Au quotidien / Santé des enfants

Diversification bébé APLV et RGO: le point à 6 mois

Aliénor vient de souffler sa demi-année. Après ces premiers mois difficiles, on commence doucement à sortir de l’eau. Le RGO se fait beaucoup plus discret avec la diversification à tel point qu’on a pu arrêter les médicaments et que madame dort sur le dos ! L’APLV par contre elle se déchaîne. On fait le point.

 

Je me permets de faire un recap complet car je sais que souvent ce n’est pas mon lectorat habituel qui vient chercher des infos sur ce type d’article.

 

Comme pour son frère qui a souffert d’un bon gros RGO interne, à 6 mois, le bilan est globalement plus positif. Je n’entends presque plus de gros gloups, ce bruit horrible de régurgitation souvent suivi de pleurs. On a pu arrêter l’innexium et se contenter du polysilane de temps en temps. Madame peut même dormir sur le dos maintenant tant elle se sent soulagée. Le RGO commence à devenir juste un mauvais souvenir, même si je reste sur mes gardes. Je sais qu’il est fourbe et peut revenir nous faire coucou jusqu’à l’acquisition de la station debout et de la marche.

La diversification nous a été d’une très grande aide, même si elle s’est compliquée car Aliénor semblait buter sur la cuillère. Le blocage est parti comme il est arrivé.

Toutefois, on sent qu’elle doit subir au moins un inconfort et qu’elle cherche des moyens de se soulager. Le salut vient également de la station assise qu’elle commence à bien maîtriser. Je ne suis vraiment pas fan de la mettre assise alors qu’elle ne sait pas se mettre toute seule dans cette position, mais elle se sent vraiment bien et soulagée pour jouer. Bien sur, je reste à côté d’elle pour la reprendre lorsqu’elle se lasse. Lorsqu’elle se fatigue, elle préfère rester dans son transat plutôt que sur le tapis d’éveil. Elle ne supporte pas vraiment le portage et souhaite vraiment être libre de ses mouvements, par exemple s’attraper les pieds en ce moment.

 

 

 

 

La motricité libre est donc moyennement possible avec un bébé RGO, et il n’y a pas de culpabilité à avoir car on fait cela pour soulager bébé avant tout.

 

 

Niveau lait, on reste toujours sur du puramino (lait aux acides aminés) épaissi avec du magic mix (amidon sans caroube). Par contre, elle commence vraiment à le bouder. Difficile de lui en vouloir car elle découvre des saveurs bien plus alléchantes que son lait … qui, soyons honnêtes, refoule du goulot ressemble à une vieille boite de conserve laissée trop longtemps au fond du frigo.

 

 

 

Voici notre journée type niveau alimentation

 

 

 

 

Petit déjeuner

Un biberon de lait de 180 ml avalé laborieusement

J’hésite sur l’introduction de céréales car dans mon souvenir, leur remontée dans le tube digestif pourrait favoriser ou amplifier l’inflammation. Mais je suis tentée d’essayer les céréales au chocolat pour la motiver à boire plus.

 

Déjeuner

90 ml de biberon (si elle veut bien les accepter)
Un demi petit pot de légumes/viande ou poisson/féculent

Une attention particulière est portée au choix de petit pot qui ne doit contenir aucune trace de lait, de boeuf ou de veau. On évite également le porc car le jambon premier prix est souvent reconstitué avec du lait. En gros, on reste sur poulet ou poisson. On arrive tout de même à trouver des petits pots qui rentrent dans cette catégorie au supermarché, mais le plus grand choix reste dans les marques bio (Babybio, Holle).

 

Goûter

90 ml de biberon (encore une fois, si elle veut bien le terminer)
Un petit pot de compote de fruits

Dîner

Comme son frère avant elle, elle boude totalement son biberon le soir.
Nous lui donnons donc un tout petit peu de lait pour le liquide
Un petit pot du soir maison: 90g de légumes + et 20 à 30g de floraline cuisinée avec son lait OU 90g de légumes + 20g de pommes de terre + 2 mesurettes de lait

 

 

La pédiatre a bien insisté sur le fait qu’il faille ajouter des féculents à midi ET le soir pour que ce soit de vrais repas nourrissants. Les légumes “simples” c’est pour la découverte, pas pour caler complètement un bébé de 6 mois. En outre, son lait est destiné aux enfants de 0 à 3 ans. Il ne couvre pas forcément très bien ses besoins nutritionnels actuels. Étant donné qu’elle n’est qu’au 25e percentile alors qu’elle est née avec un très bon poids de naissance, la pédiatre préfère être prudente. Le but est vraiment d’éliminer au maximum les biberons de lait en guise de seul repas.

 

Depuis peu, elle ne réclame plus de biberon de nuit.

 

 

 

 

 

Pour ce qui est de la réintroduction

 

 

Notre petite Aliénor est suivie par sa pédiatre (qui est aussi penumo-pédaitre) et par une allergologue.

On ne tente rien avant ses 1 an. Même à ce moment là, la “réintroduction” va consister à lui donner une mesurette d’hydrolysats dans le biberon. Oui, vous savez les allernova et compagnie qui sont déjà destinés aux bébés allergiques … La réintroduction des produits laitiers en eux-mêmes ne sont même pas au programme. Le but avant tout de ne pas la brusquer, de ne pas s’acharner. et tant pis si elle ne peut pas s’enfiler une danette en dessert.

Son choc anaphylactique et le fait que son allergie s’aggrave au lieu de s’améliorer rendent les médecins de moins en moins optimistes sur le fait que son allergie parte avec l’âge. Le terrain de l’APLV et de l’asthme étant similaire, on préfère ce concentrer en priorité sur les problèmes respiratoires, qui peuvent en outre avoir des conséquences sur sa cardiopathie.

 

Autant il existe des grandes lignes pour tenter de soulager un bébé RGO, autant chaque APLV étant différente, on navigue toujours à vue.

2 Comments

  1. Courage, nous on va attaquer la diversification au 6 mois de la puce et je note donc la Future galère pour les petits pots.
    Avec un peu de chance elle n’est pas allergique aux croisé. Rdv allergologue en janvier on devrait en savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *