Au quotidien / Capture d'instants

Je savais pas qu’être maman c’était aussi bien

C’est ce que je réponds à chaque fois qu’on me demande pourquoi je souhaite un 4e enfant. Je ne savais pas qu’être maman pouvait apporter autant de bonheur et de bien être. C’est peut être le fait d’avoir confrontée personnellement (légèrement) et surtout par mes proches à l’infertilité qui me fait dire tous les matins devant les grilles de l’école que je suis drôlement chanceuse. Lorsque mes nuits sont pourries je me dis qu’elles pourraient l’être de tristesse de ne pas avoir pu donner la vie (mais on peut aussi être très heureux sans enfant si c’est son projet de vie, chacun sa route, chacun son chemin). Et dans cet article je t’expliques pourquoi je kiffe ma race en étant parent. 

Je ne savais pas que recevoir des câlins et des chatouilles c’est tellement super, surtout quand on est PAS DU TOUT tactile à la base

C’est là une découverte assez tardive. Je ne suis pas DU TOUT câlins et bisous à la base. Si je vous fais la bise, c’est bien que j’y suis socialement obligée. Même Mr G se plaint de mon côté porte de réfrigérateur.

Isaac et Yoann ont commencé à réclamer clairement des câlins vers 18 mois. Peut être avant, mais je n’en ai pas le souvenir. Ils viennent vers moi et me disent “maaaaman câlin” et me sautent dans les bras. Si tu as de la chance après ils te lancent une attaque chatouilles.

C’est LE remède pour te faire oublier ta journée pourrie entre les transports, ton boss relou et la moitié du service qui bave dans ton dos en persiflant que de toute façon tu pars la première donc tu es une feignasse. C’est aussi ce qui te fait oublier dans une certaine mesure faut pas pousser les colères, des petits bouts de chacun des composantes de leur assiette maison-équilibrée collées sur ta jolie table de salon noire (surtout les légumes collés en fait).

 

C’est le moment où ils profitent enfin de maman,
et où toi tu peux enfin t’amuser avec eux dans ce petit interlude dans le tunnel du soir.

 

 

Je ne savais pas qu’une maison pleine de bruit c’était une maison pleine de vie

J’ai grandi dans une maison où il fallait faire silence constamment pour ne pas déranger. Je pensais que le silence et le calme c’était un peu l’état de base, le point vers lequel on devait tendre.

 

Mais maintenant, qu’est ce que j’aime ma maison pleine de bruits, pleine de vie.

 

Un des avantages à avoir une famille nombreuse, comme le fait de voir grandir chaque jour leur complicité, c’était d’avoir ce brouhaha permanent, cette espèce de frémissement constant qui traverse la maisonnée, l’expression de petits humains pleins de vie qui explose en couleur et rebondit entre les murs.

Ah c’est sur, si tu es très sensible niveau audition, entrer chez nous te donne une vision de ce qui t’attends dans l’au-delà si tu n’as pas été sage. Il y’a dans le salon un épisode de Pat Patrouille qui tourne, un Samuel qui donne de la voix parce qu’il est content de retrouver ses frères, un Yoann qui gémit pour demander de l’eau au sirop, parfois un Isaac qui vient nous voir pour te résumer l’épisode en cours. Oui, mon cœur, Vicky elle est pas gentille.

J’émets un bémol à ces scènes dignes d’une image d’Épinal: quand il est 2h37 du matin et je dois changer un caca débordant de Yoann à moitié réveillée, puis changer et refaire son lit à l’aide de leur veilleuse pour ne pas réveiller son frère jumeau dans l’espoir de pas déclencher une guerre mondiale qui me tiendrait éveillée pendant les 3 prochaines heures.

 

 

Je ne savais pas que retourner à l’école en tant que parent c’est encore mieux qu’étant enfant

Bon on est d’accord, j’adorais déjà l’école étant enfant. Tout endroit où il m’est donné d’apprendre des choses est, encore aujourd’hui, mon petit bout de paradis.

 

Mais en tant que parent, tu maîtrises le tout.
Tu découvres le monde secret des maîtresses
(spoiler alert: en fait c’est juste ton quotidien),
et tu revis les bons moments qui se sont souvent transformés en bons souvenirs.
I own da place

 

A toi l’odeur des cahiers tout neufs sans avoir à apprendre les poésies de Prévet (j’ai du attendre Baudelaire pour être réconciliée avec la poésie), la kermesse de fin d’année avec tous les jeux que tu peux faire “pour accompagner tes enfants”. Et je redécouvre les premiers exercices, les activités de découverte de l’écriture, les héros des premiers livres de maths, de lecture. Oses me dire que ça vaut pas milles réunions de fixation des objectifs qualitatifs et quantitatifs d’analyse de l’activité pour le prochain semestre hein.

 

 

 

Je ne savais pas que je pourrais avoir des discussions drôles et qui défient autant l’imagination, des discussions sans filtres

 

Si un jour on m’avait dit que je me serais lancée dans un débat enflammé pour savoir qui des crocodiles ou des loups gagneraient un combat aux baguettes chinoises, le tout en évitant de tomber dans l’eau …
Sans prise antérieure de LSD ça s’entend.

 

Tout à fait sérieusement, tentes de ne pas sourire malicieusement quand ton fils, lorsque la maîtresse parle aux autres enfants en classe du père Noël, te dis en rentrant le soir “Maman je crois que la maîtresse elle croit encore au père Noël. Je peux lui dire qu’il existe pas ? Que c’est papa et maman, papy et mamie qui achètent les cadeaux ?

 

Et puis l’instant vengeance version Cold Bitch.

 

Grande tatie Mariette vous a servi d’horribles haricots verts filandreux cuits dans une sauce qui ressemble à un bouillon de chaussette avec son infusion de reste de liquide vaisselle.
Déjà qu’on a écrasé à coups de culpabilisation votre libre arbitre, en plus on ne peut même pas s’exploser la panse pour tenter de libérer quelques hormones du bonheur. 

 

Et là, l’innocente tête blonde ose regarder la tata en question et sortir d’un ton tout à fait naturel et dégoûté: “c’est pas bon, j’aime pas !”

 

Ou comment ton enfant de trois ans ose dire et fort ce que pensent  les 3/4 de la tablée.
Et toi, tu cases un peu plus tard dans le repas, avec un grand sourire innocent:
la vérité sort toujours de la bouche des enfants #biatch.

 

 

Je ne savais pas que chanter des comptines avec des enfants c’est drôle

 

Petit escargot, porte sur son dos, sa maiiiisonetteuuuh.

 

Leurs mimiques, leurs petits sourires. Priceless.

Il y’a un sacré effort dans l’interprétation, ils vivent la chanson.

 

Et toi tu imites aussi l’éléphant avec tes mains, en plein milieu de ton salon.
Tes voisins peuvent te voir. Parfaitement bien.
La pudeur est un concept tellement surestimé.

 

Franchement, à l’âge adulte, sauf dans une soirée arrosée à 3h du matin, tu vois rarement une telle implication dans le rendu de la chanson. Et puis faire l’araignée Gipsy qui monte, les petites gouttes qui tombent, Gipsy qui remonte à la gouttière, c’est quand même vraiment marrant avec un petit garçon qui rigole aux éclats.

 

 

 

Je ne savais pas que faire du shopping pour ses enfants, contrairement au shopping pour maman, ça pouvait être sympa

 

Autant te dire je déteste le shopping lorsque ça me concerne ou lorsque ça concerne Mr G. Oui je prends en charge sa garde robe, car sinon même moi je trouve qu’il est mal fagoté. Moi. La nana en jean mal taillés “deux tailles en trop” et tuniques “deux tailles en trop” premiers prix. Tu comprends maintenant le level.

Mais à la crèche, les puéricultrices me disaient que je jouais à la poupée avec mes garçons tellement
ils avaient des tee-shirts différents et originaux

 

En même temps, quand tu as la carte orchestra et des mamies/tata aux petits soins,
comment tu choisis entre un tee-shirt Chewbacca et un autre avec le fameux logo de Batman ?

 

Bref mon idole c’est Batman, ma saga préférée grand public c’est Star Wars. Et étant maman, je pourrais réaliser un superbe cosplay familial. Deux parents jedis, un Yoann en Han Solo, un Isaac en jeune padawan, un Samuel en pilote de la résistance et si n°4 arrive a être avec nous, un petit BB8 dans une poussette. Tout de suite quand tu entres dans la salle tu imposes le respect. On est sur du lourd les mecs ! Tu remarqueras que j’ai eu la délicatesse de ne pas choisir Jabba le Hutt.

Et ce serait tellement drôle à préparer. Je ne pense pas que j’aurais beaucoup de mal à convaincre les garçons à se déguiser en un de leurs héros préférés. Bref #vismaviedemamangeek.

 

 

Voici une petite compilation de mes bonheurs du quotidien. Pour répandre l’amour et la joie, toi aussi partages nous tes bonheurs en commentaires pour créer un cercle vertueux du karma de ta voisine.


 

Je voulais profiter de cet article pour vous souhaiter d’excellentes fêtes de fin d’année. Pour ma part j’irais me gaver de foie gras (cuit), de fromage (pasteurisé) et de bûche (sans oeufs frais) d’un bout à l’autre de la France, et même encore un peu plus à l’Est. Ce blog sera en hiatus pendant les vacances de Noël et c’est donc de bonne heure et de bonne humeur que je vous retrouve le 7 janvier. Certainement pour parler tire-allaitement.

Et pour terminer, la blague convenue, lourdingue, que même que César il a du trouver ça démodé: A l’année prochaine huhuhu.

 

 

 

11 Comments

  1. Moi aussi, je trouve que c’est plein de petits bonheurs… Tous les câlins et les bisous (même avec de la bave et le nez qui coule), les voir se faire des câlins entre eux. Mon grand qui sourit en coin et me dit “maman, un câlin, c’est tellement plus important que le reste” quand je lui demande de mettre la table ou de ranger son bureau….
    Les petits mots doux qu’on se dit à l’oreille, parler avec mon grand de sujets sérieux, leur transmettre ma passion pour l’histoire…
    Et aussi voir comment les deux grands sont impliqués avec leur petite sœur, comme ils sont fiers de ses progrès, comme ils sont motivés pour l’aider…

    1. C’est sur que c’est vraiment beau à voir. En plus ça ne dure qu’un temps. Après on entre dans l’adolescence et les “mes darons sont nuls”

  2. Ces petits riens du quotidien qui changent tout… j’ai appris à ré-apprécier les choses simples depuis que je suis devenue maman, et qu’est-ce que c’est bon !!
    A mon tour je te souhaite de passer d’excellentes fêtes de fin d’année aux côtés des tiens… et à l’année prochaine (yuuuu) ^^

  3. Je partage tellement ton point de vu (comme souvent !). Moi aussi j’ai été surprise par tout ce bonheur et tout cet amour en pagaille qui font passer les désagréments du quotidien au second plan. Merci pour cet article qui donne le sourire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *