Au quotidien / Capture d'instants

Du vrac concis qui pique

Si je vous disais qu’on est lundi matin et que j’ai exactement 40 minutes pour écrire cet article, si ma progéniture veut bien m’en laisser le loisir, vous allez me croire ? Ne pas chercher ici une quelconque cohérence.

Point relactation

Le résultat n’est toujours pas glorieux.

 

Au lieu d’avoir des gouttes qui perlent, j’ai maintenant des gouttes qui coulent sur le mamelon. Mais rien dans le biberon.

 

 

 

Mais j’ai une confession à vous faire: je suis loin d’arriver à tirer 8 fois par jour.

 

Ce n’est clairement pas un manque de motivation. Juste le poids du quotidien d’une famille nombreuse et de la prise en charge d’un nouveau-né pas en parfaite santé. Entre les RDV médicaux quasi journaliers d’Aliénor, le besoin pour mes aînés et moi de passer du temps de jeu actif ensemble, les courses, les enfants à aller chercher chez la nounou/le centre de loisirs, j’essaie de tirer toutes les 3/4H. Oui saymal. Non, pour le moment, je peux difficilement faire autrement. Dans l’idéal, il faudrait que je ne fasse presque que ça en gros. Sauf que, avec 4 enfants en bas-âge et isolés géographiquement, c’est un peu comme croire que ton enfant va rester sage auprès de toi à Disney.

 

 

 

En outre, je grimace rien qu’à l’idée d’une séance de tire-lait.

 

J’ai super mal. Je suis obligée de tirer plus de 30 minutes, de régler le tire-lait à puissance maximale pour espérer sortir quelques gouttes. Et boréal, je douille presque autant que ma cervelle lorsqu’on m’oblige à regarder un film des Bronzés (le sexisme, les clichés idiots et beaufitude à son paroxysme). J’en suis à mettre de la glace dessus. Tout ça pour des gouttes boréal !! Faut bien que je l’aime ma fille hein, parce que en temps normal je ne suis pas du genre à prendre un abonnement à l’année au club local des amis de la série 50 shades of grey.

 

 

 

 

C’est assez décourageant je dois avouer. Je sais que je ne fais pas tout comme il faut, mais il devrait y avoir une petite amélioration quand même non ? La seule différence notable est que le lait qui sort n’est plus jaune mais totalement blanc. J’espère donc que le revival de la montée de lait n’est pas arrivé et qu’on est arrivé au maximum de la production.

 

 

 

 

Point fin de l’année scolaire

 

L’année 2018-2019 aura été intense, et nous aura plongé direct dans le grand bassin de l’angoisse.

 

 

Ce fut la première année d’école pour nos aînés

 

 

Et notre première année en tant que parents d’élèves

L’entrée à l’école maternelle avec le harcèlement les injonctions pressantes de l’équipe pédagogique pour que Isaac maîtrise enfin la propreté. Je vois encore mon petit bout sur les toilettes, en train d’appuyer sur la zone de la vessie que nous lui avions montrée, désespéré ne pas maîtriser ses sphincters. Je vois encore son ATSEM lui dire qu’elle était à bout. Oui, il hurlait pour tout, je le concède. Mais dans cette ambiance où il ne se sentait rejeté, absolument pas en sécurité, peut-on vraiment lui en vouloir ? Et puis, une fois les 3 ans atteints, un âge physiologique pour acquérir la propreté diurne, tout s’est débloqué.

 

 

 

 

Au fil de cette année scolaire, ils sont devenus des vrais élèves, se sont fait de vrais copains. Ils ont progressé dans tous les domaines, ont trouvé des centres d’intérêts précis et récurrents (toi aussi kiffe les fusée et les châteaux forts).

 

 

Dans cette même période de rentrée, il y a eu ce test positif et les angoisses terribles qui ont suivi.

 

Et puis la naissance d’Aliénor pour clôturer cette année.

 

 

Bref, l’année prochaine on prendrait bien l’option pépère.

 

 

 

 

Avec en point d’orgue l’inscription de Samuel en petite section au moins de janvier. La maman hyper fière avec le sourire aux lèvres qui va signer les papiers à la mairie, ce sera moi. Le voir à la kermesse l’année prochaine apprivoiser encore plus ces locaux qu’il fréquente déjà tous les jours pour chercher ses frères.

 

 

 

Point Working Mutti s’irrite légèrement du manque
de prise au sérieux de ce qu’elle raconte

 

 

Nous avons la chance de bénéficier d’heures d’intervention d’une TISF (la aucune ironie, vraiment, ça aide). Sauf que je passe pour l’hypocondriaque de service. Ils m’affirment que mon bébé va très bien et n’a pas l’air d’avoir de RGO. WTFFFFFF ? Oui, en journée, parfois ça va. Mais tu viens la voir souffrir en pleine nuit en train de machouille et de hurler à chaque remontée ?

Nous bénéficions d’un suivi dans une unité mère-enfant du fait de mes antécédents de dépression du post-partum et du déroulement horrible de cette grossesse, et la vie au quotidien avec une épilepsie. Le médecin en charge du suivi a toujours un petit regard condescendant/parternaliste lorsque j’évoque mes déboires avec le corps médical, ou alors la santé de ma fille.

 

Florilège.

 

Mais enfin madame, votre fille n’est pas malade. Elle a juste quelques soucis de santé.
Elle va en effet parfaitement bien. C’est pour ça que son carnet de santé est déjà rempli jusqu’à la page de ses 6 mois et qu’elle voit un médecin tous les deux jours au minimum.

 

C’est vous qui avez encore changé de lait ?
Non c*nasse, c’est la pédiatre et je te fous l’ordonnance sous le nez. J’ai vu son changement de regard, de moqueur à “punaise elle dit la vérité et c’est la loose en fait”. Petite pensée à tous ces parents qui galèrent à faire reconnaître le RGO et/ou l’allergie aux protéines de lait de vache de leur bébé et a qui ont répond “mais c’est juste des coliques, un bébé ça pleure”.

 

Vous jouez encore à être votre propre médecin
Cf. mon historique médical qui a été abordé sur ce blog en long, en large et en travers. Dernier exemple en date: on a juste failli y passer Aliénor et moi du fait d’une rupture utérine alors que nous demandions avec une grande instance à l’équipe d’obstétrique de faire la césarienne à 35 SA. Donc madame, je ne joue pas avec ma santé, bien au contraire.

 

 

 

Cette relactation vous permet d’avoir l’impression de faire quelque chose pour votre fille, et puis ça vous occupe l’esprit
Essayer de ne pas rendre mon rêve d’étrangler mon interlocuteur. Parce que le fait que ma fille soit pleine de plaques rouges, c’est juste des boutons de chaleur. Parce que ses difficultés intestinales c’est juste la chaleur. Et pour les bébés d’hiver ils mettent tout sur le compte du froid ?
Genre mon lait ne va rien lui apporter de plus qu’un lait artificiel, certes composé d’acides aminés, mais encore fabriqué à base de lait de vache. Ce à quoi elle est justement allergique. Et puis j’aime avoir les larmes aux yeux lorsque je tire 6 fois par jour au minimum. C’est me version d’avoir du temps pour moi pour décompresser.

 

Non, mais arrêtez d’aller aux urgences pour rien
Ma fille avait une otite purulente. Appel à la pédiatre, visite en urgence à 19h. Envoi direct aux urgences, après qu’elle les ai préalablement appelés. Passés en priorité malgré une salle d’attente blindée. J’avais encore une fois raison. Mais quelle chieuse je suis pour oser faire perdre du temps inutilement au corps médical.

 

Mais Big up à WonderPédiatre pour avoir du direct où était le problème, pour nous envoyer aux urgences dès que nécessaire, pour prendre de nos nouvelles le lendemain.

 

15 Comments

  1. Bon courage pour la relactation ! J’ai essayé de tirer mon lait quand ma petite était trop faible pour téter efficacement. Je sais comme c’est compliqué de le faire tout en s’occupant d’un bébé et des aînés pas si grands que ça. Bon courage et bonne chance !

  2. Courage ! Heureusement que ta pédiatre est top ! C’est fou les débilités que certains peuvent sortir à une jeune maman… Je trouve ton projet de relactation courageux et j’espère de tout coeur que ça va fonctionner ! 😘😘

  3. C’est sûr que pour la relactation, il y a la théorie pour que ça fonctionne et la pratique dans la vraie vie. Je vois pas comment tu pourrais faire plus avec la vie quotidienne que tu mènes avec 4 enfants en bas âge.
    Tu es une wondermaman !

  4. Courage pour les séances de tire-lait, je l’ai fait pendant 8 mois pour ma petite, je sais ce que c’est… Par contre normalement ça ne doit pas te faire mal et il n’est pas utile de mettre trop fort, contrairement à ce que l’on croit ça n’aide pas. Essaye peut-être de masser tes seins pendant le tirage.
    Bien sûr idéalement il faudrait tirer toutes les 2h, pas evident avec le quotidien a gérer… Je te donne mes astuces, si ça peut t’être utile…
    Achat d’un soutien-gorge bandeau pour tirer son lait les mains libres, histoire de pouvoir lire une histoire, habiller une poupée, empiler des legos avec les aînés… Tout en berçant bébé du pied #wondermaman
    Faire des tirages très fréquents, tant pis si ça ne dure pas les 30min réglementaires, ça aide à stimuler mais ne remplace pas les vrais tirages hein
    Laver le matos qu’une fois par 24h (et le faire laver par le Papa) entre temps tout au frigo dans une boite isoterme et zou, a dans 3h.
    J’espère avoir pu t’être un poil utile. Courage, c’est super ce que tu fais pour ta fille

  5. Pour la lactation, je suppose que tu as déjà testé les tisanes d’allaitement et la bière sans alcool ? Peut-être aussi essayer de tirer avec un des enfants dans tes bras (pas forcément la petite, celui qui est le pus susceptible de se tenir tranquille car câlin = ocytocine). Ou dans les bras du papa quand il est là !
    Et pour les remarques, les bras m’en tombent. Heureusement que tu gardes ton humour ! En tout cas je te souhaite beaucoup de courage !

  6. Super suivi en effet… Heureusement que WonderPediatre est là !
    Pour le tirage je m’étonne vraiment que ce soit douloureux. Pour avoir pratiqué j’avais tout au plus de l’inconfort… Après il est vrai que ce n’était pas dans un contexte de relactation. Est-ce que des séquences plus courtes (10-15 min) mais plus régulières s’intégreraient mieux dans ton emploi du temps ? Sens-tu le fourmillement/picotement de la montée de lait ?
    En tout cas c’est clair que ce serait déjà un défi sans la casquette mère de famille nombreuse… Alors là autant dire que tu gravis l’Everest pour ta fille. Plein de courage !

  7. La leche league ça peut bien aider en effet, ne serait-ce que pour se motiver (ou avoir du soutien compatissant).
    Il y a aussi des protocoles pour augmenter la lactation où on tire peu longtemps mais très souvent. Dans l’idée, on laisse le tire lait sorti et à chaque fois qu’on passe devant, hop quelques minutes shadock…
    Et éventuellement changer de tire lait si c’est douloureux ?
    Force et courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *