Ma vie de Working Mom

Quitter la banlieue pour s’installer à Paris avec des enfants

Vous le savez (ou pas) mais nous habitons en lointaine banlieue parisienne.

J’ai 1h45 de trajet pour aller au boulot le matin. Prendre la voiture, se garer au fond du parking car il n’y a déjà plus de place à 6h45 du matin. Une heure de train. 15 minutes de métro. 10 minutes à pied. Rebelote le soir. J’arrive chez moi à 19h.
Mr G a à peu près le même temps de trajet. Sauf qu’il prends la voiture car il travaille dans un coin reculé (quand tu connais son lieu de travail, c’est pas plus mal).
Nous avons grosso modo les mêmes horaires.

 

Sauf que je ne suis JAMAIS là en fait.

 

J’ai juste l’impression d’être casper pour mes enfants. Je les vois à peine.
Un câlin minuté le matin et un petit temps d’un quart d’heure avant le bain pour chanter des chansons et jouer. Etant donnés qu’ils se lèvent vers 6h15, pas question de trop traîner le soir non plus. Priorité à leur sommeil ! Je passe plus de temps avec la gentille femme de ménage qui vient nettoyer mon bureau le matin. J’exagère à peine …

Ça me rend malade au quotidien, ça me crève le cœur. J’en arrive à me dire “à quoi ça sert d’avoir eu des enfants si tu ne t’en occupes même pas ?”. Impossible de prendre un temps partiel. Légalement oui, certes. Mais dans les faits je serai au placard très rapidement car objectivement c’est impossible avec mon job. Ou alors j’abats la même quantité de travail avec un jour de moins. Et je rentre encore plus tard le soir. Useless.

Ils sont crevés, nous sommes crevés. On a fait comme tout le monde, on a acheté une maison et on se noie dans la masse des voyageurs pendulaires au petit jour puis en soirée. En même temps, on a pas exactement les moyens d’acheter plus près. Être propriétaire c’est le but ultime non ?

NON !!!! STOP ! Ce n’est pas tenable !!

 

C’est une position de principe. Oui vendre notre maison pour redevenir locataires ça fait mal aux fesses. Mais par rapport à notre qualité de vie dégradée, cet argument ne fait pas le poids.

 

Deux évènements ont précipité notre réflexion et notre décision:

Un évènement prévisible tout d’abord : l’entrée en maternelle des twicks. Impossible de les inscrire à l’école de notre commune, les horaires du périscolaire sont incompatibles avec les nôtres. En plus on paie un blinde. De plus, pour les classes de primaire il n’y a pas d’études, juste de la garderie. Donc arrivés à 7h au périscolaire, repartir vers 19h, enchaîner avec les devoirs, c’est le meilleur moyen de les mener vers l’épuisement et/ou l’échec scolaire.
Ils seront donc inscrits à l’école privée près du lieu de travail de papa. Une école dont le projet pédagogique répond exactement à nos idée d’une instruction riche et intéressante. Une école donc à 1h30 de trajet de la maison.

Un évènement imprévisible : la possibilité d’avoir un autre poste, d’une évolution professionnelle conséquente. Pas de suite hein, dans quelques années. Un poste sans management, mais avec de l’analyse et un grand pouvoir de décision. Une proposition concrète suite à un départ à la retraite. Parfois avec de longues journées. Je fais comment pour rentrer s’il y’a plus de trains ? Et j’arrête juste de voir mes enfants vu l’heure à laquelle je vais rentrer ?

 

Et puis je me suis aussi souvenue d’un temps lointain. Du seul appartement que j’ai eu du mal à quitter. N’ayons pas peur des mots, c’était un appartement pourrave. Il était tout petit, nous cohabitions dans 40m² au sol, mansardé. Il n’y avait qu’une seule pièce, une minuscule salle de bain. Le canapé faisait office de lit. Le quartier était vraiment pas top, genre tu ne sors pas seule en jupe l’été.
Mais on était à deux pas du centre ville, des transports en commun au bout de la rue.

Et b*rdel, qu’est ce qu’on était heureux !!

Cette maison je peux la quitter en un claquement de doigts, sans me retourner. C’est notre premier achat, la maison où sont nés nos enfants. Objectivement elle est idéalement située, très bien agencée.
Mais aussi la maison de ma dépression post partum, de la galère financière, de la maladie qui se déclare. Des voisins pas agréables, de l’épuisement professionnel dans mon ancien boulot.

                                                                                       Je serai plus qu’heureuse de claquer la porte et de laisser un autre couple faire sa vie entre ces murs.

Mais c’est de moi dont on parle hein. Je suis un bulldozer, mais j’ai besoin d’avoir une pensée claire. Et ce n’est pas toujours facile pour moi.

Étant donné que j’aime les listes et les statistiques, voici une énumération de ce qui me trotte dans la tête

 

Pour:

  • Passer plus de temps avec les enfants le matin et le soir, c’est LA raison
  • Marcher au lieu de courir en stressant pour arriver au boulot à l’heure/ne pas louper le train le soir (mais quand vais-je caser mes 5 km de marche quotidienne ?, mangerbouger va en prendre un coup)
  • Faire baisser le prix de la garde de Samuel grâce à la réduction de la plage horaire d’accueil #rapia économe
  • Avoir une facture de périscolaire toute douce. Oui, notre tarif horaire serait moins cher à Paris que dans notre commune de grande banlieue (parce que là bas nous sommes considérés comme “riches” … Si vous enlevez le – devant le nombre du solde de notre compte à la fin du mois, alors oui, on est riches)
  • Nous pourrions revendre une de nos deux voitures et garer l’autre sur le parking du lieu de travail de Mr G accessible facilement en RER. Plus d’essence, plus d’entretien, plus d’assurance ! Notre unique voiture ne ferait plus la pochtronne chez Total. Une tournée de pass navigo et c’est réglé !
  • Réaliser mon rêve de gamine de vivre dans un appartement d’une grande ville #sortiedemacampagne
  • Pouvoir accepter avec moins de culpabilité les opportunités professionnelles futures car même si je passerai certains jours plus de temps au travail, je sais que je pourrais rentrer beaucoup plus vite à la maison
  • C’est le bon moment car les enfants vont entrer à l’école en septembre et donc ils ne vont pas devoir faire d’adieu déchirants à leurs premiers copains

 

 

Contre

  • Abandonner la chambre d’amis et le jardin. Mine de rien pour nous qui avons grandi à la campagne où tout ça fait partie du starterpack. Est-ce qu’on arrivera à s’en passer aussi facilement.  La question qui se pose est donc: est-ce que les enfants seront plus heureux de vivre dans un logement plus petit et sans jardin mais en voyant plus souvent papa et maman (et en étant plus proche de leur école) ou est-ce qu’ils seraient plus heureux avec pas mal de temps de trajet et peu de temps avec leurs parents, mais plus de place et un jardin ?
  • Devoir attendre possiblement très très longtemps pour obtenir un logement fonctionnaire et devoir s’installer en location en banlieue entre la vente de la maison et l’obtention du dit appartement parisien. Impossible pour nous de se loger dans le privé. Un loyer de plus de 2 000€ c’est juste impossible à sortir du portefeuille chez nous  (ce qui demanderait un revenu mensuel de 6 000€ tout de même ! Il y’a que des cadres sup ++ à Paris ? )
  • Devoir faire avec les voisins au niveau du bruit. Mr G et moi avons l’habitude du silence le plus total. Les enfants ont l’habitude de faire autant de bruit qu’ils le souhaitent. Notre perte d’audition en témoigne d’ailleurs … Mais dans un appartement on doit supporter le bruit des voisins, et on doit tenter au maximum de réduire le nôtre. L’adaptation ne sera-t-elle pas rude pour des enfants si jeunes ?
  • Faire de Mr G le campagnard écolo un vrai citadin. Ouai, c’est clairement le point le plus compliqué.

Nous avons donc un ratio grosso modo 2 pour pour 1 contre.
Mais la logique a ses limites
Alors que j’étais en train de réfléchir, je suis tombée dans mon fil Facebook sur cette phrase partagée par un de mes contacts:

“J’ai discuté avec la vie
Et puis ce qu’elle m’a appris
C’est qu’on regrette moins d’être monté dans le train que de pas l’avoir pris

A mon retour, Bigflo et Olie.

 

On passe notre journée à tenter d’attraper le train. Et si on prenait juste un aller simple ?

PS: Vos avis, remarques, conseils sont vraiment les bienvenus 😉

40 Comments

  1. Comme je te comprends, sauf que moi je vis dans tout ce que tu rêverais d’avoir (peu de temps de transport, une seule voiture, du temps avec ma fille). Par contre, j’en ai ras la casquette de vivre en copropriété et je rêve d’un jardin. Le bon compromis à mon avis est de vivre au RDC d’un immeuble récent bien insonorisé avec idéalement un rez-de-jardin. Par contre, pour la chambre d’amis, je voudrais pas briser tes rêves mais ça paraît un poil compliqué 😉

    1. Je pense que la chambre d’amis on peut très bien s’en passer ;). Un rez de chaussée ca serait l’idéal. On a moins le bruit des voisins. Les entrées et les sorties se calment quand même beaucoup la nuit. Si l’insonorisation extérieure est bonne ca peut être un vrai plaisir !

  2. Bonjour !
    Comme je prends le PS à la lettre, voici mon expérience. Ne voulant pas nous éloigner de Paris, nous avons acheté une maison à Bobigny : spacieuse, avec un vrai jardin. Peu de nuisances sonores (mais des voisins bien sûr, donc là c’est une question de chance). À 8 minutes du métro. Les enfants sont en maternelle et ça se passe globalement bien. Évidemment on se pose des questions pour la suite de leur scolarité, mais mes amis parisiens aussi… Et au niveau du cadre de vie, nous sommes vraiment très contents.

    1. Effectivement le PS était à prendre au pied de la lettre ;). L’est de Paris nous plairait bien aussi mais mon conjoint travaille bien au sud sur le long de la ligne RER B. En gros le coin le plus cher …

  3. Nous on a la maison et la “presque” campagne et je travaille à 5 minutes de chez moi. En revanche j’ai fait une croix sur mon épanouissement professionnel. Par contre je ne regrette absolument pas ce choix, être à 17h15 à la crèche pour récupérer bébé c’est génial… Mais certains jours les journées de travail sont longueeeeeeesssss…

    1. C’est aussi ce qui s’était passé pour moi dans mon ancien boulot. Mais je partais en dépression, j’ai besoin de m’épanouir professionnellement aussi. Dans mon domaine c’est difficile de trouver en dehors de Paris malheureusement ….

  4. Choix cornélien que voilà. Il est vrai que la vie en région parisienne n’est pas la meilleure mais je te comprend de vouloir te rapprocher de ton lieux de travail afin de mieux profiter de tes petits le soir. J’ai vécut à Paris intramuros pendant 21 ans et mes parents habitent aujourd’hui en très proche banlieue mais c’est vrai que ce n’est pas permis à tout le monde surtout lorsqu’on voit les prix exorbitants de l’immobilier en région parisienne. Aujourd’hui j’habite en très proche banlieue de Lyon avec tous les accès (transports en communs, magasins…) et nous avons eu la chance l’an dernier de pouvoir acheter un appartement assez grand pour un prix très raisonnable et puis en tant qu’ancienne parisienne j’avoue que la vie en province est meilleure sur pas mal de choses (mettre 30 minutes de transports en communs contre plus d’une heure à Paris ça n’a pas de prix). Je reconnais c’est un sacré avantage et pour rien au monde je ne voudrais pas changé. J’espère que vous trouverez une solution intermédiaire qui puisse vous satisfaire tous.

    1. Nous avons vécu pas mal de temps en Rhône Alpes et clairement si on avait pu rester on l’aurait fait ;). Mais en tant que fonctionnaire c’est extrêmement difficile d’être mutée la bas. Et j’ai pris une voie qui m’a conduit à pouvoir prendre des postes uniquement sur Paris centre.

  5. C’est un choix difficile à faire. Je pense qu’il va falloir que vous vous posiez tous ensemble pour en discuter non? Surtout si ton chéri n’est pas citadin dans l’âme !
    J’espère que ce rêve se réalisera parce que clairement, tu es plus “pour” toi 😉
    Tiens nous au courant !!

    1. Disons que mon chéri n’est pas quelqu’un qui exprime une opinion claire. Il se laisse beaucoup porter par mes choix. Bref, ce n’est pas un décideur dans l’âme ! Donc c’est sur bibi que la responsabilité des décisions tombe en grande partie lol

    2. Oui j’avais entendu dire que c’est assez compliqué d’avoir une mutation en tant que fonctionnaire sur la région Rhône-Alpes et travaillant avec la Métropole de Lyon via mon entreprise, je le constate au quotidien. De plus, j’ai lu il y a quelques jours que la région attirait énormément de monde ces dernières années (on le voit avec la flambée de l’immobilier).

      1. La région attire pleins de jeunes cadres c’est clair. Et puis Lyon reste quand même la troisième ville de France ! Et Grenoble a un charme incontesté (ça reste la seconde ville de mon coeur)

  6. Il est certain que 3h de transport par jour, ce n’est pas tenable avec des enfants, et même sans d’ailleurs.
    il n’y a pas de possibilité de télétravail pour toi ?
    Nous, nous avons opté pour l’appartement, mais en proche banlieue. Paris était hors de question pour moi qui y ai vécu longtemps et y ai souffert de la saleté et du bruit. La maison était un rêve inaccessible, soit trop chère, soit trop loin. Finalement on a trouvé le bon compromis : un appart, en banlieue proche, avec une terrasse sympa, et tout à pied à côté (école, crèche, commerces, bibliothèque..) le tout à 30 min de Denfert.

    1. C’est un peu compliqué de télétravailler pour moi car je peux avoir à me déplacer au pied levé, et le genre de déplacement qui ne peut pas attendre. La proche banlieue nous intéresse aussi, mais côté sud le long de la ligne RER B ou alors vers Versailles. Donc pas forcément le coin le moins cher … On peut mettre 1 500€ de loyer max pour 3 chambres donc les possibilités sont très minces malheureusement

  7. Et si tu visais entre le sol et la lune? Genre un appart en très proche banlieue (Puteaux/saint-cloud/vincennes/antony selon où vous bossez) avec un petit jardinet ou un grand balcon (ou juste un espace copro cool)? Le métro/rer en 10min à pieds, tout à proximité et un garage pour ne garder qu’une voiture! Nous à puteaux on a un 45m² 1 chambre pour 1080€ ttc pour comparaison. pour 1300€ on pourrait avoir 2 chambres. Ah oui! le seul point peut-être à réfléchir c’est : êtes vous prêts à placer les deux enfants dans la même chambre? il est là le secret d’une vie pas loin de paris! Même mes voisins richou (102m² les bougres) me disent que c’est très faisables au moins jusqu’aux 10ans du plus grand!
    Et sans te miner, oublie la chambre d’amis et fais gaffe au temps avant d’avoir un logement fonctionnaire. ma collègue demande région 78 et elle n’a même pas eu un 4 pièces!

    1. Antony ce serait le rêve pour nous ! Mais les prix sont aussi très élevés malheureusement. On a un budget max de 1 500€ TCC pour 3 chambres avec proximité des transports à pieds. Apparemment on est un peu justes. Les jumeaux peuvent rester dans la même chambre, ca pas de soucis, c’est prévu 😉

    1. Malheureusement la région parisienne est le seul endroit de France où on peut bosser tous les deux. Sinon je pense qu’on serait déjà partis vers le Rhone Alpes 😉

  8. Cela semble en effet une bonne idée de se rapprocher de vos lieux respectifs de travail, pour voir davantage les enfants, éviter toute cette fatigue. En revanche, un appartement familial à Paris, c’est cher, la proche banlieue permet d’avoir bien plus grand tout en étant facilement accessible (par métro ou train avec quelques stations – rien de comparable avec ton temps de trajet actuel). Il faudra tout de même faire une concession au niveau de l’espace mais cela sera probablement aussi l’occasion de faire un tri par le vide 😉
    Il faut penser aussi à la proximité des espaces verts si vous n’avez pas les moyens d’avoir une terrasse ou un petit bout de jardin, car la répartition n’est pas la même dans tout Paris. Et tu parlais de l’appartement où vous habitiez qui n’était pas dans un quartier hyper sécurisant, pour le coup avec des enfants, personnellement je trouve que c’est un critère hyper important!
    Pour ce qui est du bruit, les immeubles neufs sont généralement bien insonorisés, mais pas les haussmanniens, ni les immeubles du 20e siècle.
    Notre histoire à nous c’est plutôt qu’on est passé du plein centre de Paris avec 1 enfant, à la proche banlieue avec 3 enfants (avec respectivement 15 et 25 minutes de trajet pour aller bosser). Super expérience, on serait bien restés plus longtemps mais une super opportunité professionnelle nous amène à partir dans une grande ville de Province où nous faisons le même choix d’être en très proche banlieue pour pouvoir aller travailler à pied, le luxe!

    1. Pas de soucis pour les concessions en terme d’espace, on y est préparés ;). Le problème est qu’on doit trouver dans le sud de Paris le long du RER B ou vers Versailles. Mais c’est vraiment très chers dans ces coins la …. Anotony ou Bourg la Reine seraient parfaits pour nous

  9. Je te conseille de contacter la SNI, on avait un logement conventionné super par eux à Massy , 93m2 , 4 chambres et deux SDB. En plus on était ultra bien situés (à 5 min à pieds de la gare de Massy).
    Le quartier Atlantis de Massy est neuf et bien équipé, ça pourrait valoir le coup pour vous 🙂

    1. Je scrute aussi les logements SNI ;). On en a vu un pas mal à Saint Quentin en Yvelines juste à côté de la gare. En fait, j’avais entendu dire que Massy c’était pas top niveau sécurité sauf côté Palaiseau. Mais ca reste des bruits de couloirs donc rien de sérieux. Mais ça me fait quand même une certaine durée de trajet.

        1. Orsay, Massy et Versailles Chantiers seraient bien dans nos zones de recherche. St Quentin en Yvelines aussi. Je veux bien des infos 😉

  10. Alors je vais te donner mon point de vue de parisienne endurcie. 🙂

    Notre fille rentre à l’école en septembre, et nous sommes passés par les mêmes discussions que vous, mais dans le sens inverse (“est-ce que ce ne serait pas mieux d’aller vivre en banlieue”). Finalement, nous restons dans notre quartier du sud de Paris, en locataires, parce qu’acheter dans Paris intra muros est encore bien au dessus de nos moyens. Nous gardons un oeil sur les prix à l’achat en banlieue très proche (Issy Les Moulineaux, Courbevoie, Montreuil…).

    Je rejoins ce qui a été dit plus haut, aller en proche banlieue pourrait vous permettre de réduire le loyer mensuel. Dans les points négatifs de la vie sur Paris, c’est assez simple: le bruit de tes voisins, des voitures et des ambulances (refusez les appartements sans double vitrage, c’est impossible à vivre!); le vis-à-vis (plus tu montes dans les étages, plus tu paies cher); le manque de parcs dans certains quartiers; le prix qui te force à payer très cher pour moins grand. MAIS oui, tu es toujours proche d’un métro, d’un bus ou d’un RER. Et la supérette du coin reste ouverte très tard, voire le dimanche. Et puis c’est Paris (coeur avec les doigts) (je suis amoureuse de ma ville).

    Sur les prix de la scolarité, en revanche, j’ai peur que vous ne déchantiez: le tarif moyen horaire d’une baby sitter est de 10 euros de l’heure (il commence à 8 euros de l’heure), pour trouver un bon mode de garde, même en périscolaire, c’est la JUNGLE (j’en sais quelque chose…….) et selon votre tranche le repas à la cantine peut être assez élevé aussi (6 euros le repas ici pour les tranches hautes). Dernier conseil: si vous déménagez, faites le vite, certaines écoles publiques sont déjà saturées et il ne faudrait pas vous retrouver dans une école loin de chez vous… c’est arrivé à un collègue de mon mari.

    Bon courage en tout cas, je ne comprends que trop bien ces questionnements. Et en vrai, à moins de gagner au loto et de t’acheter un hôtel particulier sur l’ile de la cité, je crains qu’aucune solution ne soit parfaite. Il faut prendre celle qui vous coute le moins en énergie.

    1. En fait pour ce qui est de l’école et de la garde, tout est prévu à coté du travail de papa, assez éloigné de Paris ;). Vu que de toute façon on ne savait pas trop où allait atterrir du coup on a déjà trouvé une organisation. Mais chez nous aussi la cantine est dans ces tarifs là.

      Le bruit c’est ce qui me fait le plus peur. Mais vu notre budget on vivrait en appart quelque soit la ville où on se rapprocherait. Surtout que je dois être à proximité à pieds d’une gare. La banlieue très proche pour nous ca serait Bourg La Reine ou Antony. Éventuellement Versailles. Le moins cher hein 😉

  11. Nous cherchons aussi sur Antony ou Bourg la Reine (le Plessis Robinson) est pas mal aussi. Et tout ça pour gagner 10min de voiture pour moi et 15min de RER pour Mr mais les horaires du peri sont tels que ce sera toujours ça de gagner!

    Bonnes chances dans tes recherches

  12. Je viens de la campagne et je ne me voyais pas vivre avec des enfants à Paris. En fait le jardin ça ne nous manque pas car on n’est quand même pas dans une région où il fait souvent beau. On voit le coté positif des nombreuses sorties et on ne s’ennuie jamais. On n’est pas du genre casanier du coup le côté petit appart ne nous gene pas (et moins de ménage). Y a un article sur ce sujet sur mon blog qui pourrait te rassurer: devenir des parents urbains

  13. Bonjour,

    Je suis une ancienne parisienne intramuros, maintenant j’habite au pays des vaches dans le Limousin ;). J’ai un boulot prenant et j’ai quatre enfants. Pour ma part je réduirai sans aucune hésitation les temps de transport quitte à avoir beaucoup moins de mètre carré. Il n’y a pas vraiment de bonne solution, en région parisienne tout le monde fait des concessions et cherche l’équilibre impossible !!

    Par contre, je te conseillerai vraiment de changer de mode de garde, avec trois enfants et deux parents qui font beaucoup d’heures, avoir une nounou qui ramène les enfants après l’école et la crèche c’est une vrai révolution et ça ne coûte pas tellement plus cher que le périscolaire (tu peux au moins essayé un ou deux soirs par semaine).

    Finit les départs du boulot en laissant tout en plan de peur d’avoir cinq minutes de retard. Quand on rentre les enfants sont calmes, ils sont tranquilles chez eux depuis quelques temps et n’ont pas eu une journée en collectivité interminable. En rentrant, tout le monde est propre, calme et nourri (ce qui évite beaucoup de cris). Il ne reste plus qu’à discuter, jouer, lire des histoires. Je pense que l’important n’est pas vraiment, le nombre d’heure qu’on passe avec eux mais la qualité des moments qu’on partage. A partir du moment où j’ai pris une nounou, ça a vraiment changé mon quotidien et mon niveau de stress. Je conseille vraiment, ça change la vie.

    Bon courage

    1. On a pensé aussi à la nounou après la crèche, mais on avait jamais osé se lancer face à la complexité administrative. Tu es passée par une agence ou tu emploies directement une personne ?

      1. Moi aussi j’ai une nounou pour m’aider, qui va chercher le grand à l’école et les 2 petites à la crèche. Elle fait le goûter, le parc, les bains, le pyj… Ca nous a changé la vie!
        On l’emploie tous seuls (pas garde partagée, et pas par une agence).
        Les démarches administratives ne sont pas si compliquées que ça, tu peux regarder sur parent-employeur-zen, qui donne pas mal de conseils.

        1. En fait je pense que je me sentirai un peu coupable en me disant que je ne suis meme pas la pour faire le bain. Mais en meme temps c’est mieux pour les enfants de le faire dans le calme et pas vite fait avec la fatigue de la journée qui les mets à bout.

          Tu as fait comment pour choisir ta nounou ?

  14. Bonjour : nous avons involontairement fait ce cheminement aussi grace à une opportunité de logement sur Paris. Nous quittions un petit appart de banlieue chic, pour un autre un peu plus grand dans Paris. Et de surcroit avec enfant en bas age et moi grosse maladie. Et bien malgré tout ça, je re-vie, mais d’une force. Fini la course en voiture, bonjour les vrais relations de voisins et avec les commerçants (non on est à Paris ???), moins de trajets pour le boulot, un début de vie culturelle pour les minis (et nous aussi 🙂 Ce qui m’était présenté comme la fin du monde a été une libération. Alors certes nous n’avons pas de jardin, pas même de balcon, c’est parfois un peu bruyant le matin avec les machines qui lavent la rue et les gens sont parfois speed. Mais par rapport à notre banlieue chic et snob, nous n’avons rien perdu, au contraire. Je vous souhaite une belle installation

  15. >> Être propriétaire c’est le but ultime non ?
    C’est quand même fou à quel point c’est ancré dans les esprits dans ce pays. Oui c’est le but ultime pour ton banquier car il te tient par les ouilles pour les 30 années à venir. Et c’est le but ultime pour ton boss car tu ne vas râler de peur de perdre ton boulot. Etc.
    J’ai arrêté de compter le nombre d’amis qui sont partis en banlieue “pour une vie meilleure et avoir plus d’espace”. Mais si tu n’es jamais là pour en profiter, ça sert à quoi ? Quand à la chambre d’amis, elle n’est nécessaire qu’en banlieue car sinon, effectivement personne ne viendrait te voir.
    Désolé pour le commentaire pas plein de gentillesse et de bonté. 😉

    1. Justement je me posais cette question sur le sujet de la propriété à travers mon article (mais ce n’était pas forcément très clair ;). Nous partons à Paris en location en laissant derrière nous notre crédit immo et notre chambre d’amis. Etre propriétaire c’est une position de principe. En Allemagne ce n’est pas du tout aussi ancré dans les mentalités.

      Effectivement avoir une grande maison et ne jamais en profiter est vide de sens. D’où notre décision.

  16. Bonsoir, Avez-vous pensé au nord-est de Paris, pas trop loin de gare du Nord si vous avez besoin du RER B (si j’ai bien compris)? C’est moins cher qu’ailleurs, les espaces verts du 19e sont top, on peut partir facilement en vadrouille vélo charmante le long du canal de l’Ourcq, il y a plein de restos et de lieux de sortie sympas pour les couples et les familles… Ce n’est certes pas le quartier le plus calme de Paris, mais tout dépend de la configuration du logement. Bref, nous on s’y plait beaucoup, depuis 10 ans, et avec 3 enfants… Bonne recherche en tout cas!

    1. Malheureusement mon mari bosse vraiment au sud de l’Essonne. Le trajet serait vraiment très long à moins de pouvoir vivre à 5 minutes d’une station de RER. Le souci c’est que ce type de logement est assez rare en logement fonctionnaire et complètement inabordable dans le privé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *