Post-Partum

Les “visiteurs boulets” du post partum

Accepter (ou non) les visites à la maternité, accepter (ou non) les visites les premiers jours après le retour à la maison. Telle est la question. Aujourd’hui, les jeunes parents osent dire non, osent dire qu’ils veulent se retrouver un petit peu dans leur bulle pendant quelques temps. A l’inverse, beaucoup de parents ne sont pas contre un petit peu de compagnie, et ont aussi envie de présenter leur merveilleux bébé à leurs proches. Toutefois, soyons honnêtes, aussi, parfois, ils cèdent aux demandes de visites pour avoir la paix.
Cependant, beaucoup de visiteurs ont l’air de penser qu’un accouchement c’est comme aller au drive de la boulangerie. Trois jours après, tu dois être au top. Après tout, comme le dit tata Germaine, ce n’est que du bonheur, et puis il y’a la péridurale maintenant, on n’a plus mal. Ceux-là, ce sont ceux que j’appelle les visiteurs boulets. Et j’ai eu l’occasion de tester pour toi le week-end dernier, et j’ai eu envie de proposer un petit guide aux visiteurs du post partum.

 

Pour passer directement à mon petit guide à l’usage des visiteurs de jeunes parents,
allez directement au titre rouge dans la seconde partie de cet article.

 

Sont venus gaiement nous rendre visite mes beaux-parents. Attention, loin de moi l’idée de traiter mes beaux-parents de boulets en général. Cette qualification s’applique surtout aux personnes qui viennent voir de jeunes parents avec la ferme intention de rester les pieds sous la table, et pourquoi pas d’y aller de leur petite critique si le coeur leur en dit. Malheureusement, ce groupe de personnes est trèèèès large que les seuls parents et beaux-parents.

 

 

 

Premier acte:
les beaux-parents arrivent, se posent sur la chaise,
et attendent pépère de se faire servir l’apéro

 

 

 

Mr G m’avait vendu du rêve.
Ne t’inquiètes pas, ils viennent avec midi avec leur repas et le soir c’est pizza.

Tu n’auras rien à faire de particulier.

 

 

 

N’ayant rien prévu à part mon repas et celui des enfants (Mr G aime se faire les siens), j’ai donc du leur servir mes restes de risotto sucré-salé de la veille … et ce n’est pas vraiment le genre de recettes françaises traditionnelles auxquelles ils sont habitués. Je crois que je leur ai fait découvrir les saveurs de la crème de coco et des haricots mungo, conjugués comme un verbe du premier groupe avec du bouillon. Mais ils ont mangé poliment, bien qu’en faible quantité.

J’ai envie de dire,c’est un juste retour de bâton au vu du nombre de fois où je n’ai presque rien mangé à leur table pour incompatibilité d’humeur du palais et/ou de risque de contamination pendant la grossesse. Spéciale dédicace à belle-maman qui ne savait pas que la consommation de foie gras, des œufs non cuits et de saumon fumé étaient fortement déconseillés aux femmes enceintes. Du coup, j’ai mangé pas mal de pain le soir du réveillon.

 

Et puis j’ai du vider et rempli le lave-vaisselle. Il faut juste se plier en deux 10 fois, mais sinon ça ne sollicite pas du tout ma cicatrice hein. J’ai nettoyé la table. Mr G étant pourvu d’organes reproducteurs externes, il lui est bien sur impossible pour eux qu’il ose utiliser ces drôles et exotiques engins que sont les chiffons et l’aspirateur. C’est bien connu, pour utiliser le nettoyant ménager, il faut actionner la pompe à pshcit pschit avec ses ovaires sinon ça marche pô. N’ayant pas envie de déclencher une guerre nucléaire et me faire accuser d’envoyer belle-maman dans les tourbillons noirs de la dépression pour défaut de rangement par madame de sa maison et exploitation ménagère illégale de son fils (true story), je me suis exécutée. Oui c’est déjà arrivé car elle ne trouvait pas notre maison assez rangée, au retour d’une semaine intense de boulot pour nous, avec des jumeaux d’un an. Et non, elle n’a même pas proposé de se saisir d’un balai. Mais elle est restée trois jours au lit au fin fond du désespoir.

 

Et puis il a fallu préparer le repas suivant, courses incluses. La joie de remonter et descendre les escaliers, le bras chargés de victuailles, pour ensuite passer deux heures en cuisine. Car oui, souviens-toi, s’il manque ne serait-ce qu’un petit pois dans la recette, belle-maman va finir au fond de son lit pendant 3 jours.

Me voilà donc, ma cicatrice de césarienne de moins de 2 semaines, infectée et ouverte,
à mettre du cœur à l’ouvrage en serrant les dents.
Ce qui leur semble tout à fait normal.

 

 

 

Deuxième acte:
variations sur le thème: grand dieu, votre maison est en dans un p*tain de bordel

 

 

 

 

 

 

Nous avons “la chance” de bénéficier de l’intervention d’une technicienne d’intervention sociale et familiale du fait de mon alitement et de mes difficultés de santé. Sauf que son aide consiste à nous faire bosser et à nous dire quoi faire. Oui, même si j’étais censée être alitée. Nous parlons de la situation TISF boulet / Sergent Hartman.

Mon beau-père croit bon de souligner que, certes, c’est peu agréable d’ouïr dans sa tronche ce genre de remarques, mais qu’elle ne dit pas que des bêtises.

 

 

 

Je comprends bien vite le sous-entendu: la TISF nous dit que la maison n’est pas bien rangée et elle a raison.
Nous avons voulu des enfants, nous devons donc tout assumer parfaitement niveau bricage de l’appart
Même avec une maman hors course et un nouveau-né avec des problèmes de santé 

C’est officiel, je suis une mauvaise mère et une mauvaise maîtresse de maison. Quelle joie.

 

 

 

 

 

Belle-maman réplique en lui expliquant qu’on a surtout besoin de bras. Solidarité féminine ménagère. Ouaip … mais ça ne suffit pas.

 

 

Troisième acte:
les besoins primaires d’un nouveau-né ne valent rien à côté de beaux clichés

 

 

 

 

Beau-papa et belle-maman n’ont rien à envier aux clichés des touristes japonais de passage à Paris. L’appareil photo est, dans les repas de famille, un périphérique de leur bras. Surtout quand il s’agit des enfants.

 

On ne réveille pas un bébé qui dort (sauf les prémas et petits poids pour leur donner à manger, nécessité médicale). Mais pour beau-papa, il est tout à fait normal de faire chier un nouveau-né pendant une demi  heure, avec des sortes de guilis, pour avoir une photo acceptable du dit nourrisson avec les yeux ouverts. Genre on prive de sommeil OKLM un bébé qui ne peut pas se défendre, et lui mettre une droite pour qu’on arrête de l’emmerder. M’enfin, ça va bien avec leur philosophie d’éducation en général “ce sont aux enfants de s’adapter au rythmes et envie des adultes, surtout quand il s’agit de les transformer en attraction de table”.

 

 

 

 

 

 

Bien sur, sachant que maman serait opposée à cette merveilleuse idée, beau-papa a profité d’un moment de ménage pour s’atteler à sa tâche. Parce que de toute manière, ce que maman a décidé pour le bien-être de son bébé, ce ne sont que des foutaises de bobo. Et pis on a toujours fait comme ça d’abord (argument d’autorité + appel à l’ancienneté, les joies des arguments foireux).

 

 

Autant vous dire qu’après leur départ, j’étais douloureuse, et donc encore plus furax. Plutôt que de râler dans le vide, je me suis dit qu’il fallait plutôt exploiter ce fort énervement pour être proactive.

 

 

BORDEL voici donc un petit guide à l’usage des personnes souhaitant rendre visite
à de jeunes parents dans les premières semaines après la sortie de la maternité

 

La maison ne vous semble pas rangée et/ou pas assez briquée.

 

A ne pas faire:  Ne pas râler sur l’évier qui déborde de vaisselle, surtout par des petites piques à peine dissimulées
A faire: c’est celui qui est le plus gêné qui se lève. En l’occurrence, le visiteur incommodé, vers les produits ménagers et le balai.
Vous voulez vous mettre les jeunes  parents dans la poche ? Proposez en cadeau de naissance des heures de ménage, exécutées par vous même si vous êtes fauchés (comme nous).

 

 

 

Vous avez faim

 

 

 

A ne pas faire: se poser sur le canapé et attendre qu’on vous serve l’apéro, le plat de résistance, le dessert et les cigares.
A faire: vous avez été prévoyants, vous êtes venus avec le repas à partager avec les parents. Même si c’est du Domino’s Pizza. Ne vous inquiétez pas, avec le manque de sommeil et la faim, on est pas super regardants.
Bonus: si vous vous pointez avec des petits plats maison à mettre au congélateur, vous serez accueilli comme un VIP.

 

 

 

Les parents vous semble fatigués

 

 

 

 

A ne pas faire: Rester 5h même si vous voyez que les parents commencent à s’agacer e/ou à piquer du nez. Ah, c’est votre bébé qui vous fatigue autant ? Rhha vous êtes jeunes, ça va aller ! Allez on va faire une promenade pour vous requinquer !
Ignorer, volontairement ou non, les subtils indices que laissent innocemment les parents pour vous dire de dégager. Après, il faudra pas venir vous plaindre si vous vous êtes fait mettre dehors.
A faire: proposez aux parents de s’occuper de tout, et notamment des aînés, pendant qu’ils vont piquer un petit roupillon. Ne pas rester plus d’une heure ou deux dans les premières semaines.

 

 

 

Maman semble grimacer car sa cicatrice de césarienne/ épiso lui fait mal

 

Ne pas faire: se mettre les pieds sous la table tout en faisant des yeux de cocker en s’exclamant “ca doit faire mal hein“. Et s’intéresser ensuite pendant toute la durée de la visite uniquement des petits rots de votre charmant chérubin sans jamais vous prêter attention?.
A faire:ne bouge pas, je te mets ton bébé dans les bras et on s’occupe de tout. Et surtout, toi comment tu vas ? Comment se passe le retour à la maison pour toi ? Si tu as besoin d’en parler je suis là. Et en bonus: tu as besoin que je fasse quoi ?

 

 

 

 

 

Vous avez envie de prendre bébé dans vos bras

 

A ne pas faire: C’est normal de vouloir prendre le dernier né dans ses bras, mais il y’a l’art et la manière de le faire. Le prendre sans demander aux parents, lui faire des bisous bien bavouilleux en pleine épidémie de gastro, c’est no-no-no.
Ou alors la version “je vais découper ce visiteur en petites rondelles apéritives“: Attends je prends bébé dans mes bras pour que tu puisses aller faire un peu de ménage. Là non, je ne garantis pas que vous n’allez pas vous faire sortir à coups de pieds au dersch.

A faire: demander aux parents si vous pouvez prendre bébé. Ne pas le garder 2 heures dans vos bras. Ne pas le faire passer de bras en bras comme un joli vase Ming à admirer. Ne pas s’attendre à ce que ce soit naturel pour els parents de vous laisser donner le biberon. Ne râlez pas si bébé vient de prendre son biberon parce que “si tu l’avais fait patiente 20 minutes de plus, j’aurais pu lui donner” (bien sur, il fallait laisser hurler de faim votre nouveau-né pendant une éternité pour que vos invités puissent profiter du pestacle).

 

 

Vous avez tellement de bons conseils à donner à maman,
parce que de toute façon, on ne fait pas comme ça, rhooo
J’ai plus d’expérience que toi, donc je SAIS

 

 

Règle simple: fermez là sauf si on vous demande directement un conseil sur un thème bien précis. Chaque mère est différente, et non, coucher un bébé sur le dos n’est pas juste une mode.

 

 

 

 

 

 

Vous avez envie de partager les images de cette visite sur les réseaux sociaux

 

 

A ne pas faire: mettre en photo de profil/de couverture les dits enfants. Partager ces photos avec les copains des amis des grands-cousins par mail/SMS groupé.

A faire: demandez l’autorisation aux parents ! Vous pouvez montrer tout votre amour et votre fierté pour ce petit être sans exposer sa tronche sur le net sans son consentement, ni celui de ses parents. Certains parents ne souhaitent pas que le visage leurs enfants apparaissent sur les réseaux sociaux. POINT. Votre photo de profil TOUT le monde peut la voir, idem pour votre photo de couverture. Non ce n’est pas limité à vos amis. C’est le principe d’une photo de profil en fait.
Non, vous ne pouvez pas empêcher la diffusion de ces images en dehors de vos amis (et d’ailleurs, les parents ont peut-être pas envie que les photos de leurs mômes puissent être réutilisés par vos potos). Il faut lire les conditions d’utilisation de Facebook et Instagram les gens. Et puis on ajoute le grand classique les pédophiles de tout bord.
Et si vous vous en foutez royalement de ce que les parents décident pour leurs enfants (pfff c’est quoi les décisions des parents par rapport à ce que MOI je veux), et que vous publiez quand même à tout va: vous risquez juste de ne pas recevoir de photos, hors les photos papier.

 

Voilà cher visiteur, tu sais maintenant quoi faire pour tout le monde passe un moment agréable !

30 Comments

  1. Purée j’ai adoré ton article si juste ! Je suis choquée que tu aies dû supporter tout cela. Je suis choquée vraiment. Je suis d’accord avec toi, les mamans ont besoin de repos après l’accouchement.
    Je t’embrasse très fort. Remet toi bien et profite de ta famille sans te soucier de la vaisselle qui déborde ou de l’aspi pas passé, on s’en fiche franchement. La nouvelle petite vie qui vient d’entrer dan ta vie mérite 100% de ton attention et ce qu’il reste est pour toi. Tu dois te reposer physiquement et émotionnellement. Oublie tout et profite simplement. Des bisous :*

    1. Clairement, le ménage ce n’est vraiment vraiment pas notre priorité. On assure bien sur le côté hygiène, mais pas du tout le côté rangement. Pour ce qui est des beaux-parents, ils reviendront quand tout ça sera calmé hein

  2. J’ai le même modèle de beaux parents boulets! Du coup je compatis. LE gros problème, c’est que les boulets ne vont pas chercher d’infos pour faire mieux, puisqu’ils ont la science infuse 😭.

    Ici, à la naissance des garçons, j’ ai en plus eu les BP qui faisaient entrée – plat-dessert -café chaque midi… alors que je n’avais qu’une seule envie : aller à l’hôpital voir mes bébés en neonat.

    Ça c’est calmé depuis que j’ai restreint l’accès à la maison à 3 visites annuelles. Ça peut paraître dur, mais c’était ça ou le divorce (vraiment !). J’ai pris la décision quand ils se sont imposés 10 jours après notre déménagement, que j’avais commencé ma biothérapie 2 mois avant et … que j’avais une grippe compliquée d’un zona (chez une personne donc immunodeficiente !). Bilan, 18 mois après je me tape toujours les douleurs post zostérienne… bah oui, BM boulets devait absolument venir à ce moment.

    Bon, avant de devenir grossière, je te souhaite beaucoup de tendresse avec Alienor, une maison très crade 😂 et une tisf un peu mieux (tu peux changer, appelle l’organisme).

    1. Clairement, nos beaux-parents respectifs sont faits du même bois ! C’est énervant cette absence de discussion possible rrrr. Je crois qu’on va restreindre les visites aussi, mais déjà, je vais plus chez eux, ça limite les contacts.

      Oh ma pauvre, ces douleurs ne doivent vraiment pas être faciles à vivre, surtout quand on sait qu’on aurait pu faire un petit quelque chose.

      Moi aussi je deviens vulgaire parfois XD

  3. Bon, je suis vraiment choquée par tes beaux-parents… et surtout par le fait que Mr G., adulte, soit toujours dans la position du petit enfant qui obéit à papa-maman, pour ne pas décevoir ou faire de la peine. Ton article m’a rappelé plein de souvenirs aussi… Lors de notre dernier week-end familial avec toute la belle-famille, ma belle-sœur (jeune maman) m’a glissé à l’oreille “je compte sur toi”, ce à quoi j’ai répondu “oui, parce que si on compte sur ton mari ou sur le mien pour s’opposer à leurs parents, on peut encore attendre 20 ans !”… Bref !
    Mes beaux-parents ont des défauts mais ne sont pas manipulateurs… ce qui n’est pas le cas de tous les membres de ma famille.
    Courage et propose de revoir les beaux-parents en 2020 ou 2021 ! Bisous

    1. Tu as très bien répondu à ta belle-soeur ! C’est difficile de s’opposer à ses parents, je ne dis pas le contraire.

      Je t’avoue que j’ai du mal à comprendre pourquoi tout le monde rentre dans son petit jeu. Les frères de Mr G un peu moins. Du coup, ils sont encore plus à faire culpabiliser mon conjoint. Mais il y’a déjà de l’amélioration depuis que je tape du poing sur la table

  4. Oh la la que de souvenirs qui remontent en te lisant… Je suis tout à fait d’accord avec tout ce que tu écris….
    Moi les pépites que j’ai eu :
    1)à la naissance de mon aîné :”ne viens pas te plaindre si tu tues ton bébé car tu le couches sur le dos, tu dois le coucher sur le côté et le caler…
    2) quand je suis rentrée à la maison après ma césarienne en urgence pour OAP avec mes minis (jumeaux) : c’est bien tu vas pouvoir répondre en main ta maison (avec 2 bébés en réa, deux grands à gèrer, césarienne et grosses faiblesses physiques suite à l’urgence vitale, hémorragie….)
    Je me dis qu’ils sont tous pareils… Mais ce n’est pas rassurant. J’espère juste que je ferai autrement quand ce seront mes enfants….
    Prends soin de toi, écoute toi et tant pis pour le diplomatiquement correct…

  5. Ce que tu écris me choque… Mais franchement ils sont vraiment mais vraiment… Ah ! Mais j’ai même pas les mots ! Comment tu peux faire ça à une jeune maman ? Et en plus, à ta belle fille ? Non mais sérieusement ? J’en reviens pas … C’est aberrant… Ils sont aberrants…

    1. Je pense que pour eux c’est normal car c’était pareil pour la mère et la grand-mère de Mr G. Mais ils pourraient aussi très bien se remettre en question. Il y’a tout de même des choses évidents, surtout quand on eu un accouchement difficile et une chirurgie. Mais il ne le font dans aucun domaine ..

  6. Je te lis sans commenter depuis quelques temps mais là je crois que je ne pouvais pas ne pas réagir…quels personnages toxiques et destructeurs et notamment pour votre couple!
    Je reste stupéfaite que ton mari ne dise rien…comment peut-il laisser faire du mal à son épouse qui a souffert plus qu’il n’en fallait et souffre encore? Comment fais-tu pour accepter sa soumission et son manque de solidarité? Voilà, je suis choquée par l’attitude de ton mari encore plus que celle de tes beaux-parents…et f**k la dépression de belle-maman !!! Si elle n’est pas contente, elle se casse! Tu as toute mon admiration pour ton self-control et ta force physique et mentale.

    1. Tout d’abord merci d’avoir commenté :).

      Mon conjoint a toujours vu tout le monde se plier aux 4 volontés de sa mooman, donc pour lui c’est normal. Surtout qu’ils ne font culpabiliser à mort s’il ose ne pas le faire. Ce serait ne pas être proche de sa famille dans le cas contraire et c’est difficile pour lui d’envisager ça. Je ne suis pas du tout proche de ma fille, donc, quand je tape du poing sur la table avec mes propres parents, pour lui c’est associé à une distance envers eux.
      Enfin, je pense, je peux me tromper.

      Mais souvent j’ai envie de lui crier, mais bordel défends moi aussi !! Mais j’ai une sorte de lassitude, j’ai arrêté d’attendre quelque chose de mon conjoint de côté là.

      Parfois Mr G est assez dur sur le côté souffrance physique des autres. Il a toujours été en bonne santé, donc je crois qu’il ne s’imagine pas ce que c’est.

  7. Je te l’avais dit sur IG mais je te le redis: je suis complètement sur le dersh, justement, de ce que je lis. L’attitude de tes beaux-parents me rend furax mais l’absence d’intervention de Mister G est à mon sens bien pire! Alors oui, c’est le “petit garçon” qui s’aplatit devant sa mère ô si dépressive (enfin, ma génitrice est dans ce genre-là et, avant que je décide de ne plus la revoir, son petit jeu ne m’atteignait pas donc c’est possible de s’y opposer) mais quand même, quoi! Ce n’est pas votre premier bébé, ni ta première césarienne. Il sait (en théorie) que le post-partum n’est pas une promenade de santé, boréal! J’espère que vous avez pu en discuter posément et que tu ne vivras plus ce genre d’intrusion malsaine, les débuts avec un nourrisson sont bien assez délicats pour ne pas se rajouter des soucis inutiles.

    1. Oh tu sais, il n’a jamais eu de vrai problème de santé, donc je crois qu’il ne comprend pas vraiment ce que c’est la douleur. Moi je suis habituée, donc je fonctionne presque normalement, donc pour lui, c’est que je vais bien.

      Clairement la belle-mère elle sait manipuler son monde. On ne me fera pas croire qu’elle fait tout ça par innocence. Mais dans un sens, ça marche, alors pourquoi s’en priver ?

      Mais oui des fois j’ai envie de le découper en petit morceaux quand il ne dit rien XD. Mais là, je suis résignée, et je préfère choisir mes combats. Aliénor en premier.

      Mr G ne veut pas se faire exclure de sa famille, alors il faut comme tout le monde. Sinon on le fait bien culpabiliser. Je crois qu’il n’a jamais eu de séparation “psychologique” avec ses parents. J’en ai eu une, et résultat, je ne suis pas du tout proche de mes parents. Peut-être qu’il a peur de suivre le même chemin s’il se rebelle ?

  8. Je te lis sans commenter depuis quelques temps mais là je crois que je ne pouvais pas ne pas réagir…quels personnages toxiques et destructeurs et notamment pour votre couple!
    Je reste stupéfaite que ton mari ne dise rien…comment peut-il laisser faire du mal à son épouse qui a souffert plus qu’il n’en fallait et souffre encore? Comment fais-tu pour accepter sa soumission et son manque de solidarité? Voilà, je suis choquée par l’attitude de ton mari encore plus que celle de tes beaux-parents…et f**k la dépression de belle-maman !!! Si elle n’est pas contente, elle se casse! Tu as toute mon admiration pour ton self-control et ta force physique et mentale.

  9. Bonjour,
    Je te lis sans commenter depuis quelques temps mais là je crois que je ne pouvais pas ne pas réagir…quels personnages toxiques et destructeurs et notamment pour votre couple!
    Je reste stupéfaite que ton mari ne dise rien…comment peut-il laisser faire du mal à son épouse qui a souffert plus qu’il n’en fallait et souffre encore? Comment fais-tu pour accepter sa soumission et son manque de solidarité? Voilà, je suis choquée par l’attitude de ton mari encore plus que celle de tes beaux-parents…et f**k la dépression de belle-maman !!! Si elle n’est pas contente, elle se casse! Tu as toute mon admiration pour ton self-control et ta force physique et mentale.
    Bon courage à toi et bravo à Aliénor pour sa prise de poids!

  10. Le comportement de tes beaux-parents est proprement hallucinant. J’ai l’impression que tu as fait preuve d’une patience exemplaire compte tenu de la situation. J’espère que Mr G en a conscience !

    Pour ma part j’ai zéro relation avec mes beaux-parents (réellement : je ne les ai jamais rencontrés, c’est pour dire). En revanche il y a eu quelques frictions avec ma mère autour de la naissance de mon fils.

    Du coup, sur ma propre expérience (heureusement, les choses se sont tassées depuis), je rajouterais bien à ton guide :
    – faire un Facetime avec la tante en voyage à l’étranger, à côté d’une jeune maman à qui on a ouvert le bide à peine 12h plus tôt, c’est moyen une bonne idée. Mais alors enchaîner avec une conversation sur la pluie et le beau temps en parlant très fort car la connexion est pourrie, là c’est pousser un peu le bouchon !
    – n’appelez pas les jeunes parents tous les jours. Prenez des nouvelles par SMS, ils vous répondront quand ils pourront/voudront. Et non, un SMS disant “Je peux t’appeler ?” n’est pas forcément une précaution suffisante. Surtout si c’est ensuite pour tenir la jambe de longues minutes sur divers articles de puériculture hors de prix (comme si la jeune maman en plein baby-blues ne risquait pas déjà de se prendre assez la tête sans qu’on alimente ses angoisses : “Mais tu es sûre que tu ne veux pas un réducteur de lit ? Je l’ai déjà acheté”).
    – d’ailleurs, ne mettez pas la pression aux jeunes parents pour qu’ils utilisent tout de suite vos super cadeaux, “parce qu’ensuite, ce sera trop petit”. Ils ont sûrement d’autres préoccupations (comme apprivoiser un nouveau-né) et peut-être de bonnes raisons d’ignorer votre présent (il est mal coupé, ou inadapté pour un nouveau-né, ou pas en adéquation avec LEURS valeurs). Contentez-vous du plaisir d’offrir ou abstenez-vous.
    – c’est super d’avoir pris en compte la demande de la jeune maman d’écourter votre visite. Inutile pour autant de mettre une alarme bruyante et de bondir sur vos pieds quand elle retentit (en tirant la tronche). Ce n’est plus prévenant, c’est culpabilisant.
    – quand votre fille est au fond du trou, ce n’est peut-être pas le moment de lui raconter que vous, vous n’avez pas eu de baby-blues… Ça n’aide pas vraiment.
    – Ne réclamez pas de photos tous les jours. Et ne mettez pas de pression pour voir l’enfant régulièrement. Non, ce n’est pas déjà le moment de parler de ses futures vacances scolaires (true story). Ce bébé n’est pas le vôtre, acceptez-le…

    Pfiou, ça fait du bien ! 😛

    1. Ce que tu dis est tellement vrai. Je peux ajouter certains points à l’article (en disant que celà n’est pas de moi bien sur) ?

      Pour les cadeaux, c’est pour ça que je préfère qu’on nous offre un bon d’achat. Et puis comme ça, on peut utiliser l’argent pour des vêtements dont on a réellement besoin plutôt que pour un 10e pyjama en taille naissance ou un 150 doudou.

      Pour les appels mon dieu que je te comprends ! Ma mère n,’arrête pas de me téléphoner, genre 3 fois par jour !! Je ne réponds plus sinon c’est le cercle vicieux, le lendemain elle va téléphoner 5 fois. On a surtout besoin de repos, de calme pour profiter et apprivoiser son bébé. Le SMS c’est très bien !

  11. je compatis, je me suis retrouvée à gérer toute ma famille avec courses, ménages, linge pendant deux semaines alors que je venais d’accoucher et que mon mari était débordé de boulot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *