On teste / Santé de maman

Serviettes hygiéniques lavables: premier mois d’utilisation

Les serviettes hygiéniques lavables: un petit pas vers le zéro déchet, un grand pas pour mon entrejambe niveau confort. En furetant sur le net, j’ai trouvé deux marques qui sortaient du lot en termes de satisfaction des utilisatrices. Vu que je suis un mouton de Panurge, j’ai testé les serviettes de deux marques: Hannahpad et “Dans Ma Culotte”. J’ai tout acheté de ma poche, aucune sponsorisation ici.

 

D’habitude, j’utilise la cup pour les jours de gros flux, et uniquement en journée.

 

Malheureusement pas tous les jours. Avec mon manque d’œstrogènes du à ma ménopause précoce, j’ai les muqueuses atrophiées. En clair, là dedans c’est rigide et peu humidifié. Comme un abricot séché si tu préfères. Le reste du temps je tournais aux serviettes hygiéniques jetables. Pleines de plastique. Qui commençaient sérieusement à m’irriter et à se barrer dans leur place dans ma culotte à longueur de journée.

 

Après une mycose carabinée, je me suis rendu compte qu’il existait une solution pour ne plus subir cet inconfort:

 

Les serviettes hygiéniques lavables qui sont dans leur grande majorité en coton
et donc beaucoup plus douces et moins irritantes

 

Comme avec la cup, il faut être à l’aise avec son corps et ne pas hurler de dégoût à la vue du sang menstruel. Parce que les serviettes hygiéniques lavables, ce n’est pas comme les couches lavables que tu peux fourrer dans la machine à laver directement après utilisation. Tu dois les essorer à la main juste après utilisation. Oui, tu auras littéralement du sang sur les mains.

 

 

Perso, je m’en tamponne l’oreille avec une babouche

 

Pour commencer, je n’ai pris que 3/4 serviettes de différentes tailles
de chaque marque pour tester.

 

Je dois vous avouer que le choix en termes de motif n’a pas été un critère déterminant pour moi. De toute manière, c’est pour évacuer un déchet de mon corps, et que donc elles vont se retrouver cradouilles dès leur entrée en jeu dans mon slip … J’ai juste pris des motifs autre que blancs pour visualiser en gros mon stock restant: il me manque celle avec les palmiers, donc il me reste X serviettes.

 

 

Les serviettes Hannahpad

 

 

Voici le petit emballage dans lequel j’ai reçu mes serviettes.

 

Visualisez les petits picots en plastiques, on en reparlera après

 

 

 

J’ai commandé une flux léger, deux flux normal, et une serviette nuit.

 

 

 

Je vous mets les différentes tailles en perspective

 

 

Les serviettes pour flux léger et normal sont parsemés de petites fleurs dans une sorte de plastique très très souple et dense. Un peu comme celui des ventouses. J’avoue ne pas vraiment en avoir compris l’utilité … Et j’ai grimacé à la vue de ces petits picots étant donné que je passais au lavable histoire d’avoir uniquement du coton sur ma schneck.

EDIT: les petites pétales servent à maintenir culotte en place lorsqu’on bouge.

 

 

Niveau composition

 

L’absorbant est composé de coton bio. La couche extérieure est quant à elle en Thermoplastic PolyUrethane.

EDIT: la partie qui touche la vulve est 100% coton, erreur de ma partt.

 

 

Niveau absorption

 

On est vraiment sur du lourd. Elles sont hyper méga absorbantes. Je les aurais utilisées en post-partum sans aucune hésitation.

J’ai eu une grosse perte de sang genre robinet ouvert et la serviette flux léger a tout absorbé sans broncher !

 

 

 

 

Avec une serviette hygiénique jetable, il y aurait eu de gros débordements et j’aurais du avoir besoin d’une serviette nuit ++++.

On voit bien derrière qu’il y’a une grosse couche d’absorbant. Elles mettent pas mal de temps à sécher, donc si je me fie à mon expérience avec les inserts de couches lavables bébé, c’est que l’absorption est très bonne.

J’ai eu une ou deux fois un léger effet mouillé, mais je pense que je n’avais pas choisi une serviette avec le niveau d’absorption adapté.

 

 

 

Niveau confort

 

On est bien confortable, beaucoup plus que dans une serviette jetable. Je n’ai pas du tout senti les petits picots en plastique contrairement à ce que j’aurais pu penser.

Je n’ai jamais eu de soucis de serviette qui se barre version tronche en biais. Le tout c’est de la remettre une fois une place une fois la debout quand on vient de se lever des toilettes. Après c’est nickel.

Pour le choix de la taille de la serviette, je pense qu’il vaut mieux choisir en fonction de sa morphologie plutôt que de son flux. Je suis une pure production nordique de 1m74, un bon gros bassin (la madame de la radio a dit que j’avais un boulevard) et du gras en trop. Je me senti plus à l’aise avec les serviettes flux normal même lorsque le flux était faible.

 

 

D’ailleurs, si vous n’avez pas vu la série Glow sur Netflix, foncez, c’est une perle

 

 

 

Pour l’entretien

 

En gros, il faut rincer la serviette à l’eau froide dès que possible. Il faut ensuite la frotter au savon détachant bio, ne pas rincer, et faire tremper une nuit minimum dans un bain de perchlorate de sodium. Un petit sachet vous est fourni pour les premiers lavages. On peut ensuite choisir de la passer ou non au lave-linge à 60 degrés max. Personnellement, je le fais à chaque fois car je ne suis pas pas convaincue de la propreté totale de la serviette à la fin du trempage, et je ne suis pas d’avoir ce produit directement au contact de la peau. Il faut ensuite faire sécher à l’air libre (elles ne passent pas au sèche-linge).

 

Personnellement, je trouve cette routine assez lourde.

 

 

 

 

Il faut trouver un endroit où les faire tremper et clairement je ne vais pas utiliser ma baignoire pour ça vu le niveau d’eau qu’il me faudrait. Je pose une bassine dans la baignoire (vu que j’en ai pas, j’ai pris un tupperware qui sera dédié uniquement à cet effet) des enfants la nuit. Le fait de devoir aussi s’amuser à mesurer l’eau pour mettre la bonne dose de percarbonate de sodium est aussi un peu chiante. Bon, pour quelques jours par mois ce n’est pas la mort du petit cheval non plus.

Au bout de deux jours, j’ai abandonné cette routine trop lourde et j’ai sauté l’étape trempage. J’ai bien rincé à l’eau froide, je passais le savon bio, je rinçais, et je mettais à la machine à laver. Mais étant donné que c’est une tambouille personnelle, je ne suis pas sure que ça n’abîme pas les serviettes. EDIT: il s’avère que c’est possible de le faire si le flux est assez léger.

 

 

Les serviettes “Dans ma culotte”

 

 

 

 

On est ici sur une marque française, donc ça fait du bien à mon esprit écolo/soutien du commerce local. J’ai eu un petit couac (retard de livraison), mais ça a été réglé très rapidement avec le service client. Donc ils sont bien réactifs. Je ne vous montre pas l’emballage car on est juste sur un colis classique.

 

 

Niveau composition

 

Le tissu du dessus est un coton bio. Les inserts sont composés de polyester et de polyamide, le dessous est composé de polyester et de polyuréthane. Ce que je retiens comme gros position, c’est que je suis uniquement en contact avec du coton.

 

 

Niveau absorption

 

Je n’ai pas eu de grosse “hémorragie” avec ces serviettes, mais elles sont bien absorbantes alors qu’à première vue elles ont l’air toutes fines (beaucoup plus fines que les consœurs Hannahpad). Je n’ai jamais eu d’effet mouillé comme je l’ai eu une ou deux fois avec les serviettes Hannahpad. Encore une fois, je n’ai pas eu de gros gros flux d’un seul coup, donc mon expérience est limitée.

Niveau tenue dans la culotte, tout pareil, je n’ai jamais eu de problème de serviette qui glisse. A noter qu’elles sont moins larges que les Hannapad ce qui est plus simple pour les mettre dans des culottes plus fines.

 

 

 

Niveau confort

 

 

 

Pour moi ce sont les plus confortable que j’ai pu tester. Peut-être du fait de l’absence de picots en plastique ?

Elles peuvent également être portées longtemps (+ d’une demi journée) sans avoir un petit inconfort. Je sais, je pourrais les rincer vite fait avec une bouteille d’eau dans les toilettes et les mettre dans les sachets prévus à cet effet, mais vraiment j’ai trop peur de l’odeur.

 

Pour l’entretien

 

Niveau entretien, on rince les serviettes à l’eau froide  (j’ai eu l’impression d’éliminer moins de sang à flux égal par cette étape). Ensuite, on frotte avec un savon bio détachant, et ‘on peut passer le tout à la machine à laver sans faire tremper. On peut aussi les faire passer au sèche-linge à basse température. Et ça, c’est vraiment cool. Si comme nous tu vis dans un appartement pas immense avec juste un fil à linge dans une salle de bain sans fenêtres (cf. l’image de couverture de l’article), tu vas grandement apprécier ce détail. Oui j’ai un étendoir sur le balcon, mais mis à part en été, difficile de laisser sereinement ses serviettes à sécher sans avoir à se poser la question de la potentielle pluie qui te ramènerait au point de départ.

Même sur un étendoir elles sèchent plus vite. Mais je ne pourrais vraiment pas vous assurer que cela a ou non une influence sur l’absorption car encore une fois, je me suis pas vidée de mon sang lors du port de cette serviette. J’en ai commandé d’autres en version nuit, donc je vous dirais ça dans mon prochain bilan.

 

Et si tu nous parlais pognon ?

 

Toutes les marques sont dans les mêmes gammes de prix donc je ne peux pas vraiment utiliser ça pour faire un choix entre deux marques. Je trouve le prix raisonnable. Comme pour les couches lavables pour bébé, c’est un investissement assez vite rentabilisé.

 

 

Et alors, finalement, tu choisis quoi ?

 

Un mix des deux.

 

Comme pour les couches lavables où j’ai un mélange de TE1, de TE2 et d’inserts de plusieurs marques.

Je suis sure de l’absorption de malade des serviettes Hannahpad, donc je les utilise plutôt la nuit. En plus les serviettes nuit de cette marque n’ont pas ces petits picots en plastique donc elles sont plus confortables.

Pour le jour, au quotidien, je porte plus les serviettes Dans ma Culotte étant donné que leur effet au sec est sympa et qu’on peut les porter plus longtemps sans risquer la grattouille le soir. Le fait qu’on puisse officiellement se passer de la phase de trempage et qu’elles passent au sèche-linge font une grosse différence (perso je les passe avec ma lessive de couches lavables vu que c’est basse température pour tout le monde).

 

Voilà, tu sais tout sur mon bilan après un mois. Je vous en reparlerai p

12 Comments

  1. Je n’utilise pas de serviette lavable, mais pour les inserts des couches, ceux en microfibre sèchent beaucoup plus vite que ceux en coton. Je pense que c’est ce qui explique la différence de temps de séchage.

  2. Bonjour ! Merci pour ce post détaillé. Personnellement, j’utilise des culottes menstruelles depuis quelques mois (marques fempo et sisters républic) après avoir hésité avec des protections lavables. Après lecture de ce billet, je suis définitivement convaincue que les culottes menstruelles sont plus faciles d’utilisation, pour moi en tout cas !

  3. Bonjour, j’ai les hannapad (mes préférées) et des lulunature (fabriquées en France sauf erreur). Je ne reviendrai pas aux jetables non plus ! Sinon, il me semble qu’il y a une petite coquille dans le titre de l’article jetable/lavable!

  4. Bonjour,
    J’utilise des serviettes lavables depuis un an environ. Pour l’entretien j’ai suivi ce qui était indiqué par le fabricant : rinçage à l’eau froide après utilisation, si possible les laisser tremper dans de l’eau froide jusqu’au lavage, puis passage à la machine. Ca ne me semble pas contraignant, surtout que c’est quelques jours par mois. Pour le séchage, je n’ai pas de sèche-linge, donc je ne me suis pas posé la question. Pour le trempage j’ai un petit récipient avec couvercle dans lequel je les laisse tremper, en changeant l’eau matin et soir, que je laisse dans la salle de bains.
    J’en suis très satisfaite, je n’aimais pas non plus le plastique sur les jetables. Entre temps, j’étais passée aux jetables en coton bio de natracare. Mais avec les lavables, c’est plus économique et ma conscience écologique est satisfaite !

  5. Super ! Merci pour ce retour !
    Je me suis aussi lancée dans cette aventure mais c’est ma soeur qui me les a cousu 😉 Mais ce n’est pas parfait… haha ! Elles glissent beaucoup. Donc je suis ravie de lire ton retour à ce sujet !
    Et en plus, j’aime tellement leur design, elles sont vraiment très jolies !
    Je vais donc me laisser tenter 😉

  6. Très intéressant ce retour ! Je suis en train de tester des culottes de règles (et je trouve ça top mais j’en parlerais dans un prochain billet), et j’aimerais quelques serviettes jetables en complément. J’avais déjà regardé celles de Dans ma culotte, comme toi j’aime le côté français et j’avais déjà acheté une cup de cette marque.

  7. Je ne sais pas pourquoi mon précédent commentaire n’est pas passé mais je te remerciais pour ce bilan très complet. J’avais hésité entre les serviettes lavables et les culottes menstruelles. J’ai finalement opté pour les secondes et je ne le regrette pas car c’est très très très pratique et efficace (marques fempo et sisters républic pour moi).

  8. Vraiment merci pour ce comparatif très complet ! Ca fait un moment que je pense moi aussi à m’y mettre (j’ai une cup mais je ne sais pas pourquoi je ne suis pas du tout à l’aise avec) donc je pense que vu ton retour je vais commander quelques SHL pour tester.

  9. Bon alors là, je crois que tu vas finir de me convaincre, parce que j’ai un TRÈS gros flux et que je n’en peux plus des tampons et serviettes jetables. Mais je dois bien avouer que j’ai un gros doute sur la capacité d’absorption du lavable… maintenant que je te lis je me dis que finalement, ça peut le faire… Reste la question de l’entretien – évidemment difficile de rivaliser avec du jetable – mais bon, rincer et frotter ça me semble pas non plus infaisable, alors… Merci en tout cas pour ton témoignage, très instructif pour ma part !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *