Education

Pourquoi nos enfants ne croiront jamais au père Noël

Noël a pour moi une importante capitale. D’ailleurs je pense faire une série d’articles la dessus, notamment sur mes superbes recettes de Bredele (petits gâteaux sablés de Noël). D’ailleurs je reste beaucoup sur ma faim quand je vois la manière dont Noël est fêté en France (hors Alsace/Lorraine). Pour moi, Noël c’est un mois entier de célébration. On prépare les Bredele en quantité industrielle (non je ne blague pas), on reste tous au chaud l’après-midi avec ses proches, on va boire du vin chaud/jus d’orange chaud le week-end au marché de Noël car chaque bourg a le sien, on tresse des couronnes végétales pour orner les portes des maisons, on écoute les albums de Noël des Flippers on va voir les différents concerts de Noël. Et tu ajoutes les diverses célébrations et rencontres religieuses pour les croyants. Bref c’est LE climax de l’année. Et dans ce joli tableau, il n’y a pour moi aucune place pour la figure imaginaire du père Noël. 

En préambule je tiens à préciser qu’il est possible que le père Noël n’ait pas exactement la même symbolique pour d’autres familles.

J’exprime ici mon ressenti, ma vision des choses.
Mon but n’est pas de montrer du doigt d’autres parents
qui ont d’autres façons d’aborder les choses.

 

Chacun doit faire selon ce qui lui semble juste et logique.
Sinon on tombe dans le dogme,
et le dogme c’est LE mal.

Pour la vision d’une blogueuse qui a choisi de faire croire au père Noël à ses enfants, je vous invite à aller voir par ici.

 

En préambule, il y’a une petite chose que je dois vous expliquer et qui va certainement vous éclairer dans la lecture de la suite de cet article:

 

J’ai fait une promesse à mes enfants lorsqu’ils sont nés: jamais je ne leur mentirai

 

Pourquoi donc ?

 

  1. Je considère que la pire des vérités est TOUJOURS meilleure que le plus fabuleux des mensonges. Parce que ben … c’est réel. Mentir ce n’est pas pour moi protéger, c’est exposer l’autre à retour de bâton de manière différée, et très souvent sans qu’il s’y soit préparé. Me mentir c’est me dire que tu ne me crois pas capable de comprendre et d’accepter la vérité. Flatteur.
  2. Le mensonge est pour moi un acte aussi respectueux que de cracher sur le visage de quelqu’un. J’en ai eu une douloureuse piqûre de rappel dernièrement lorsque je me suis laissée glisser sur la pente de la facilité de l’omission avec Mr G qui l’a très très mal pris. Tu me mens ? Alors c’est que tu ne me considère pas comme une égale puisque tu penses que je ne mérite même pas la vérité. Toute parole est pour moi un engagement envers l’autre, mentir c’est rompre cet engagement. Donc oui, si je trouve que tu pues du bec je vais te passer un chewing gum sans que tu me le demandes plutôt que de retenir ma respiration, si tu me dis que tu as des gros jambons à la place des jambes sur la photo et que je trouve que c’est vrai, je vais te demander le prix au kilo. Dans le cas contraire ….
    Tu comprends maintenant pourquoi j’ai une vie sociale aussi riche que le vocabulaire d’un certain Franck R. Mais tu comprends aussi pourquoi mes rares amitiés sont si solides et durables.
  3. Je considère mes enfants comme des personnes dignes du même respect que les adultes, je dois juste adapter mon discours.
    J’aurais vraiment l’impression de trahir mes valeurs morales si je décidais que le mensonge c’est coolos jusqu’à l’âge de raison.

 

 

Je suis persuadée que les enfants apprennent par l’exemple. D’où le fait que j’arrête de dire des gros mots la plupart du temps car je sais qu’ils vont forcément se retrouver dans leur bouche. Comme si tu dis à ton gamin de 15 ans d’arrêter de fumer parce que la cigarette sayymaaaal  alors que tu te descends un paquet de Malboro par jour.

Et quel est l’exemple que je montre ?
On peut manipuler ses proches pour leur faire croire X ou Y
car on a décidé de manière unilatérale que c’était le mieux pour eux ?

 

 

Bonjour aussi le choc à l’annonce de la vérité

 

Lorsque je l’ai su je me suis dit “en fait je suis tellement naïve qu’on peut me faire croire n’importe quoi“, je me suis sentie plus manipulée, trahie qu’autre chose. Un vrai boost pour la confiance en soi. J’aurais vraiment l’impression de profiter de la crédulité de mes enfants, d’abuser de mon rôle de figure de confiance. Ok pour leur imposer de mettre un manteau, de manger des légumes, de rester polis. Mais pas ok de se placer sur le terrain de la croyance “mystique”.

 

 

Oui mais Noël c’est l’innocence, les rêves des enfants, leur naïveté
Tu détruis la magie de Noël !

 

 

La magie de Noël ce serait qu’un inconnu nous offre des tonnes de cadeaux gratos ?

 

Ce n’est pas vraiment le message que j’ai envie de passer à mes enfants.

 

Oui le père Noël symbole cette période de la vie où nous sommes encore naïfs, dans un monde encore un peu féerique.
Une période où le plus grand mal c’est de devoir faire ses devoirs le dimanche soir et de se brosser les dents.


Mais je ne crois pas que faire vivre les enfants dans un mode qui n’existe pas soit un cadeau à leur faire.

Au contraire, j’ai envie de leur montrer la beauté qu’on peut trouver dans l’existant

 

 

La magie de Noël avant tout le partage, c’est passer un mois entier à faire des bredeles et des couronnes de l’avent avec ses parents et ses frères, c’est choisir des cadeaux aux proches pour leur faire plaisir, c’est partager ce qu’on a fabriqué pour ses amis et des personnes plus modestes que nous, c’est retrouver ses proches autour de bons repas, c’est voir des personnes proches mais éloignées géographiquement. C’est aller voir les illuminations au centre ville, arpenter les marchés de Noël avec un bon jus d’orange chaud aux épices.

Pour les personnes croyantes c’est célébrer un temps fort de l’année.

 

Vous trouvez pas cette période de l’année assez magique comme ça ?

 

 

Qu’est ce que je leur dit concrètement alors que tout le monde veut  leur fait croire au père Noël ?

Je leur explique c’est un personnage de conte, comme le loup et les petits cochons dans leur histoire préférée. Je leur explique que Noël est une période pleine de jolies choses et que certains ont envie d’en inventer d’autres parce qu’ils pensent que ce temps encore plus magique. Je leur explique que je les aime que donc je ne dis pas de mensonges. Ils ont des cadeaux des gens justement car ils sont aimés très fort par leurs proches.

Je leur dis que j’espère qu’ils garderont d’aussi bons souvenirs de cette période que moi et qu’ils la fêteront avec autant d’enthousiasme que moi quand ils seront grands.

 

 

 

Certains diront que je me prends la tête pour pas grand chose étant donné que je pars dans des considérations philosophiques. Mais il y’a une phrase d’Alexandre Astier (le gars de Kaamelot) qui me reste en tête: quand on pense que réfléchir et se prendre la tête c’est la même chose, alors c’est très grave. Attention, je ne dis pas que ceux qui décident de faire croire leurs enfants au père Noël ne réfléchissent pas, au contraire. Ils ont très souvent des argumentaires intéressants et cohérents. Au final, c’est un peu comme le reste, le choix d’une philosophie de vie, de ce qu’on a envie de transmettre à ses enfants.

29 Comments

  1. Et comment on fait quand l’école a décidé de te couper l’herbe sous le pied en invitant “le père Noël” ? Et que du coup ton enfant soutient mordicus qu’il existe puisqu’il l’a vu?
    #echec
    (Et gros soutien moral d’une alsacienne expatriée en Provence…faire vivre tout seul la magie de Noël c’est un challenge)

    1. J’y ai pensé, c’est un peu la même chose que le père Noël du comité d’entreprise ou des grands magasins ;). Je pense aborder la question sous l’angle du déguisement. Eux aussi se déguisent en pilote d’avion, en spiderman etc. Et pourtant c’est encore Isaac et Yoann. Ils sont plutôt au clair la dessus donc ca devrait aller 😉 . Et puis je leur fait remarquer que les pères noëls il y’en a partout et parfois deux en même temps à deux endroits différents. Ils sont en pleine période de questions existentielles assez poussées, genre précisément pourquoi il y’a le jour après la nuit, donc ils sont plutôt ouverts sur ce genre de questions … normalement.

      Après s’ils y croient je ne pourrais les empêcher. Mais je n’alimenterais pas cette croyance et je continuerais à leur dire la vérité.

  2. Chez nous aussi, le père Noël est un personnage de contes, comme les fées, la Reine des Neiges ou Ritter Rost. Les grands ont bien intégré qu’on pouvait se déguiser en père Noël et ma fille, l’année dernière, a tout de suite reconnu l’éducateur qui s’était déguisé…
    Pour nous, la magie de Noël, c’est de savoir qu’on est aimé par une grande famille et que toutes ces personnes qui nous aiment nous font des cadeaux pour nous faire plaisir. C’est quand même mieux qu’un barbu en manteau rouge qui jette des cadeaux par une cheminée invisible…
    Et puis, Noël commence dès le 1er décembre avec le calendrier de l’Avent, la couronne aux quatre bougies et les cinq kilos de Lebkuchen envoyés par les grands-parents de mon mari qui se rajoutent aux innombrables Plätzchen que nous préparons avec les enfants…

    1. Ah les Lebkuchen …. J’ai eu l’idée d’en faire moi même cette année, expérience réussie. Il faut que je pense au calendrier de l’avent tiens …

  3. Ton raisonnement est intéressant sur le fait de ne pas mentir aux enfants sur l’existence du Père Noël, perso je suis moins catégorique sur la question et faire croire à son existence à mon fils ne me dérange pas car je pense que dans le monde dans lequel nous vivons il faut que les enfants aient un peu d’innocence en croyant en ce personnage même si dès qu’ils vont à l’école, le secret est vite étioler vu que de plus en plus de petits n’y croient plus avant l’entrée à l’école primaire. Après je trouve que la manière dont on prépare Noël dans l’Est (France et Allemagne) est vraiment top et c’est quelque chose que j’essaie de perpétuer notamment avec mon fils (le 6 décembre je fais des Manele). Sinon pour le coup de la présence du père noël dans les centres commerciaux et autres représentations, j’ai pensé à dire à mon fils que c’est des clones ! (il n’y a pas que Naruto qui a le droit de faire du multi-clonage!). Sinon je mise beaucoup aussi sur la représentation de l’esprit de Noël à travers la religion catholique. Après c’est ma vision des choses et je respecte les parents qui préfèrent être transparent envers leurs enfants.

    1. Les manele c’est LE bien. Je vais en faire aussi pour les enfants, mais j’espère que l’école ne va pas me mettre à contribution pour en filer pour les deux classes XD.

      Non il y’a pas que Naruto qui fasse des clones, il y’a aussi l’Empire !

      1. Ah oui je n’avais pas pensé au clin d’œil de Star Wars (dans le couple c’est Monsieur qui est le fan de la saga ^^). Si tu as une recette de Manele qui fonctionne bien (les miens sont bof bof je trouve !) je suis preneuse ^^.

  4. C’est super intéressant ton point de vue. La question du respect des enfants comme des êtres à part entière m’a particulièrement touché tu t’en doutes ! Pourquoi leur mentir à eux sous prétexte qu’on est adultes et qu’on a “ce pouvoir là” ? Ca donne à réfléchir… Je n’ai pas d’avis tranché sur la question mais tes arguments ébranlent mes certitudes (La magie de Noel et compagnie…).
    Et une question me taraude : Comment leur expliques-tu le fait que les autres enfants ne savent pas que le père Noel est “faux”? Car dans la cour de récré, ça doit en parler ! Et je me dis que ça doit être dur pour les autres enfants de l’apprendre de la bouche d’un copain… Bref, petite question qui me titille. 😉

    1. En fait on joue la carte de la transparence avec les maîtresses et les animatrices du centre de loisirs. Mais je dis à mes enfants que c’est un secret rien que pour eux et maman et papa. Et que c’est précieux les secrets.

  5. Je comprends ton point de vue car j’ai une amie qui a été très traumatisée quand elle a appris que Saint Nicolas n’existait pas. Elle s’est sentie totalement trahie. Perso, mon expérience est différente. J’ai appris sa non-existence en maternelle, à 5,5 ans, de la bouche de ma cousine et cela ne m’a beaucoup affectée parce que je trouvais cette histoire un peu suspecte. Il y avait des trucs pas cohérents et quand il y a des trucs pas cohérents, ma tête reste bloquée à ça, encore maintenant.
    Par contre, je me suis laissée prendre au jeu pour mon fils de bientôt 7 ans et qui y croit toujours et j’ai peur que ce soit le big choc quand il saura. Cependant, je ne veux pas lui dire maintenant. Je considère que c’est trop tard et j’attends qu’il l’apprenne par lui-même.

  6. Je n’ai pas encore d’enfants mais je sais déjà que je ne leur ferai pas croire au père noël non plus. Je crois aussi en la magie de Noël par les préparation, le temps avec la famille etc. Merci d’en avoir fait un article.

  7. Mais du coup, tu leur dis de ne rien dire aux autres?
    Chez nous on n’en a jamais fait des tonnes, parce que je reste très marquée par la découverte du mensonge parental à 5 ans. Cependant, sous la pression familial, on parle du Père Noël à la maison, pour désigner les gens qui font des cadeaux. Il n’y a pas de traîneau ou de renne magique, on ne le voit pas dans le ciel et dans les magasins ce sont des gens déguisés.
    Par contre j’interdis aux grands de parler des détails à l’école ou à leur petit frère. Ce n’est pas super cohérent, j’en ai conscience, mais il y a une telle part d’enfance à vouloir y croire même quand on est largement armé pour comprendre que ce n’est pas possible, que je n’ai pas envie de forcer la révélation, que ce soit chez nous ou chez les autres.

    1. Effectivement je leur dis que c’est un secret entre eux, papa et maman. Et que les secrets c’est précieux. Pour le moment ils ont toujours su tenir leur langue;).

  8. J’aimerais beaucoup que Noël est la même saveur par ici que par chez toi 🙂
    Pour ce qui est de croire au Père Noël, je suis ni pour ni contre. Je pense que ma fille y croit mais je ne lui en ai jamais parlé directement… Elle prépare les cadeaux avec nous et tout ce qui va avec. Par contre je ne la contredis pas si elle m’affirme des choses ou me parle des rennes ou autres. Je ne pense pas lui mentir en faisant ça. En tous cas, pour moi, faire croire ou non au père noël n’est pas comparable à un mensonge. Elle choisit ce qu’elle croit, elle doutera longtemps et un jour elle s’apercevra que ce n’est qu’un mythe dont elle détient elle aussi le secret aujourd’hui. La chute ne sera pas brutale puisqu’on n’insiste pas dessus à la maison.
    On verra d’ici quelques années ce que ça donne 😉

  9. Elles y croient ici, et on l’utilise. Et on se dédouane aussi grâce à lui des jouets moches qu’il n’a pas pu amener. Par contre je n’ai jamais soutenu l’affaire mordicus. B. est une sceptique dans l’âme et à chaque fois qu’elle a demandé «mais est-ce qu’il existe vraiment?» on a juste répondu «Qu’en penses-tu?». Un truc qui était important pour moi, c’est que Père Noël ou pas, elles réalisent que les cadeaux sont le souhait d’une personne (ou plusieurs) de leur faire plaisir. Des personnes qui ont pensé à elles, à ce qu’elles aimaient, qu’ils les connaissent, les aiment et veulent les gâter. Je suis marquée par ce temps où je n’avais pas encore d’enfants et où on disait à mes neveux qu’ils n’avaient pas besoin de dire merci à la famille puisque les cadeaux venaient du Père Noêl.

    1. Merci pour vos réponses ! Ça va m’aider pour la prochaine salve de questions angoissées (mais comment va faire le Père Noël pour les cadeaux, on a pas de cheminée !?)
      Mais c’est vrai que la question de la démolition de la légende auprès des autres enfants est délicate, c’est un coup à se faire mal recevoir dans la cour de l’école…

  10. Je partage complètement ton point de vu ! Lorsque j’étais enfant je croyais tellement dur comme fer au père Noël que malgré les tentatives de mes parents pour que je me rende compte progressivement de la supercherie je continuais d’y croire. Ils ont été obligés de me dire la vérité car tous les copains d’école commençaient à se moquer de moi. Je leur en ai tellement voulu que je ne leur ai pas parlé pendant plusieurs jours, je me sentais trahie. Du coup chez nous on parle du père Noël comme d’un joli compte mais sans faire croire qu’il apporte les cadeaux. Comme toi si on fils veut y croire je le laisserai faire bien entendu mais je n’entretiendrais pas le mythe !

  11. J’ai vécu la même expérience que Maman Chamboule-Tout : j’y ai cru jusqu’à 7 ans, et quand j’ai finis par admettre la vérité, je me sentais être l’enfant la plus idiote du monde d’y avoir cru et d’être la dernière de ma classe à découvrir la supercherie … J’en ai beaucoup voulu à mes parents, je leur ai reproché que j’étais en droit de ne plus les croire puisqu’ils me mentent !
    Avec mon mari, nous sommes sur la même longueur d’ondes : on ne veut pas raconter à notre fille que le Père-Noël fabrique et apporte des cadeaux. On veut qu’elle sache, et participe, à l’élaboration des cadeaux pour la famille. Et le Père-Noêl sera une légende à laquelle les gens aiment bien croire, ou pas, tout comme les fées, les gnomes et les dragons…

  12. Ici aussi le Père Noël n’existe pas, pour les mêmes raisons que tu as évoqués. C’est un mensonge, purement et simplement. À vrai dire je suis soulagée de voir que je suis loin d’être la seule à me positionner ainsi 🤗.

    1. Je pense que ça devient de plus en plus courant en fait. On change de paradigme en matière d’éducation alors on remet ce genre de choses en question

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *