Ma vie de Working Mom

Conciliation vie pro/vie perso: un peu de germanisme en France ?

Comme vous le savez ma culture est bien plus germanique que latine, culture dont est très empreinte la France. Loin de moi l’idée de cracher dans la soupe. Travailler à Paris était mon choix, et m’offre de belles opportunités professionnelles. L’’intégration des mères sur le marché du travail allemand étant catastrophique, donc je suis bien contente d’avoir traversé la frontière. De mon point de vue, il ne faut pas se voiler la face, l’équilibre vie professionnelle/vie personnelle est encore en France une illusion pour beaucoup de femmes salariées ou fonctionnaires. Parfois le fait d’adopter le point de vue d’une personne d’une culture germanique pourrait aider à améliorer les choses. Explications.

En préambule je tiens à préciser que je sais pertinemment
que le marché du travail allemand est loin d’être rose.
La place des femmes qui fondent une famille y est purement catastrophique.

La raison est principalement culturelle le reste découle de cette vision des choses très archaïque. Dès lors qu’une femme devient mère, elle doit être entièrement dédiée à ce nouveau rôle. Tout ce qui n’est pas relatif à une couche ou à la motricité libre doit disparaître, et il est rare que tu fasses ta séance de zumba au milieu de l’open space. Les mères qui osent faire garder leur enfant avant l’âge d’un an sont considérées comme des mères indignes. Vraiment. Elles sont appelées les Rabenmutter, les femmes corbeaux. Pourquoi un tel surnom ? Car certaines espèces de corbeaux font couver leurs oeufs dans d’autres nids que les leurs. On parle d’ailleurs de parasitisme de couvée dans ce cas là. Quel surnom flatteur, tu as envie de le mettre sur un tee-shirt pour l’offrir aux 30 ans de ta pote.

Le stigma est extrêmement fort, encore aujourd’hui, même s’il est variable selon les régions
(et dans la région dont je suis issue il est TRES TRES fort).

A peu près 95 % des mères prennent l’équivalent du congé parental en Allemagne. De fait, trouver un mode de garde fait passer une épreuve de Koh Lanta pour une épreuve de sport pour 3e âge. Et le pavé sur la tarte aux fraises de tes illusions: la scolarisation en Allemagne dans les Kindergarten (l’équivalent de la maternelle) est payante et les places sont limitées.

 

A cet égard, je trouve que le droit du travail allemand est assez symptomatique : une femme en congés maternité doit informer son employeur de son souhait de réintégrer l’entreprise, et non l’inverse. De même, il est très rare qu’elles retrouvent un poste équivalent. Et lassées par un poste inintéressant et sans rapport avec leurs fonctions antérieures, elles retournent au foyer.

Clairement, la conciliation vie pro et vie perso est inexistante pour les femmes en Allemagne.
Et c’est bien ce qui fait drastiquement chuter le taux de natalité Outre Rhin.
Il faut choisir: le berceau ou le bureau.

Je ne sais moi même ce que j’aurais choisi tant ma vie personnelle et ma vie professionnelle sont importantes pour moi et sont complémentaires.

Les femmes françaises sont vraiment plus favorisées.
Mais pas d’angélisme ici non plus.
Les discriminations existent bel et bien, même si elles sont plus insidieuses.

Genre la vieille fuite de la voisine du dessus qui finit par te ruiner tes murs et ton plafond (de verre).

Combien de femmes ne sont pas recrutées parce qu’elles “risquent” de prendre un congé maternité et un temps partiel ?
Combien de femmes sont cataloguées feignasses parce qu’elles partent les premières alors qu’elles sont arrivées les premières ?
A combien de femmes a-t-on reproché leur manque de disponibilité
(en gros qu’on puisse leur demander d’aller au pied 7/7 et 24h/24) ?

A combien de femmes on a demandé comment elles font pour gérer vie pro et vie perso ? Et a combien d’hommes on a posé cette même question ? Spoiler Alert: presque aucun.

Parce que crotte de chameau ils ont une carrière ambitieuse à mener EUX. Apparemment avoir deux sphères qui pendouillent entre les jambes te permet d’être un héros si tu participes à la vie de famille. L’inverse est juste une conduite socialement attendue.

Petit exemple personnel: j’ai travaillé en préfecture il y’a quelques temps. Notre secrétaire générale a été remerciée lorsqu’elle est partie en congés maternité. Voilà, juste comme ça. Elle-même n’a pas bronché car elle savait que ça aurait été catastrophique pour le reste de sa carrière.

Les enjeux vont bien au-delà des combats féministes. Certes on vise ici principalement les femmes car ce sont elles qui doivent encore faire le grand écart entre le bureau et la maison. Le contorsionnisme, art le plus pratiqué par une large part des femmes françaises.  Mais si un jour ces messieurs s’investissent autant que nous dans la logistique familiale et le temps passé avec les enfants, alors ces changements leur seront tout aussi profitables.

L’idée ici est de voir comment certains aspects de la culture du monde du travail allemand pourraient encore améliorer la conciliation vie personnelle/vie professionnelle dans l’Hexagone.

Tout est perfectible et c’est par la critique constructive et un benchmarking (regardez comment je suis in the moove en jetlag entre Paris et NYC) de ce qui se fait en dehors de nos frontières qu’on peut proposer des pistes d’amélioration. J’axe mon propos sur la culture allemande car c’est celle que je connais le mieux. On est sur le blog de WorkingMutti, et Mutti ça veut dire maman en Allemand. Plus le truc mentionné dans la description. Tu te doutes bien que je n’ai pas passé mon enfance à Barcelone.

 

Ce que je vais développer ici résulte de mes expériences de travail des deux côtés de la frontière. Mes observations sont empiriques et font référence à une culture largement partagée, mais à aucune structure en particulier.

Dans les pays de culture allemande, l’équilibre vie personnelle et vie personnelle est important ( pour les hommes et les femmes sans enfants comme nous l’avons vu précédemment).

Les employeurs considèrent qu’un salarié heureux dans sa vie est un salarié plus productif.

A cet égard, je trouve les horaires de travail Outre Rhin vraiment très intéressants.
Ils permettent vraiment d’avoir une vie après le boulot. 

C’est le rythme qui personnellement me convient le mieux pour l’avoir longtemps pratiqué.

La journée commence tôt, vers 7-8 heures en général. Ici pas de pause café qui dure une demi-heure, de pause méridienne qui dure 2 heures. On vise avant tout l’efficacité. La pause café dure une dizaine de minutes, le pause déjeuner une demi-heure dessert et café inclus. Mais la journée de travail standard se termine entre 16h et 17h. N’espérez pas joindre quelqu’un à 17h45, vous allez être déçus.

J’aime cette organisation car elle permet d’avoir une bonne partie de l’après-midi de libre pour profiter de sa famille, pour pouvoir prendre soin de soi en allant faire du sport par exemple, ou plus raisonnablement glander devant Netflix.

Oui, certes, la journée commence plus tôt et ca piquerait les yeux pour les salariés français. Mais en général on utilise ce temps supplémentaire le matin pour dormir un peu plus, pas tant pour profiter de sa famille ou se faire plaisir. Je n’ai jamais entendu personne dire qu’il en redemande de la course du matin.

En plus fais pas genre, tes enfants sont levés à 6h frais et dispos, branchés sur une ligne haute tension dès le réveil le week-end venu. Ca marche aussi avec les vacances scolaires. Se lever plus tôt ne veut pas forcément dire dormir moins. Après avoir profité d’un vrai temps avec papa et/ou maman le soir ils pourront aller se coucher plus tôt. C’est juste un autre rythme de vie.

 

 

Tu vas me dire qu’il n’y a plus de convivialité au travail, qu’on ne communique
plus car parfois il se passe des choses importantes devant la machine à café

Certes. Mais rien n’empêche de passer la tête dans le bureau des collègues pour discuter et d’organiser un after work de temps en temps. Quant aux infos importantes sur les dossiers qui s’échangent à la machine à café, pour moi ça relève plus d’un problème de communication dans les relations de travail qu’autre chose. Et en plus, ça ne permet pas la circulation efficace de l’information et favorise le copinage. Et pour une handicapée des relations sociales comme moi c’est chiant parce que personne ne va filer des tuyaux à la fille qui va te raconter comment elle va fabriquer un costume de Jedi à son fils pour carnaval. True Story.

 

Ce qui m’a beaucoup étonné également dans le travail en France est le nombre de dossiers qu’on confie simultanément à une même personne.

Il est impossible de planifier efficacement son travail si on est sur 15 dossiers en même temps.

Et donc on se retrouve avec des  à travailler dans l’urgence et bien souvent avec des horaires à rallonge ET imprévisibles. Impossible de prévoir une sortie avec tes enfants si ton boss te file un seau pour écoper en plein naufrage, car avouons-le, ce sont souvent des dossiers qui sentent les restes du pot mal rincé du petit dernier.

Il me semble plus intéressant de ne confier que quelques dossiers à chaque salarié, qu’il puisse bien les approfondir, anticiper sur les échéances et les potentielles difficultés et ainsi mieux gérer son temps et éviter de travailler dans le stress. Et donc pouvoir rentrer à une heure régulière. En outre, on devient vraiment spécialiste du dossier et on a pas forcément à faire tout transiter par son N+1 et on est donc plus soumis à un planning décidé par la hiérarchie.

Point important : dans le monde germanophone en général il est très mal vu de faire des journées à rallonge. Ce n’est pas un signe de dévouement à l’entreprise, mais la marque d’un manque d’efficacité et d’organisation.

J’avoue que c’est également mon ressenti. Je déteste vraiment ces collègues qui brassent du vent à longueur de journée en montant en mayonnaise le moindre petit détail un peu sensible. Et en plus dans la vraie vie je n’aime pas la mayo, je trouve ça trop lourd. 

 

Ce qui n’aide pas non plus à faire tenir la journée de travail dans une plage horaire fixe
ce sont les retards systématiques avec lesquels débutent les réunions

Franchement à quoi sert de donner un horaire si personne ne le respecte ? En Allemagne, on vient en avance ou en retard. On n’impose pas ses contraintes de planning aux collègues. Justement, c’est faire preuve de politesse que de respecter l’organisation des autres. Si on n’a pas réussi à faire tenir la réunion précédente dans le temps imparti, alors on est mal organisé. Au pire, on cale une nouvelle réunion pour aborder ce qui n’a pu l’être.

Et une réunion qui commence en retard est une réunion qui déborde. Et chamboule tout le planning et c’est comme ça qu’on sort beaucoup plus tard du travail. En outre, en Allemagne on n’aime pas les imprévus (et moi non plus d’ailleurs). Un plan doit se dérouler sans accroc.

 

On en parle aussi des réunions qui s’éternisent en parlant du dossier en cours
de la mère de la cousine germaine de la femme du jardinier ?

Et des sorties de réunion où tout le monde se tape la discut en petit comité pendant une demi heure ? Si c’est aussi important pourquoi ne pas monter une autre réunion ? Et puis parfois ca tourne autant aux ragots qu’une réunion de club du 3e âge local.

 

Donc oui vous pouvez me dire que je n’ai qu’à retourner travailler en Allemagne, que la France
est de culture latine donc que c’est inapplicable,
surtout si un seul gus se décide à forcer la porte d’entrée à 7h du mat.
Il faut se fondre dans la culture majoritaire.

Mais pour mieux concilier notre rôle de maman et notre rôle de femme active
il faut bien commencer par trouver des ébauches de solutions quelque part.


C’est pas un truc à caser dans un entretien d’embauche ou un entretien annuel ça, être force de proposition ?

18 Comments

  1. J’avoue que je ne connais pas grand chose à la culture d’outre Rhin mais grâce à toi je commence à combler mes lacunes. L’une des seules personnes ayant travaillé en Allemagne que j’ai connu devait par contre avoir deux emplois pour subsister.
    Je te rejoins sur l’importance de finir le plus tôt possible afin d’avoir du temps à passer en famille, voir même du temps pour soi ! Dans la petite entreprise familiale où je travaille on pointe, oui ça existe encore, ce qui fait que si on est arrivé à l’heure le matin (8h30), à 17h c’est fini et pour moi c’est génial car à 17h15 je suis à la porte de la crèche !

  2. Personnellement, j’aime beaucoup la culture allemande. Certes, rien est parfait mais il y a du bon à prendre un peu partout et ce que tu décris là me semble pas mal. Commencer plus tôt mais avoir du temps de qualité le soir avec ses enfants, sa famille, ses amis, ça aide à tenir sur le long terme je pense. Bon je dois l’avouer, pour nous, ça serait tout une machine à revoir car on ne se lève qu’à 8h… Et encore on a tous du mal à sortir du lit, même Tess qui aime les grasse mat’ 😉

  3. J’aime bien ton article. Je sais que dans l’Est de la France, finir tôt le boulot est assez habituel enfin du moins le vendredi après-midi (je le sais par une partie de ma famille maternelle qui y habite) et je trouve ça vraiment bien et comme tu le dis, ça permets de profiter de sa famille plus longtemps le soir. Pour ma part, je bosse dans une entreprise qui est semi publique (je ne suis pas fonctionnaire je précise) et la plage horaire est de débuter à partir de 7H30 jusqu’à 9h00 le matin et partir du boulot à partir de 16H30. Perso, j’aime bien commencé vers 8H20 le matin et pouvoir partir à 16h30 le soir du boulot histoire de pouvoir faire des courses/ aller à la Poste voir flâner si je peux avant d’aller chercher Poupou chez sa nounou et je sais que c’est une grande chance que j’ai. Je préfère débuter le boulot tôt mais finir tôt (je suis une lève tôt donc ça ne me dérange pas en soit). Sinon je trouve dommage le sort que peuvent avoir les femmes en Allemagne en devenant mère, c’est assez réducteur et je comprends mieux pourquoi la natalité soit si basse dans ce pays. Je suis choquée par l’histoire de la secrétaire générale qui se fait virée pour cause de maternité, c’est révoltant ce genre de comportement.

    1. Très honnêtement je pense que du moment que le travail est fait il ne sert à rien de chipoter sur les horaires. Ce qui arrive à 17h30 peut très bien attendre le lendemain.

      En fait la secrétaire générale est sur un poste où elle est révocable à tout moment sans motif particulier. Et là ces messieurs les big boss se sont pas gênés.

  4. Je comprends tout à fait ta demande et j’espère qu’elle sera entendue à ton entretien individuel de fin d’année 😉 La question des réunions, des horaires qui débordent, des sujets “hors sujets” abordés, les retardataires etc… me parle énormément et je pense que c’est réellement un point sur lequel chacun peut travailler pour éviter les réunions à rallonge et les débuts de soirées passées au travail !!!! A bientôt,
    Charlotte.

    1. Ah les entretiens individuels … Je n’ai toujours pas eu celui de l’année dernière en fait lol. En fait, en parlant avec une collègue, je me suis rendue compte qu’en fait dans la direction où je travaille il n’y avait pas une seule maman avec des enfants en bas âge et/ou en âge scolaire…

  5. Très intéressant cette comparaison 👍. J’ignore en fait tout du marché du travail car j’ai été indépendante dès la fin de mes études (sauf quelques stages). Être son propre patron, voilà un plaisir de la vie dont je ne me lasse pas, encore plus quand je lis ton récit de ces infâmes réunions à la française !

  6. Je comprends tout à fait ton point de vue. J’ai d’abord travaillé en France puis au Canada et les choses n’ont rien à voir. Ce que tu écris, «dans le monde germanophone en général il est très mal vu de faire des journées à rallonge. Ce n’est pas un signe de dévouement à l’entreprise, mais la marque d’un manque d’efficacité et d’organisation.» est parfaitement vrai ici aussi. Les employés de bureau comme moi terminent au maximum à 17h, quel que soit la nature du poste. Je n’ai jamais fini avant 19h en France, et celui (celle) qui partait à 17h se voyait volontiers taxé d’un «Ben alors tu prends ton après-midi?». Pourtant ce n’était pas forcément la charge de boulot mais bien la culture d’entreprise qui nous faisait rester. Il m’est arrivé de rester sur Facebook de 18h à 19h, juste pour ne pas partir la première. Je sais que je ne suis pas la seule à avoir fait ça… et quelle perte de temps quand tu y penses! Le congé maternité associé au congé parental dure environ un an ici aussi. Le congé paternité est de 5 semaines et le congé parental peut etre pris par le papa également ou divisé entre les deux parents, ce qui est généralement assez bien admis.

    1. Pareil dans mon ancien boulot. Je voyais des mecs jouer à Candy Crush mais leur boss chantait leurs louanges car eux étaient “disponibles”.

      L’ass mat de mon dernier a un fils qui travaille au Canada. Il n’a absolument pas envie de revenir, notamment car la culture d’entreprise est très différente de la culture française. Deux collègues sont parties travailler au Canada. Elles ne sont jamais revenues non plus 😉

  7. Hallo,
    Je me doutais bien que tu avais quelque chose à voir avec l’Allemagne, à cause du Mutti dans ton pseudo. Au passage, “Mutti” a disparu, c’est devenu has been. Les mamans d’aujourd’hui se font appeler “mami” ou “mama”, ça fait tellement plus in quand ce n’est pas en allemand…
    Bref, je vis et travaille en Allemagne… et j’ai 3 enfants ! Bon, en plus, j’essaie de monter un blog mais je n’arrive jamais à trouver le temps d’écrire un article…
    Pour mon premier enfant, j’ai repris le travail à temps partiel à la fin du congé maternité. On m’en parle encore au boulot alors que mon grand a 7 ans ! Les collègues arrivées depuis le savent par les bruits de couloir et viennent parfois me demander des conseils quand elles hésitent à rester un an en Elternzeit. Je suis devenue l’experte de toute la boîte en pratiques éducatives étranges…
    C’est certain qu’il y a de nombreux avantages à rester à la maison avant le premier anniversaire de l’enfant. On touche presque autant que son salaire, il y a beaucoup de possibilités de faire des ateliers, du sport avec le bébé, etc. Mais il y a aussi une très forte pression. Quand je m’absente au travail car un de mes enfants est malade (ce qui arrive assez souvent avec trois enfants en bas âge), je me prends des réflexions de la boss, passe pour une feignasse et/ou quelqu’un qui n’est pas du tout engagée dans son travail… Ma boss m’a déjà dit que je devais mieux m’organiser. Ah ah ah ! Quand ton enfant vient te tirer à 4h du mat’ de ton lit pour cause de gastro carabinée, tu t’organises comment pour être au boulot à 8h ? Un collègue m’a suggéré de demander à mes copines mères au foyer de garder mon enfant malade. Comme si mes copines avaient envie de récupérer mon gamin et ses miasmes pour qu’il puisse les refiler à toute la famille !
    Bref, je vais aller regarder ta présentation pour voir où tu as vécu en Allemagne.
    Bis bald !

    1. Effectivement tu vas devenir la référence “working mom” de ta boite ;). J’ai eu aussi cette réflexion: tu as des absences pour tes enfants que tu devrais organiser. Bien sur, je pense que mon fils va réussir à planifier sa gastro.

      A vrai dire je ne donne pas ma région d’origine car sinon ça fait beaucoup d’indices sur ma véritable identité. Du coup je vais me limiter à Sud Ouest de l’Allemagne.

      J’avoue que j’ai sciemment mis Mutti pour bien affirmer l’identité franco allemande de ce blog vu que Mutti est assez connu. Mama était trop général et sonnait plutôt latin pour moi. Et je suis presque sure que ça devait être pris comme nom de domaine. Mais une fois on m’a demandé si c’était à cause de la marque Mutti et de ses célèbres tomates en conserve XD

  8. Effectivement, il serait bien agréable de rentrer plus tôt à la maison le soir mais… il faudrait que l’école et la crèche commencent plus tôt ! Ici, l’école c’est début des cours à 08h30, et avant il faut payer une garde périscolaire. La crèche commence à 08h15, pas possible de laisser son enfant avant. Il y a beaucoup d’assistantes maternelles qui vont déposer leurs propres enfants à l’école le matin et donc n’acceptent ceux qu’elles gardent qu’à 08h30 (je parle de mon coin, je sais que dans d’autres régions de France, elles sont plus disponibles le matin). Toute une organisation à revoir, au niveau national. Et puis quand tu es au forfait-jour, tu n’as pas d’horaire, je sais pertinemment que si j’arrivais à 7h30, j’y serai encore à 18h. Donc à mon niveau, commencer plus tôt pour travailler plus… jamais !

    1. C’est sur que c’est toute une organisation à revoir. Mais 8h15 c’est vraiment vraiment tard pour pouvoir déposer ses enfants ! Etant donné que j’habite assez loin de Paris en IDF peut être que la municipalité en tient compte pour organiser les horaires ?
      Je suis à l’équivalent du forfait jour pour la fonction publique. Et effectivement on demande un temps de présence jusqu’à une certaine heure quoi qu’il arrive. C’est bien dommage car j’en vois trainer sur facebook en fin de journée s’ils sont arrivés tot

  9. Aghf j’aimerais tellement pouvoir aller sur Facebook en fin de journée…(nan je blague) à la place à 17h10 je cours chez la nounou ! Dans mon service les arrivées s’échelonnent entre 7h15 (moi !) et 9h. Pas de remarque pour partir à 17h en revanche, c’est plutôt dans les mœurs (je suis également au forfait jour) chez nous (pas comme dans mon ancienne boîte où on finissait jusqu’à 21h :s).
    Par contre, moi j’ai BESOIN de ma pause déjeuner d’une heure pour prendre le temps de manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *