Capture d'instants / Education

Commencer à ranger ses affaires de bébé

Aliénor a maintenant 7 mois et demi. Lorsqu’on repense au tout début, à la fausse couche qu’on attendait, à l’IMG refusée, à l’utérus qui a presque rompu, à son APLV difficile à gérer, j’ai l’impression de revenir des siècles en arrière. Et pourtant, nous voilà maintenant bien loin de tout ça. Aliénor se déplace partout dans l’appartement, joue et on nous prédit bientôt qu’elle va trouver une manière d’avancer à 4 pattes. Alors, on m’informe qu’il est le temps de commencer à ranger pour de bon les objets et vêtements à l’usage exclusif des nourrissons. Une sensation ni joyeuse ni douloureuse, mais très très étrange.

Pour ce qui est des vêtements, tout se fait naturellement.
J’ai plaisir à mettre dans le sac “à donner” ses vêtements trop petits

 

Étant donné qu’ils sont pour leur grande majorité en très bon état, j’ai cette satisfaction, un peu égoïste, de me dire qu’ils vont servir à un autre bébé. On arrive maintenant aux tailles des vêtements de ses frères qu’on a conservés pour elle, vêtements qu’on a commencé à mettre en cartons quand on a enfin cru à cette grossesse. C’est avec plaisir que je redécouvre ces pièces et que ma mémoire se met en mode “oh c’est cool tu l’avais oublié celui là pourtant il est sympa. Tu te souviens, tu le mettais quand tu avais 4 ans de moins et 76 tailles de pantalons en moins aussi”.
En outre, je sais que comme le disait mon poto Lavoisier: rien ne se perd, tout se transforme. Les vêtements inutilisables en l’état sont transformés en isolant par l’assos qui gère les conteneurs de vêtements. Satisfaction de faire un geste pour la planète, zéro déchets tout ça tout ça.

 

 

 

 

 

 

 

 

Maintenant on va passer au sujet qui fâche
Les accessoires de puériculture

 

Je savais pourtant qu’après la naissance de Samuel je n’aurais pas du avoir d’enfants. C’était bien acté en gras. Mais, j’ai toujours voulu 4 enfants, j’avais cette sensation d’inachevé. Je donnais tout avec un goût bien amer de dépit. Cachez ces affaires de bébé que je ne saurais voir. Merci je sais que logiquement je ne vais plus tomber enceinte, pas besoin de me le mettre sous le nez chaque fois que je vais mettre un petit peton au garage. Juste à côté du congélateur. Saint Graaal du Batch Cooking. Bref.

En outre, un léger espoir un peu fou, que je ne pouvais faire complètement taire,  larvé dans un coin de ma boite crânienne. Oui, je donnais les choses, mais on ne sait jamais … Un jour peut-être.

 

 

Mais aujourd’hui, je suis arrivée au bout du chemin de la grossesse et des nourrissons.
J’ai eu 4 enfants, j’arrive à 30 ans (sachant que c’était mon âge butoir, mais encore une fois ça ne concerne que moi
et chacun fait ce qu’il veut de son utérus)
Pourtant, une sensation bizarre m’envahit lorsque je comprends que je dois ranger tout ce petit matériel

 

 

D’ailleurs big up à notre transat qui a supporté le poids et les vomitos de 4 enfants sans presque aucun repos et sans broncher pendant 4 ans.

 

 

 

 

 

Je ne suis plus amère. Mais je n’explose pas de joie version “Weeeee are the champions my frieeeeends” comme je pensais le faire. Je ne suis pas triste non plus.La période nourrisson n’évoque pas en moi de nostalgie étant donné les RGO et APLV qui ont ponctué leurs premiers mois. C’est juste une sensation bizarre que je n’arrive pas à définir.

L’idée de voir ma fille dans un lit à barreau et plus dans son ptit berceau me parait hautement incongrue. Idem pour ranger ses biberons 150 ml. Il faut le faire, mais je retarde l’échéance. Je la vois grandir et je me réjouis de chacun de ses progrès, et j’ai hâte de voir la suite, vraiment. Mais je ne sais pas pourquoi ces objets ont une telle valeur symbolique qui bloque ma cervelle dans un état de loop infinie de bug informatique.

Mr G lui est en train shaker son booty comme Fred Astaire à l’idée de refiler tout le matériel de puériculture. Étant donné sa carrure de viking, l’idée en soit est assez drôle.

 

 

 

Est-ce que c’est l’idée de plonger totalement dans le monde inconnu de la parentalité d’enfants plus grands ?
De quitter le monde de la petite enfance qui nous est devenu si familier ?

Est-ce que tout ça c’était notre normalité à nous qui s’enfuit déjà ?

 

 

Celui qui trouve le nom de la série a le droit de connaître ma recette de porc au caramel sans porc ni caramel

 

 

J’ai l’impression que c’était il y a des millénaires que nous donnions le biberon du soir, Mr G et moi bien calés dans son fauteuil incliné, à Yoann et Isaac, après le bain, juste avant le coucher. Presque comme si c’était un souvenir de notre “enfance de la parentalité” et que maintenant nous devions quitter le nid. Le monde de la petite enfance reste assez bien balisé à mon sens. On a pas mal de ressources, le développement de chaque enfant suit les mêmes étapes: 4 pattes, marcher, manger seul etc. Mais après … c’est le flou. Pour moi, une multitude de voies s’ouvrent aux enfants, et c’est à nous, parents, de les accompagner sans se perdre.  Quel club de sport ? Quelles relations aux apprentissages à l’école avec des méthodes qui varient d’une année sur l’autre selon les enseignantes ? Quelles relations avec ses amis ? Quel type de lien créer lorsqu’on sort du maternage ?

 

 

 

 

 

 

Bon pour ce qui est de la poussette et de la poubelle à couches, là,
clairement je danserai  gangnam style.

 

So long ma yoyo et le début de la journée à la douce odeur de caca du matin qui crée un mélange improbable avec celle des chocolats chauds et autres items du petit déjeuner. A nous les sorties sans tout organiser autour des heures de sieste et de repas bien chaud à trimballer et à réchauffer. Ahhh l’accès à un micro-ondes sur une aire d’autoroute bondée un jour de départ de week-end prolongé …

 

6 Comments

  1. C’est vrai, même si moi je serais plus comme M. G à danser la samba en donnant le plus vite possible tous les (inutiles) biberons et les habits trop petits, si je m’arrête 30 secondes pour y penser, c’est quand même quelque chose qu’on ne revivra jamais plus, genre JAMAIS quoi, et même si je ne regrette pas la période nouveau-né ça a quelque chose de définitif qui donne le vertige. Mais bon, au fond les périodes difficiles ou fatigantes, là où elles sont le mieux c’est quand même dans nos souvenirs plutôt qu’en vrai !

    (Ah et vive the IT Crowd au passage 😉 )

    1. Ahh on à les mêmes références ;). J’allais dire que la série était assez confidentielles, mais je crois qu’elle est maintenant sur Netflix.

      Je n’aurais pas mieux dit pour exprimer cette sensation. Bon, lors des nuits pourries, mes sentiments sont beaucoup moins ambigus.

  2. Nous sortons aussi doucement de la phase bébé (il ne reste plus qu’à se débarrasser des couches pour la petite) mais j’ai plaisir à évacuer toutes les affaires de puériculture. Je trie les vêtements entre le carton à donner, le carton à vendre et le carton pour nos petits-enfants. 😉 Nous gardons certains vêtements, ceux avec une valeur sentimentale et qui pourront survivre sans trop de dommages aux 20 ans en carton à la cave. Je vends sur Mamikreisel (version allemande de Vinted) et je suis contente à chaque fois que je vends un vêtement, un jeu, un livre bébé, etc. de me dire que celui-ci va aller habiller ou faire plaisir à un autre enfant.
    J’aime bien l’idée que des vêtements soient mis par toute la fratrie (plus les cousins et cousines dans notre cas) mais pour notre petite, j’ai eu beaucoup de mal quand elle était bébé car les vêtements me ramenaient à son retard de développement et au stress de ne pas savoir ce qu’elle avait car je me rappelais que sa grande sœur marchait déjà bien quand elle le portait, etc. et c’était douloureux.

  3. J’ai pleuré au remballage du berceau, au remballage des vétements taille naissance et 1 mois… en fait à chaque fois ! J’adore le voir grandir, apprendre et faire de nouvelles découvertes, mais je trouve que le temps passe trop vite et que je ne profite assez.
    Maintenant, je revend tous les vêtements sur Vinted, les objets de puériculture sur le bon coin… Avec ce que me rapporte je le rhabille, ça fait un roulement et je ne dépense plus rien pour lui acheter des vêtements.

    1. Effectivement c’est une très bonne technique ! Le berceau est toujours dans le salon chez nous XD. Bon il peut aussi faire transat et chaise haute donc bon, on a une excuse 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *