Post-Partum

Les aînés et ma cicatrice de césarienne: même combat, même rébellion

Je me dis qu’il vaut mieux rire de tout ça. De toute manière, c’est ce qui va finir par arriver avec le recul. Après une période d’infertilité pourrie, une grossesse où j’étais en décomposition, le post partum ne pouvait que fleurer bon les chaires faisandées. Pour le coup, littéralement si on considère ma cicatrice de césarienne. Bon appétit. Alors que je marche maintenant pliée comme ton arrière grand-mère, Yoann et Samuel ont décidé de nous gratifier d’une mini crise d’adolescence. Les conversations avec les maîtresses ont été tellement cool à la kermesse. Récit.

Ma cicatrice de césarienne refuse obstinément de se maintenir fermée
et de se résoudre à combattre l’infection

 

De jour en jour, son état se dégrade

 

Elle chououffrrre, achevez laaaa. Le tout avec un accent germanique bien prononcé. En gros, la blague à laquelle j’ai eu beaucoup trop souvent droit dès lors qu’on savait d’où je venais. 

 

 

 

 

Maintenant, je les vois bien les grimaces des professionnels de santé. En même temps, si vous m’aviez écouté (et écouté l’infirmière aussi) depuis le début, on aurait pas perdu 4 jours Du côté gauche, les chaires sont totalement écartées, les sutures au niveau superficiel ont toutes sautées. Et du coup, tout s’est infecté. Et de jour en jour, l’infection s’intensifie, malgré le passage quotidien d’une infirmière pour poser un pansement. Mais bon, la pauvre elle est pas aidée.

Je fais une allergie au pansement, et la bétadine me cause des brûlures chimiques. A ce rythme là, je vais investir notre livret A dans des grilles d’euro-million tant je défie les statistiques en tout point.

J’ai fait un prélèvement bactériologique et les résultats devraient arriver en début de semaine.

 

 

 

 

 

Ma sage-femme m’a orientée vers ma généraliste
qui, elle-même, m’a orientée vers la maternité pour savoir qu’est qu’on fait quoi.
Notamment si on recoud ou si on met une mèche.

 

 

J’étais très loin d’être jouasse. Sure de moi, lorsque je suis sortie avec Aliénor, je m’étais retournée comme dans les films avec une petite musique dans ma tête en me disant “Maintenant le reste de notre vie commence enfin. So long my friend”. Finalement, le post-partum c’est comme un accouchement: il est fort probable que tes plans et certitudes soient tout autant balayés que ton salon avant la visite de belle-maman. C’est un peu la boule à la gorge que je me suis rendue aux urgences gynéco-obstétrique. J’ai discuté avec une madame très enceinte, qui avait la même DPA, qui attendait aussi une petite fille, qui venait faire son monitoring de fin de grossesse. Elle sera déclenchée, mais pas avant 39 SA. Avant il y’a trop de risques pour bébé en raison de son immaturité. Culpabilité: Aliénor devrait être encore dans mon ventre.

Et tout ça pour partir sans avoir vu de médecin car nous devions aller chercher les enfants à l’école. De toute manière, selon moi, autant se pointer avec les résultats du prélèvement pour partir sur le bon antibiotique. Et aussi parce que je n’ai pas envie d’y revenir 5 fois, surtout que Mr G doit prendre un jour de congé à chaque fois pour m’y accompagner.

 

 

 

Du coup je douille un peu, surtout après la désinfection quotidienne.

 

 

 

 

 

Un peu comme un lendemain de césarienne. Ouai, à ce point là, et je n’ai plus le droit aux bons anti-douleurs.

J’essaie de restreindre mes activités quotidiennes, mais entre 4 enfants en bas-âge et mon côté control freak, ai-je vraiment besoin de te faire un dessin pour que tu devines le résultat.

 

 

 

Les tendances révolutionnaires des aînés

 

 

A l’école comme à la maison, Isaac et Yoann ont décidé qu’il fallait
renverser ce système liberticide et autoritaire
.

 

 

 

Il y’a bien sur les habituels “non” à chaque demande, les refus d’un plat qu’ils dévoraient pourtant la veille, le cirque du coucher (mais ça, ça concerne surtout Yoann). Sauf que maintenant, j’apprends à la kermesse par les maîtresses que mes chers enfants sont très souvent à l’initiative de bagarres. En même temps, je ne tombe pas vraiment de ma chaise étant donné la couleur carmin de leur pastille hebdomadaire de comportement.

 

En bonne mère emplie de culpabilité, j’ai décidé que
c’est parce que je ne leur accordais pas assez de temps depuis la naissance de leur sœur.

 

 

 

Ils ont un goût très prononcé pour les bijoux et autres breloques. Nous avons donc enfilé des perles ensemble pendant plusieurs heures. Motricité fine, créativité tout ça tout ça. J’ai tenté de distiller entre deux crises pour la même perle avec un ananas une certaine idée de l’amour fraternel qui s’oppose à la guerre rangée. Le succès a somme toute été modéré, mais nous avons tous passé un bon moment.

Il y’a aussi cette rivalité fraternelle qui s’installe un chouïa avec Samuel.

A 20 mois, il est en capacité de comprendre de quoi ça cause et d’y apporter une réponse simple (verbale ou non verbale d’ailleurs). Et en ce moment Samuel à une passion: construire des tours avec tout et n’importe quoi. J’étais tranquillement en train de faire la cuisine lorsque j’entends un bruit de verre. Je me retourne, et je vois mon enfant du milieu en train de construire une tour avec les dits verres. Genre une tour de 6 ou 7 verres duralex. Ce n’était pas du goût des grands qui faisaient tout ce qui était en leur pouvoir pour détruire cette magnificence architecturale.

 

La chaleur qui s’annonce ne va à mes avis pas aider à l’apaisement des esprits. Surtout pour des petits garçons qui ont assez peur de l’eau.

 

 

 

 

 

 

 

16 Comments

  1. Oh la la … pas facile pour toi j’imagine de jongler avec tout ca… les garçons , la cicatrice, le bébé… j’aimerai pouvoir te soulager ! En tous cas, ne te culpabilise pas pour les choses que tu fais / ne fais pas. Tu fais de ton mieux avec ce que tu peux et ce que tu vis ! Et tu sais quoi ? C’est suffisant !!!!

    1. Merci beaucoup Charlotte. C’est exactement ça, on choisi nos batailles. Et passer du temps avec les enfants est tout en haut de la liste.

  2. Tu es très courageuse, sans aucun doute… Tu fais tellement pour tes enfants. Mais j’aimerais aussi te dire de lever le pied, de prendre soin de toi, juste le temps que ta cicatrice se referme. Facile à dire, n’est-ce pas ?

    1. Exact ;). Lever le pied quand on est isolés c’est vraiment compliqué. Lacher prise aussi parfois n’est pas simple j’avoue 🙂

  3. Tombée sur ce blog un peu par hasard, je ne résiste pas à l’envie de vous dire que je me poile un max en vous lisant, et que vous écrivez drôlement bien, en plus d’être une mère absolument formidable. Vous analysez les situations du quotidien (ou de l’extraordinaire) avec tant d’humour et de finesse : et c’est exactement de cela qu’un enfant à besoin.

    1. Oh c’est tellement gentil :). Maintenant je ne vais plus passer les portes avec mes chevilles (mais c’est l’été je peux toujours plaider la carte de la canicule XD). Analyser les choses me permet de ne pas sombrer dans la folie 🙂

  4. Je n’ose imaginer la douleur de ta cicatrice infectée. J’espère que les antibiotiques te soulageront et aideront au processus de cicatrisation rapidement.
    Quand à ton impossibilité à lâcher du lest,je le comprends aisément avec 4 enfants en bas âge. Dur de déléguer… Ne peux-tu pas demander via la CAF une aide ménagère? Au moins pour te soulager de quelques heures de ménage.
    Bon courage à toi.

    1. A ce jour, je n’ai même pas pu aller à la maternité à cause des soucis de santé d’Aliénor. Mais vu que j’ai l’antibiogramme, j’espère que ma généraliste va pouvoir m’envoyer une ordonnance par mail.

  5. Bon courage et bon rétablissement! Après avoir lu ça, je suis encore plus en colère contre les visiteurs qui mettent les pieds sous la table. J’espère qu’ils se rendent compte du mal qu’ils ont fait à ta cicatrice!

    1. Je pense qu’ils vivent tellement dans leur petit monde, et dans ce monde, ils ont toujours raison. Pour eux, leur attitude est tout à fait normale et moi j’en demande trop.

  6. Je commence par m’excuser de mon retard abyssal niveau commentaire des articles des copinautes…
    Franchement je t’admire, malgré toutes vos emmerdes tu réussis tout de même à aborder les situations avec humour, alors bravo ! Pour le reste je ne peux que vous souhaiter que ça s’arrange au plus vite et vous envoyer toutes mes pensées !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *