Au quotidien / Capture d'instants

Le retour des nuits pourries à 3 ans – Les barreaux invisibles

J’étais à la première à crier sur tous les toits que mes jumeaux ont fait leurs nuits à quelques semaines de vie. Genre j’avais besoin de me rassurer parce qu’avec deux nourrissons nés en même temps, qui sont en plus tes premiers enfants, il faut bien se raccrocher à quelque chose. Et puis il y’a eu Samuel. Ce bébé sourire, toujours agréables, totalement étranger au concept des pleurs du soir. Mais bon sang, 8 mois pour dire adieu aux réveils nocturnes. Et juste quand on se disait qu’on allait enfin avoir le golden pack des nuits complètes, Yoann a décidé que ce serait cool de devenir un noctambule confirmé. Récit de nos folles nuits parisiennes.

Je suis insomniaque, Mr G est plutôt un gros dormeur.

Mais plot twist:
ayant des crises d’épilepsie déclenchées par la fatigue,
il m’est difficile de veiller toute la nuit sans me faire griller le cerveau le lendemain.

Je me réveille donc bien moins souvent que Mr G.
L’ironie est mon amie, comme d’hab

 

Peu après le déménagement, Yoann a commencé à gémir la nuit.
De préférence en pleine nuit après une endormissement plus facile.

Pourquoi ? Eh bien parce que la couche déborde

 

On dit que les filles sont des pisseuses tiens .. Je te dirais bien que c’est encore un stéréotype stupide, mais en fait tous les stéréotypes quels qu’ils soient sont stupides.

C’est tout mouillé, voilà le cri de détresse qui nous réveille en pleine nuit. Il se plaint mais on sens aussi qu’il est dans ses petits souliers.

 

En effet, on est pas au petit débordement avec la petite tâche dans le lit.
Là on est l’équivalent en flot sortant du bébé allaité avec la coulée de boue dans le dos.
Sauf que c’est purement liquide (on a jamais eu encore de code brun, ouf)

Le lit, l’alèse, le tee shirt, la couverture, même le doudou parfois
Tous rejoignent gaîment le tambour de la machine à laver

 

 

Et bien sur il réveille Isaac, lequel qui nous gratifie tous les matins d’un :
Yoann il m’a réveillé cette nuit. Il a rigolé.

Soit cet enfant a des légers problèmes auditifs dus à son état comateux, soit il confond rire et gémissements, auquel cas nous hébergeons un psychopathe en devenir. Je croise les doigts pour la première solution étant donné que ce serait ironique que je doive un jour me rendre à la prison de la santé pour lui apporter des oranges.

En bons parents dotés d’un sens logique (inégalement partagé entre Mr G et moi à respectivement 80/20),
nous avons pris des mesures drastiques

Nous avons donc réduit les nombreux verres d’eau avant le coucher et nous lui proposons le pot juste avant le dodo. Certes, une quantité non négligeable de liquide évite d’alourdir sa couche, mais ce n’est toujours pas suffisant. La crue centennale passe toujours par sa chambre.

 

Yoann est un enfant certes très indépendant et qui apprend vite de ses erreurs

Une combinaison parfaite pour préserver les nerfs de ses parents tu vas me dire. Parfois. Effectivement il s’est dit que puisque que le contenant est trop petit pour le contenu, il fallait trouver un autre contenant. En l’espèce, le pot ou les toilettes des grands. En soi voilà une idée de génie que ses parents ne peuvent applaudir à deux mains leur oreiller sous le bras. On voit même poindre à l’horizon la propreté nocturne et la vente de nos stock options de chez Pampers.

 

Mais un enfant de presque 3 ans
est très attaché à ses repères et a une certaine réticence au changement 

 

Et Yoann est en tête de peloton là dessus. Notre fils adoré est resté dans un lit à barreaux jusqu’à l’été dernier. Il s’était donc habitué à s’endormir derrière les barreaux, ce qui devait être pour lui assez sécurisant. Je pense que lui ne comprend pas encore le concept de la prison de la santé. Et puis là, il est passé dans son lit de grand. Les barreaux sécurisants ont disparu. Lorsqu’il s’endort, l’espace est sans limite. Les barreaux ne sont pas partis avec le lit de bébé, ils sont restés là, juste invisibles à nos yeux.

 

 

Dès que le doudou tombe, que la tétine fait un double salto vers le parquet ou
dès que l’envie de faire pipi point à l’horizon de son sphincter, il gémit pour venir nous appeler.

Les deux faits précédents ne se produisant que très rarement, nos nuits sont hachées par les alertes vessies. Nous avons récité chaque soir 5 chapelets de “tu peux te lever quand tu veux“, avons mis en évidence dans la chambre le pot, nous avons laissé la lumière allumée toute la nuit pour qu’il puise s’y guider tout seul. Rien n’y fait, il nous appelle à chaque fois pour aller se soulager. Et puis après pour remettre doudou et tétine qui sont allés se planquer dans le recoin le plus improbable de la chambre.

Bonne chance pour te rendormir après toutes ces péripéties. Il n’y a que Mr G et sa fantastique capacité à piquer du nez à chaque fois qu’il s’allonge plus de 10 minutes dans un lit qui peut réussir cet exploit. Parce que pour moi Sommeil haché = jurons lâchés = toute la journée irritée = Mr G désespéré. Comme quoi il est toujours le dindon de la farce ce pauvre homme.

Je donne ma langue au chat et j’achète de l’anticerne en quantité industrielle. La résilience, la résignation tout ça tout ça.

Et puis Isaac m’a donné un bref aperçu de la logique d’un enfant de trois ans.
Et j’ai compris que je n’y comprendrais certainement rien à ses peurs,
mais qu’elles n’en étaient pas moins fortes
et logiques dans son monde à lui

 

Tous les soirs, à la demande générale,  je raconte l’histoire des trois petits cochons aux aînés. Il y’a un passage où le loup passe par la cheminée de la maison du petit cochon troisième du nom car la porte de sa maison en briques était fermée. Depuis quelque temps les enfants voulaient absolument dormir la porte entrouverte. Isaac m’a dit que si la perte était fermée, alors le loup allait tomber du plafond directement sur son lit comme chez les petits cochons. Mais aucune chance que cela arrive si la porte est entrouverte.

Je pense que Yoann n’est pas prêt de quitter son lit aux barrières invisibles.

PS: c’est en effet le déménagement et l’entrée à l’école qui n’aident pas. Nous rassurons le petit Yoann autant que nécessaire.


Sur proposition de Mr G, premier relecteur attentif de mes articles, j’inaugure ici un nouveau type d’article: des billets plus courts que je vais essayer de limiter à environ 1 000 mots maximum. Des articles qui me permettent de partager des instants du quotidien sans avoir à réfléchir s’ils pourraient ou non faire l’objet d’une analyse un peu plus profonde (auquel cas ils ne passent en général pas le casting), des articles aussi plus faciles à lire, et peut être à écrire. Mais mon esprit de synthèse étant réduit à peau de chagrin sur ce blog, je ne parierais  pas mon monospace sur ce dernier points. Et ce paragraphe ne compte évidement pas dans le décompte des mots petits fripons, car je vous sens arriver. J’espère que vous aimerez ce petit concept qui j’espère introduira dans la variété sur ce blog.

15 Comments

  1. Relecteur attentif ?! Change de relecteur, il fait semblant ton doux Mr G 😂 ! (coucou à toi Mr G si tu passes par là 😝)
    J’aime tes articles courts ou longs, les deux me vont 🤗.
    J’attends toujours le « ton nom c’est non » mais je ne sais pas si c’est d’actualité.

    1. Il me semble bien distrait en effet 😉 . Pour la petite histoire, il a été un des relecteurs de mon mémoire de fin de master. J’ai eu plusieurs relecteurs pour être sure de rien laisser passer. Sauf pour la première page que seul Mr G a relu. Sur mon beau mémoire qui a été publié par la suite, sur la page des remerciements, tu vois la phrase qui remercie cher fiancé qui n’est même pas finie XD.

      L’article sur le nom marital et patronymique va sortir lundi en plus ! Il y’a plus de suspense maintenant rhoo 😉

  2. J’aime beaucoup ce nouveau format tout autant que celui habituel et plus long ! Tant que tu y prends du plaisir c’est bien là l’essentiel 😀
    L’histoire des petits cochons en dit long… La nuit et le sommeil réveille tellement de choses chez les enfants… Et les adultes aussi !! Bon courage avec ces nuits entrecoupées !

    1. Merci beaucoup ! En ce moment Isaac nous interroge constamment sur l’alternance jour/nuit, il doit être en pleine découverte des repères dans le temps

  3. Tout pareil, j’aime tes articles quelque soit le format !
    Et courage pour les nuits… chez nous grande Ju s’est réveillée toutes les nuits au moins une fois jusqu’à ses 7 ans. Mais je ne veux absolument pas te décourager hein 😉

    1. Ah ouai 7 ans quand même … XD . Après tu ne dois même plus être capable de dormir une nuit sans te réveiller tant ton corps est habitué !

      Merci beaucoup pour ce joli compliment aussi !

  4. J’aime bien les 2 formats également mais je dois avouer que je trouve que 1000 mots environ sont l’idéal pour un article suffisamment construit et facile à lire par la suite 😉
    Je n’ai pas de souci de débordement avec Tess mais comme ton fils, elle ne se lève pas seule de son lit la nuit (le matin, si, mais seulement sur autorisation ^^). Je dois t’avouer que ça nous arrange bien quand même… On en arrivera vite aux mêmes péripéties que les tiennes je pense mais j’ai le même don que ton mari… Comme les poupées, quand je m’allonge, mes yeux se ferment 😉
    Bon courage, ce n’est que temporaire ^^

    1. C’est ce que je me dis sur la longueur aussi. Parfois je me demande si je ne devrais pas couper les deux articles en deux, mais ça ne doit pas faciliter la lecture non plus …

      Je voudrais tellement pouvoir dormir comme ça ! Si j’avais le droit à 3 voeux ce serait l’un des miens

  5. On a eu le même genre de grandes eaux pendant de longs mois. J’ai testé 12 marques de couches sans succès 😀
    Au final, ce qui a sauvé nos nuits ce sont les couches lavables special nuit capacité géante ! Ça retient TOUT et bien que ça implique des lessives, c’ est toujours moins qu’une intégrale literie 😀 (des fois les solutions ecolo sont les meilleures)

    1. On a eu des couches d’apprentissage jetables donc c’est le genre de choses qui me tentent ! Tu as une marque en particulier à conseiller ?

      1. J’ai eu des couches Lulu Nature et des Ptit dessous en bambou, les deux étaient bien. Par dessus, il faut mettre une culotte de protection (Lulu nature ou Popolini étaient pas mal).
        Ça fait par contre des fesses énormes… mais au moins pas de fuites.
        Sinon ça m’est arrivé de mettre les culottes de protection par dessus les couches jetables pour assurer le tout.

  6. Tempête est notre superstar des réveils nocturnes. Elle a fait ses nuits tôt, dans le sens où elle a cessé de prendre des biberons la nuit tôt, mais alorsc’est un festival. Elle se cogne (elle s’est fait un oeil au beurre noir il y a quelques jours alors on a capitonné le lit de cousins), elle se découvre donc elle pleurniche dans son sommeil parce qu’elle a froid, et maintenant elle se lève la nuit (vraiment réveillée, pas somnambule) pour venir nous parler à l’oreille. Bref, elle est aussi énergique (et énervée) la nuit que le jour. (Désolée je n’ai pas de solution)

    1. Ici nous avons trouvé une sorte de solution. Nous avons investi dans des petites lampes de poche pour enfants facilement mobiles. Ca semble les calmer … un peu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *