarques sont faites dans mon dos, mon nouveau mantra c’est “qui parle dans mon dos parle à mes fesses”. Ouai, moi je m’élève au dessus de toi b*tch. Bon intérieurement j’ai toujours un jeu de fléchettes avec sa face au centre, mais ça, c’est juste pour ma pause café mentale ;).

 

Je donne le meilleur de moi même et je me comporte selon ce que j’attends d’eux

Depuis que je suis devenue maman, je ne pense que je me dois de montrer l’exemple. Après tout, si moi même je ne le fais pas, pourquoi mes enfants se donneraient la peine de le faire ?
Oui ça demande un coup de pied aux fesses intersidéral. Et certains jour j’ai juste envie de me laisser aller.
Mais pour moi, ça reste la base de mes principes d’éducation.

Je ne veux pas avoir de regrets plus tard, car ne sera pas seulement ma petite personne qui va en pâtir. Alors j’essaie modestement de m’améliorer. Je ne vais pas non plus changer du tout au tout, cf. point précédent. Juste ne pas être trop mauvaise dans certains domaines, ne pas rater le plus important. Ne pas passer à côté de phases clés de leur développement, ne ne pas assez les stimuler, de ne pas être assez à l’écoute de leurs besoins.

Aucun de mes parents n’a été un modèle pour moi. Alors je veux tenter de faire mieux qu’eux. D’avoir la fierté un jour d’entendre mes fils dire plus tard “moi je voudrais être comme ma maman“, ou “c’est grâce à ma maman, je l’ai toujours vu faire ça“.

 

 

 

4 Comments

  1. Je suis d’accord avec toi, la maternité nous donne envie de changer, et dans le bon sens ! Je veux aussi montrer le bon exemple à mon fils et j’ai envie de devenir meilleure pour qu’il soit fière de moi…

  2. Comme toi avec la maternité j’ai gagné en confiance en moi. J’ose affirmer mes opinions, mes envies, mes colères. Je ne me sens plus petite fille sous l’ombre de sa mère omniprésente, je me sens mère et forte dans ce rôle.
    Par contre la maternité n’a pas amélioré mes compétences culinaires 🤗. Dommage car j’en aurais besoin !!

    1. Je suis pas une grande cuisinière non plus ;). Je tourne avec les mêmes plats très simples. Si je faisais mes petits pots moi même mon bébé ne voudrait jamais en manger !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *