Au quotidien / Post-Partum

Fin la coloc des jumeaux, bébé RGO et adaptation

Aujourd’hui, je vous livre un article totalement en vrac. Comme notre quotidien, comme nos journées et nos nuits.

Première envie de séparation des jumeaux:
procédure d’expulsion locative du local d’habitation
à usage de chambre partagée est enclenchée

 

 

Je t’en avais déjà parlé, parfois sous notre toit, le coucher est assez rock’n’roll. Surtout pour Yoann qui refuse de se mettre au lit avant 22h. Si tu as toi-même des adultes format de poche à la maison, tu connais bien les excuses éculées pour retarder le moment du coucher: j’ai envie d’aller aux toilettes, je veux encore un verre d’eau, le doudou “oublié” dans les toilettes etc.

Nous avons tout d’abord éliminés les suspects au lourd casier judiciaire: peur du noir, peur de la séparation, peur des monstres. Que nenni. Il ne cherche pas vraiment notre attention, non. Il cherche surtout celle de son frère, son coloc, qui subit ses frasques jusqu’à une heure avancée. Isaac vient ainsi tous les matins se plaindre auprès de nous que son frère l’a empêché de dormir. En effet, parfois souvent, Yoann secoue vigoureusement son frère qui s’apprête à tomber dans les bras de Morphée au cri de “Isaac réveille-toi !!”.

 

 

Nous en avons bien sur parlé avec les principaux intéressés,
conduit des tentatives d’accord dont les résultats ont été à la hauteur de nos compétences en matière de diplomatie,
aussi présentes qu’un député aux

sessions du Parlement Européen.

 

 

 

 

Et puis, Isaac nous a formulé une demande à laquelle je ne m’attendais pas avant des années:
Maman, est-ce que Yoann il peut faire dodo dans une autre chambre ?”.

 

Bon, ça c’est fait.

Yoann étant à côté je lui ai demandé s’il ne souhaitait plus non plus dormir avec son frère jumeau. “Non je veux dormir avec Isaac“.

Nous voilà bien mal barrés.

 

 

 

Et même si cette nous accédions à cette demande,
quid des modalités pratiques ?

 

 

 

 

Nous avons 3 chambre: la nôtre, celle des jumeaux, et une chambre pour Samuel qu’il va partager avec sa sœur une fois qu’elle fera des nuits correctes. Avant qu’ils aient l’âge de se séparer, nous aurons changé de logement. Isaac ne devrait pas à avoir à changer de chambre étant donné que ce n’est pas lui qui est à l’origine des troubles, ce serait un peu une double peine à mon sens. Mais mettre Yoann avec Samuel, c’est empêcher le petit Samuel de dormir alors qu’il fait enfin des nuits correctes depuis plusieurs mois. Et il a son petit rituel bien à lui qui serait bousculé par l’arrivée de son frère. En outre, si Isaac peut envoyer paître son frère, Samuel aurait bien du mal ne maîtrisant pas encore la parole et étant dans un lit à barreaux.

Hors de question de mettre Yoann dans notre chambre, de toute manière, il n’y a pas la place. On va quand même pas mettre un matelas dans le couloir (le salon étant animé jusque tard parfois). Ce serait là une grosse punition.

 

 

Alors on se creuse nos méninges fatigués.

 

 

 

 

Avoir un bébé RGO et APLV,

 

 

Notre petite Aliénor subit toujours les affres de son RGO et de son allergie aux protéines de lait de vache.
Elle souffre maintenant d’une œsophagite.

 

Le seul traitement efficace: l’innexium … qui met 10 jours à agir.

 

En attendant elle douille notre petite battante.
Rien à lui proposer à part des pansements gastriques peu efficaces et du doliprane.

 

Les autres anti-douleurs ? Trop d’effets secondaires. Donc, c’est comme si on laissait un adulte souffrir d’une brûlure, tout en mettant une dose d’acide 6 fois par jour, tout en lui disant qu’on ne peut pas le soulager car des médicaments un peu plus forts lui sont refusés. Impensable hein ? Traitement inhumain, torture, des grands mots seraient lancés.  Apparemment pas en pédiatrie …  On opérait les bébés sans anesthésie, mais la prise en charge de la douleur est purement catastrophique. Et ça me met  dans une rogne incroyable de voir ma fille souffrir et de n’avoir pour seule réponse qu’un haussement d’épaule.

 

 

 

Alors, faute d’écoute, nous nous écartons des recommandations officielles.
Aliénor dort maintenant sur le côté, sous surveillance bien sur.

 

Et là, j’ai retrouvé mon bébé, ses siestes longues et calmes, ses pleurs discrets en dehors des biberons. Non, le plan incliné ne suffisait pas à la soulager alors qu’elle n’était que cris et pleurs inconsolables. La position sur le dos est la pire position possible pour un bébé RGO.

J’ai repensé à un article du blog d’une mummy et nous avons commandé un cale-bébé latéral réglable pour qu’elle puisse dormir dans cette position de manière sécurisée. Pour le moment, elle est juste calée par une serviette roulée en boule contre son dos et donc surveillance constante. La mettre sur le ventre n’était pas une option pour nous étant donné que ce n’est pas DU TOUT une position qui peut être sécurisée.

 

 

 

 

 

Attention, je ne vous conseille pas d’envoyer balader le sacro-saint bébé dort sur le dos.
Clairement, cette mesure de prévention a eu un impact sur le nombre de bébés décédés de la mort inattendue du nourrisson.
Mais dans notre situation particulière, devant la souffrance de notre fille que nous ne pouvions soulager, après avoir pesé sérieusement le pour et le contre, nous avons décidé de prendre une autre voie, sous surveillance toujours.

 

 

PS: je pensais sincèrement que nous étions aujourd’hui mercredi. Même si nous avions RDV avec les maîtresses pour la remise des livrets de la réussite. Oui, avec la chaleur, j’ai les fils qui se touchent. Et donc, je pensais que j’avais encore une journée pour bosser sur cet article. Sauf que juste non. Du coup, cet article a été publié en live.

 

 

 

12 Comments

  1. Contente que vous ayez tenté le dodo latéral qui a duré ici jusqu’à ce qu’elle se positionne elle-même… sur le ventre! Certes le dos c’est plus sûr et bla bla bla mais c’est une torture pour un bébé RGO, point. Alors on s’adapte. 😉
    Sinon pour la collocation délicate, je compatis, ça sent le bon casse-tête !

  2. J’ai l’impression que tu pourrais écrire un livre avec tout ce qui vous arrive :O
    Quel casse tête cette histoire de chambres… Vous pourriez peut-être envisager de séparer la chambre en deux avec un paravent ? Ça pourrait peut-être limiter les tentatives de réveil ?
    Et pour Aliénor, j’ai BEAUCOUP entendu des témoignages similaires concernant les nuits difficiles avec un bébé RGO. Si cette solution l’apaise, je comprends totalement que vous la mettiez en place !
    Bon courage avec tout ça,
    Plein de pensées;
    Charlotte.

  3. Une proposition qui vaut ce qu’elle vaut : essayez de mettre ensemble Isaac et Samuel. Si les deux ont des besoins de sommeil similaires, ils pourraient bien s’entendre, après une phase d’adaptation. Yohann resterait seul et libre de s’occuper jusqu’à son heure de sommeil personnelle. Si vous voulez éviter l’aspect “double peine”, rapatriez Samuel dans la chambre des jumeaux et donnez à Yohann l’ancienne chambre de Samuel. Bon, il n’y ensuite plus qu’à espérer qu’Aliénor aime s’endormir aussi tard que Yohann………. En fait, il est dur votre casse-tête ^^
    Bon courage pour le RGO ! Nous avons aussi fait dormir notre numéro 2 sur le côté, il avait beaucoup de gaz et la position sur le dos était inconfortable, il était mieux recroquevillé. On le calait comme on pouvait, et le simple fait de le remettre sur le côté quand il pleurait lui permettait de se rendormir. Ah oui, et il dort encore mieux quand il est collé contre moi… Après une phase d’angoisse à l’idée de faire n’importe quoi, on a fini par continuer cododo et dodo sur le côté car comme ça… On dort !

    1. C’est un vrai casse-tête en effet XD. La solution la plus efficace serait en effet de les changer de chambre. Mais j’ai peur que Yoann se mette à “squatter” le lit d’Isaac et que ce soit ambiance de colo dans la chambre. Quand Yoann a une idée en tête …

      C’est clair qu’au bout d’un moment on pense en premier lieu à optimiser son sommeil et celui de bébé.

  4. D’instinct j’ai la même solution que Mélinda pour les chambres. Isaac et Samuel dorment ensemble, Yohann récupère la chambre de Samuel. Et petite Aliénor ira là où la portera son sommeil, càd Yohann si elle est couche-tard, Isaac et Samuel si elle est bonne dormeuse.
    Pour le rgo aucune expérience mais je préfère un bébé qui dort bien qu’un bébé torturé qu’on place sur le dos “parce qu’il faut”. Les recommendations de sur le dos c’est très bien pour tous les bébés à qui ça convient mais pas au point de torturer un bébé à qui ça ne convient pas.

  5. Votre billet me donne envie de partager notre histoire. De notre côté, nous avons (bêtement) attendu 5 semaines avant d’oser coucher notre fille (atteinte d’un RGO interne et sournois) sur le ventre. La nuit où nous l’avons fait, elle a dormi d’une traite jusqu’à 5h du mat’. Joie ! Et le premier vainqueur de ce bon sommeil est l’enfant lui-même, qui a bien besoin de repos nocturne pour affronter les remontées acides durant la journée. La position de couchage sur le ventre était autrefois associée à des couvertures, coussins et peluches dans le lit. La baisse de la mortalité associée à la position de couchage sur le dos relève aussi du retrait de tous ces objets dangereux et de l’usage systématique de la gigoteuse / turbulette. J’avais lu cette info dans un livre tout spécialement consacré au sommeil et cela avait achevé de me déculpabiliser : peu à peu ma fille pu retrouver le calme et l’apaisement dans son lit, tranquillement couchée sur le ventre.

  6. Bonjour,
    Je suis une lectrice régulière de votre blog mais je ne commente jamais.. Ni ici ni ailleurs, d’ailleurs^^
    Pour le coup, j’ai peut-être quelque chose à vous proposer pour votre miss.. Pour la petite histoire, ma fille a eu un très gros torticolis à la naissance qui a entrainé une très forte plagiocephalie. Pour y remédier, nous avons rencontré le cranio-pédiatre Dr Marck à Paris, elle avait 6 mois au démarrage du processus . Elle a du porter un casque pendant 8 mois pour remettre sa petite tête. Bref, je m’égare.. Lors du RDV, le pédiatre nous a présenté plusieurs produits, qui nous aurait permis d’éviter ou de limiter tout ça. Dans les produits proposés, il y avait un matelas : c’est une sorte de toile tendue extra-aérée qui permet au bébé de se positionner pendant son sommeil comme bon lui semble (dos, coté et ventre). Il n’y a aucun risque d’étouffement sur le ventre car sous la toile tendue, il n’y a que de l’air et le bébé peut respirer même avec la tête dans le matelas, idem si il régurgite, cela passe au travers des alvéoles et n’empêche pas la respiration. Enfin, ce matelas est lavable très facilement. C’est le matelas PURFLO “respirant” de chez PHYSIOMAT, il coute 149 euros. Nous ne l’avions pas acheté à l’époque parce qu’elle était déjà grande, mais je suis enceinte de mon deuxième actuellement, et nous l’achèterons pour lui ! Ainsi il dormira comme bon lui semble et nous ne seront pas stressé de savoir si il risque de s’étouffer. Cela pourrait être une solution pour que votre miss dorme sur le ventre si cela la soulage. A vous de voir ! Mais je trouvai dommage de ne pas partager cette info avec vous !
    Bonne continuation et bon courage avec tous vos loulous !
    Marie

  7. Bon courage pour le casse-tête des chambres 😉
    Et vous avez raison de faire ce que vous sentez le mieux pour Aliénor. Quand la sécurité est là, la soulager reste la priorité! Bon courage, j’espère que l’inexium fera vite effet!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *