On teste

Les couches lavables: le point à 6 mois d’utilisation

Greta Thunberg, mon banquier, tous nous ont envoyé le même message: à bas les couches jetables. Les couches lavables c’est écolo, économique, et ça fait des jolis popotins. Ce n’était pas un projet de notre part à la naissance de nos enfants, c’est une idée qui a lentement fait le chemin dans mon esprit. Lorsque nous avons opéré la transition, Aliénor avait en gros 2 mois et demi et Samuel presque 2 ans. C’était encore l’été, les couches qui sèchent au soleil, les longues journées ensoleillées, l’attrait de la nouveauté. Et maintenant, 6 mois après, ça donne quoi ?

Cet article n’est pas sponsorisé. J’ai tout acheté avec mes sous.

 

En préambule: je ne regrette pas notre choix.
La transition s’est plutôt faite en douceur étant donné que nous sommes partis sur des modèles
qui ont été les bons au premier essai

 

 

 

Etant donné l’écart d’âge entre nos deux enfants utilisateurs de couches (17 mois tout de même) qui induit une fréquence de change différente (et donc un stock à prévoir différent), une capacité d’absorption qui n’est pas la même, nous sommes partis sur 2 marques et deux systèmes différents: mélange TE1 et TE2 pour Aliénor et tout TE2 pour Samuel.

Nous avons également acheté des boosters super absorber de la marque Geffen histoire de ne pas enchaîner les fuites qui ont vite fait de nous faire à nouveau courir de désespoir chez pampers .. non en vrai chez Carrouf car, non, mais oh, c’est pas Versailles chez nous. Le Geffen (et les Ambum aussi) sont vraiment réputés pour leur grande capacité d’absorption, et on a vraiment pas été déçus de ce côté là ! Par contre, ils peuvent être assez difficiles à trouver en ligne, les ruptures de stock étant fréquentes. Pour ma part, je me suis procuré les miens sur le site de Madame GS.

 

 

 

Pour Samuel (2 ans)

 

A presque 2 ans, il nous fallait une solution très absorbante. A 4 enfants, et 4 heures de sommeil par nuit, il ne fallait pas sacrifier le côté pratique.

 

Working Mutti, bientôt 30 ans

 

 

J’ai donc opté pour les Best Bottom Diapers car les inserts sont juste à clipser à la couche,
contrairement à beaucoup de marques où il faut utiliser un lange pré-plié.

 

De gauche à droite: un insert taille XL en bambou effet au sec, un booster nuit en bambou, un insert geffen super absorber grande taille et à coté la taille en dessous

 

 

Un autre avantage des Best Bottom Diapers est qu’il existe une taille de culotte “Bigger”, faite pour les enfants plus grands, et où peuvent êtrecclipsés des inserts de taille XL.

La plupart du temps, nous utilisons un insert + un booster. La nuit, on est carrément sur un booster nuit en bas à clipser + un insert + un autre booster Geffen par dessus.

 

 

 

 

 

Vous allez me dire que ça doit faire un énorme popotin. Eh bien en fait, pas tant que ça. Déjà parce que notre fils est assez grand, et on est sur la même taille qu’une couche jetable en fin de nuit. Eh oui, il ne faut pas oublier qu’une couche jetable ne prend pas de volume (ou très peu) lorsqu’elle se remplit.

 

 

En termes de quantité

 

Nous avons 5 culottes et 15 inserts. Nous avons ensuite 4 booster nuit en chanvre et en bambou. On a tenté les Miosolo avec des gros boosters, mais, on a toujours fini par avoir des fuites, et nous avons donc rapidement laissé tomber.

 

 

 

 

Pour Aliénor (2 mois au début de cette aventure)

 

 

A la base nous devions partir sur des Best Bottom Diapers (du Tout en 2) pour le jour,
et des Miosolo (TE1) de chez Bambio Mio pour la nuit (et les moments de flemme).

 

Bon, je te laisse deviner lesquelles nous utilisons au final le plus souvent. Le côté pratique des TE1 a eu raison de nos belles intentions d’utiliser majoritairement du TE2 pour faire des économies. Pas d’inserts à changer, de nouveau à clipser. On enlève, on jette le voile, on en reprend une neuve, on referme avec les scratchs et emballé c’est pesé. C’est aussi pratique qu’une couche jetable classique. Par contre, le stock à avoir est plus conséquent.

 

 

 

 

 

 

Mais plot twist: en fait, nous utilisons les inserts BBD dans les Miosolo
Miosolo que nous utilisons en fait plus comme des couches à poche

 

En effet, les inserts cousus des Miosolo sont en microfibre.  Et clairement, ce n’est vraiment pas très absorbant. A 5 mois, nous devions changer la couche d’Aliénor toutes les 2h30 pour être surs qu’il n’y ai pas de fuite. Mais avec des inserts BBD en taille M ou des inserts Geffen verts super absorber, si besoin, la couche peu facilement tenir 4h30. Pratique lorsqu’on doit faire de longues sorties. A savoir que les inserts Geffen pourpre rentrent sans soucis dans la poche de la couche.

 

 

 

 

 

 

 

En termes de quantité

 

Nous avons à peu près une dizaine de Miosolo (merci Vinted), et on peut tenir 48h avec ce stock (même si en général, on utilise tout de même un peu les BBD).
Nous avons 3 culottes Best Bottom Diapers et 7 inserts taille M. Idem en taille L. Nous avons seulement 2 boosters nuit étant donné que nous utilisons en très grande majorité des Miosolo pour la nuit.

Pour ce qui est des boosters Geffen, nous sommes à 7/8 inserts verts Geffen super absorber (je dirais une taille L), et 7/8 inserts pourpres super absorber (là on est clairement sur du XL bien lourd).

 

 

 

 

Les leçons tirées au bout de 6 mois d’utilisation

 

 

Éviter autant que possible les inserts/booster en microfibre seule
Misez sur les matières naturelles plus absorbantes

 

Bien sur, la microfibre c’est hyper pratique, ça sèche super bien par rapport aux inserts en chanvre et/ou bambou qui mettent DES JOURS à sécher en intérieur. Non, vraiment, des jours, sur l’étendoir de notre micro salle de bain sans fenêtre (48h en moyenne). Mais la microfibre sature vraiment très vite. Sur les Miosolo, elle suffisait jusqu’aux 6 mois d’Aliénor environ. Au bout d’un moment, on en a eu ras la casquette des fuites à répétition, et maintenant on est team chanvre et bambou. Attention, le chanvre est assez rèche, donc je l’utilise principalement en booster, mais avec un voile par dessus, ça doit passer sans problème. Il ne donne pas d’effet “fesses au sec”, idem pour le bambou. BBD propose des inserts en bambou effet au sec qui sont vraiment pas mal pour pallier au problème.

A savoir, il faut roder les inserts en matière naturelle avant de les utiliser, car ils n’atteignent leur capacité d’absorption maximale qu’au bout de 8 lavages environ. Une histoire d’huiles naturelles à enlever je crois. Bien sur, vous pouvez les utiliser avant, mais il faudra penser à changer bébé aussi souvent qu’avec de la microfibre. C’est pour ça que c’est assez pratique d’acheter d’occasion, et puis écolo, zéro déchets tout ça tout ça.

 

 

Si on utilise des inserts en microfibre, c’est toujours avec des boosters. D’où …

 

 

 

 

Miser à fond sur les boosters connus pour leur grande absorption,
même s’ils ne sont pas de la même marque que celle de vos couches

 

Lors des siestes, des nuits, et des sorties, nous avions souvent des problèmes de fuites. Génial quand tu es chez le pédiatre et que tu dois déshabiller ton enfant bien mouillé. Le remettre dans une poussette bien mouillée elle aussi pour peu que bébé y était. Ou alors tu as du mobiliser tous tes mouchoirs pour essayer de le faire asseoir sur une chaise de la salle d’attente sans tout cradouiller. Le tout avec bonus odeur de pipi.

 

 

Quand ça t’arrive, tu as la classe internationale

 

 

 

Si comme nous vous vivez en appartement avec une micro salle de bain et un micro balcon mal exposé,
visez ce qui passe au sèche-linge

 

Je n’avais pas assez anticipé ce point lors de l’achat de mes couches et inserts. C’était l’été, la belle image d’Epinal des couches qui sèchent au soleil sur l’étendoir. Sauf qu’en Ile de France, çl’été, les fleurs, le soleil, la lavande tout ça, c’est 3 mois par an. Certes, les températures élevés nous rappellent bien que le réchauffement climatique n’est pas une invention des chinois (coucou Donald T.), mais il pleut. Beaucoup. En tout cas, assez régulièrement pour qu’il ne soit pas possible de laisser sécher à l’air libre les couches et insert suffisamment longtemps pour qu’ils soient utilisables. Tu es sure, loi de Murphy oblige, que même si tu les laisses le matin et que tu n’est pas là une partie de la journée, de l’eau va tomber en vol direct sans correspondance du ciel vers tes couches. Et tu es bonne pour tout recommencer.

Clairement, chez nous, c’est la sélection naturelle. Si ça ne passe pas au sèche-linge, c’est que ça n’a pas sa place chez nous.

 

 

 

 

 

Je ne culpabilise pas si j’utilise des couches jetables de temps en temps

 

Parce que mon fils va faire son caca matinal et que je n’ai pas envie de gratter les selles sur l’insert même si j’ai mis un voile par dessus (parce que ça va forcément déborder, loi de Murphy again). Parce qu’on va sortir assez longtemps et que c’est plus simple. Parce que je suis fatiguée et que mon seau à couches lavables est déjà plein.

 

 

PS: on m’a fait remonter que mes articles n’apparaissent pas pour les utilisateurs de Feedly. Vu que je sais que vous ne pouvez bien entendu pas vous passer de ma prose, il y aurait-il quelqu’un qui y connaisse quelque chose en flux RSS qui veuille bien voler à mon secours ? Danke

3 Comments

  1. Ouiii les couches lavables c’est trop bien.
    Pour la nuit ça tient mieux que les jetables, avec les inserts qui vont bien 🙂
    Bon par contre quand ton enfant a mangé du chou, ça empeste bien la chambre …
    Et les TE1 sont vraiment facile d’emploi, acceptées jusque là par plusieurs nounous et crèches.

  2. Je trouve ça génial d’avoir eu le courage de passer aux CL avec 2 enfants encore en couches ! pour ma part j’avais testé 5 ou 6 marques et types de couches différents avant de faire mon choix. Et au final je n’ai quasi jamais de fuite. Comme toi je n’ai choisi que des inserts qui passent au sèche linge. Par contre je dois avoir des mini-pissouilleuses à la maison parce que je n’utilise jamais de booster et que je n’ai que de la microfibre ( 20min au sèche linge et hop !) et que c’est presque toujours la grosse commission qui donne le signal du changement de couche. Elle est rarement pleine niveau pipi, même au bout de 4h. Pour te donner une idée, ici Bébinette utilise depuis ses 6 mois au max 4 absorbants par jour (dont minimum 2 ou 3 gros cadeaux) + 1 la nuit.

  3. Team couches lavables aussi!
    Nous avons fait un premier test après la naissance de Goyave avec des couches éponges et une surcouche imperméable, échec total avec des fuites trop fréquentes.
    J’ai eu envie de retenter juste avant la naissance de Kiwi. Goyave avait environ 16 mois. Et là nous avons choisi des Hamac modèle classique. Nous utilisons toujours ces couches avec Kiwi et Litchi. Nous en sommes tout à fait satisfaits et nous ne reviendrons plus en arrière. Avec retour aux jetables pour certains week end ou vacances en fonction de la logistique disponible à destination.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

C’est qui donc qui écrit ?

 

Enchantée, je m’appelle WorkingMutti et j’ai 29 ans et 4 enfants en 4 ans.

Je suis une working mom féministe, épileptique, inadaptée socialement, un peu garçon manqué (et souvent à côté de la plaque) d’Isaac et de Yoann, des jumeaux nés en octobre 2015 et de Samuel né en novembre 2017. Aliénor est venue compléter notre famille en 2019.

 

Des enfants très rapprochés. Je vis avec Mr G en région parisienne. Ici vous trouverez tous les sujets qui me donnent envie de l’ouvrir, et je suis très bavarde ! On parle vie de famille bordélique, réflexions et approximations éducatives, participation au déficit de la sécu du fait des pathologies de maman et des enfants, et puis de ma vie de femme aussi.

 

J’apprends chaque jour mon métier de maman. Je construis petit à petit ma méthode d’éducation avec un supplément de câlins et une dose de bienveillance. Je suis une maman work in progress.

Previously on Working Mutti

Pages

La machine à remonter le temps