Au quotidien / Maman féministe

Son nom c’est non, j’ai gardé mon nom de jeune fille

C’était pour moi une évidence: si je passais un jour devant monsieur le maire, main dans la main avec un monsieur qui ne savait pas encore ce qui l’attendait, je garderais mon nom patronymique. Non je ne dirais pas non de jeune fille. Sailor Moon se transformait par le pouvoir du prisme lunaire, et moi je me transforme en madame par le pouvoir de la bague au doigt peut être ? Ce choix est encore en 2018 souvent mal compris, voire nié. On m’a dit qu’on ne voyait pas pourquoi je me mariais, et qu’en plus j’aurai un nom différent de mes enfants. Ce dernier problème a été réglé, nos enfants portent nos deux noms. Et je n’ai jamais regretté aucun de ces deux choix. Je t’explique pourquoi.

 

En tant que juriste je vais m’adonner à mon pêché mignon, mon guilty pleasure ultime comme disant nos amis anglophones.
J’espère que vous ne me jugerez pas.
Je vais vous citer un article issu du code civil, l’article 225-1
pour être précise qui DISPOSE (les actes unilatéraux disposent, les contrats stipulent, l’éternelle bataille sémantique du juriste):

Chacun des époux peut porter, à titre d’usage, le nom de l’autre époux,
par substitution ou adjonction à son propre nom dans l’ordre qu’il choisit

 

Nous sommes donc bien ici dans la faculté et non dans l’obligation. D’ailleurs, on ne peut pas renoncer complètement notre nom de naissance. Nous sommes juste dans un simple usage, une pratique.la formulation juridique correcte est Mme nompatronymique épouse nomduconjoint. Et non Mme Nomduconjoint, même si ce qui est utilisé au quotidien. 

Et si on lit bien cette disposition, on voit que le terme utilisé est conjoint et non épouse. Par suite, un homme peut très bien utiliser le titre de son époux ou de son épouse à titre d’usage. Shocking. Un homme celui de son époux d’ailleurs. Vous allez me dire que franchement aucun homme n’a pris le nom de son épouse, ni même accolé son nom à celui de madame. Que c’est juste une règle aussi désuète que l’interdiction du port du pantalon pour les madames. Moi je vous dis que non, c’est rare, mais parfois elle est utilisée cette disposition. Et j’ai même un exemple en tête. Vous le connaissez peut être. Un certain John ONO LENNON pour l’état civil (source: ici). Vous ai-je déjà dit à quel point j’aimais cet homme et le symbole qu’il représente ?

 

 

Honnêtement, Mr G n’était pas contre prendre mon nom vu qu’il ne tient pas particulièrement au sien.
Mais un souci de taille: il porte le même prénom que mon père.

Si tu ne vois pas le problème,
je ne veux rien savoir de tes trips œdipiens visiblement pas résolus
Sérieusement.

 

Ben si c’est juste une pratique, pourquoi tu en fais tout un fromage ?

Et puis d’ailleurs, pourquoi tu t’es mariée ? C’est un élément important du package de porter tous le même nom !

 

Je pense que pour bien comprendre le pourquoi de ma non utilisation à titre d’usage du nom de famille de mon pauvre conjoint
maltraité dans sa virilité, je dois vous donner ma vie du mariage et ce qu’il représente pour moi.

C’est une vision tout à fait personnelle, mais pour moi ce n’est pas le mariage ne signe aucun changement particulier pour le couple. Je ne pense pas qu’il ait un avant et un après mariage. Le quotidien ne va pas radicalement changer dans la vie de la plupart des couples qui se vautraient dans la débauche en vivant la même vie qu’un couple marié, et ce donc dans le pêché le plus total. Après la mariage je n’ai même pas changé de marque de lessive, c’est pour dire ! Nous étions déjà installés ensemble et j’avais Isaac et Yoann dans le porte bagage intégré. C’est cet acte d’état civil là qui allaient chambouler notre vie.

 

Mon côté juriste l’emporte largement sur mon côté romantique (pour lequel une alerte enlèvement a été lancée) : le mariage c’est avant tout un régime juridique qui permet de protéger efficacement notre famille. Le PACS commence à s’en rapprocher, mais le mariage reste largement supérieur dans sa protection sociale des époux, en matière de succession, d’intervention du juge aux affaires familiales etc. Bref c’est une sorte d’assurance. Parce que le shit strom peut arriver très vite et là il sera trop tard pour courir devant l’officier d’état civil.

C’est terrible j’ai envie de vous parler de contrat aléatoire et de réalisation de l’aléa. Le droit jailli de mon être telles les régurgitations de la demoiselle dans l’exorciste. Bon appétit bien sûr.

 

Pour paraphraser Cameron dans Dr House: “J’ai souscrit une assurance incendie
pourtant je ne m’attends pas du tout à ce que mon appartement parte en flamme

 

 

 

Cette vision très prosaïque des choses s’est incarnée dans l’organisation matérielle même de la journée de notre mariage.

Nous ne nous sommes pas mariés dans un lieu de culte, nous n’avons pas fait de grande fête. Nous étions une petite dizaine, et nous avons simplement mangé un bon repas au restaurant par la suite. Point de femme menée dans l’année par son père vers son mari (eh Robert je te l’amène direct, je te fais grâce des frais de port *rire gras*). Et une fois que papa a balancé la fille, le jeune marié tend les bras pour la dot ?Bon, ok ça n’a plus court, je suis un peu de mauvaise foi. Mais j’ai tout de même du mal avec cet héritage historico-culturel.

Dans tous les cas: on ne me passe pas comme un objet, je ne suis pas un cadeau qu’on fait, je ne suis sous la tutelle de personne (ni de mon père, ni de mon conjoint).

Le mariage est un choix que nous avons fait à deux, c’est donc à nous de l’assumer, de le concrétiser, et donc de nous avancer tous les deux devant l’officier d’état civil.

 

Je vous avoue tout de fois que j’ai un énorme regret.
Quelque chose qui me manquera toujours à cette journée et qui ternira son souvenir.

 

Je n’ai pas osé demander à madame l’adjointe au maire d’avoir pu réciter moi même les articles du code civil lus pendant la cérémonie. Et encore plus la classe : Mr G qui en récite un, et moi qui récite l’autre à la suite. Genre on a bien compris qu’on s’engageait, qu’on affirmait ici notre choix. C’est quand même la seule fois où réciter des articles de loi est tout à fait à propos et fait plaisir à l’assemblée boréal.

 

 

Mon nom pour moi c’est tout d’abord mon histoire comme je te l’ai dit dans mon propos introductif.
C’est mon histoire, mes victoires, mes échecs, mes peurs, mes forces.
Pour moi changer de nom c’est un peu comme remettre les compteurs à zéro.
Effacer cette partie de moi qui m’a modelée, nier que j’ai existé avant lui.

 

Perdre mon nom de jeune fille, dans ma vision des choses, reviendrait à dire que je ne peux être une femme (une madame)
que lorsque je me lie à un homme, que je ne deviens pas adulte seulement par l’acquisition personnelle d’une certaine maturité

 

Et ca fait exploser la féministe que je suis. Mais après avoir déversé ma lave sur tout l’ouest de l’Ile de France, je me rappelle aussi que je n’ai besoin de personne pour me définir et que le but est justement de ne pas se définir par rapport à quelqu’un.

 

 

C’est pas comme si tu le rejetais le dit et sa famille ? Quand même c’est bizarre …

Est-ce que je refuse de les voir  les membres de la famille de chéri ? Est-ce que ça me rend moins sympa avec eux ? Je ne crois pas. Il y’a bien d’autres graines de la discorde entre nous. C’est juste que le fait que l’époux prenne le nom de son époux à titre d’usage une tradition tellement ancrée qu’on ne laisse finalement pas presque pas de liberté de choix à la future mariée. Le principe est renversé: ce n’est plus une faculté de prendre le nom, c’est une faculté de ne pas le prendre.  C’est bien dommage.

 

Et en pratique ? Parce que les idées c’est bien beau mais au quotidien hein !

 

La dessus je ne te contredirais pas. Mon choix est plus idéologique qu’autre chose, donc je suis tout à fait prête à supporter un peu de complications.

 

 

Une petite anecdote qui reste quand même le moment épique de ma seconde grossesse
et qui entre dans le top 3 des moments les plus WTF de ma vie
Heureusement que je ne suis pas atteinte de phobie administrative

Nous sommes dans le service d’obstétrique de la maternité où j’ai accouché de Samuel. Le suivi des mères par l’ensemble de l’équipe médicale est vraiment très très bien assuré, rien à redire, juste des remerciements à leur adresser. Sauf pour les personnels administratifs de la dite maternité.

Je me présente pour un rendez-vous de suivi. La personne prend ma carte vitale. Elle y voit le nom de Mr G.

«  – Vous n’etes pas mariée
– Si, si nous sommes mariés depuis 3 ans
– Ben alors pourquoi la carte n’est pas au bon nom ? Il faut faire le changement !
– Non je n’utilise pas le nom de mari à titre d’usage, j’ai gardé MON (avec beaucoup d’emphase) nom patronymique
– Ah mais c’est pas possible ça. Faites voir votre carte d’identité
– Voilà. Mais elle est toujours à MON (un peu irritée) nom

– Non mais je n’ai aucun papier au bon nom, il me faut votre livret de famille pour prouver votre identité
– MAIS J’AI TOUS MES PAPIERS SUR MOI (biatch)
– Non mais votre VRAI nom. Vous êtes mariée non ?
– Vous savez que LA LOI (avec des yeux exorbités de juriste en rage et de féministe hurlante) n’oblige absolument pas les époux à prendre le nom de leur conjoint
– Non mais attendez madame, ici on ne fait pas n’importe quoi. On ne peut pas avoir des dossiers à tous les noms de famille. La prochaine fois revenez avec votre livret de famille puisque vous nepouvez pas justifier de votre identité. Et pensez à faire le changement sur votre carte vitale et votre carte d’identité pour ne pas être embêtée
– ET LA LOI ?
– Dans notre établissement nous tenons les dossiers comme ça, c’est une question de bonne pratique”

 

 

 

Je suis déjà en retard pour mon rendez-vous. Je ne me bats pas contre des moulins à vent. Je lui fais oui oui de la tête (et un gros doigt d’honneur mental) et dès ma sortie de consultation je vais aller voir directement les admissions et rectifier l’erreur.

 

La madame des admissions me regarde avec un regard étonné et me fait remplir un document spécifiant bien que je refuse que mon dossier soit au nom de famille de mon conjoint. J’avale la couleuvre. Mais au moins elle ne fait aucune remarque et ne montre aucun signe d’hostilité.

 

Lors de ma visite suivante, je me présente fièrement avec mes étiquettes à MON NOM. La secrétaire médicale de la maternité me fusille du regard.

– “Mais pourquoi vous avez fait ça ?
– J’ai juste rectifié l’erreur sur mon identité dans mon dossier (avec un regard fier et un sourire narquois)
– Vous ne DEVEZ pas faire ça. Maintenant on va avoir du mal à retrouver votre dossier Mme *nom de famille de Mr G*

Elle prend alors les étiquettes nécessaires et barre mon nom pour le remplacer par celui que je ne porte pas.
En furie, le fait de porter un bébé de presque 4 kilos n’aidant pas (son poids de naissance est de 4,3 kg) je demande à voir la responsable.

Qui me servira exactement le même discours.

Le jour J, le sage-femme part chercher mon dossier, qu’il ne trouve pas. Mr G lui précise qu’il y’a une erreur dans le nom et donne le mien. Le sage-femme sourit « je suis désolé, elles sont vraiment embêtantes avec ça. En plus ça nous fait perdre un temps fou à chaque fois »

 

 

Nota: je ne suis pas la seule à la galérer apparemment: voir ici.

Et contre-exemple: au boulot c’est quand même vraiment plus simple de garder son nom.

Quand tu t’es fait connaître sous le nom de Miranda Hobbes les gens de ton réseau vont continuer à parler de toi sous son nom. Et on ne risque pas de penser Mme Hobbes a disparu de la circulation à cause d’un burn-out et qu’elle est devenue sosie professionnelle de Louis la Brocante.

 

Quid des enfants là dedans hein Madame Égoïste ?
Ils ne porteront jamais le même nom que leur maman … Complication et horreur !

Problème réglé: nos enfants portent nos deux noms accolés

Oui c’est tout à fait légal. C’est le fantastique Maitre Eolas qui le dit (juriste fangirling). Pour le choix de l’ordre des deux noms, ça a été assez simple. L’ordre monnom-sonnom donnait des initiales qu’on a pas exactement envie de porter.

Après tout nos fils sont à moitié de moi et à moitié de lui. C’est un beau symbole je pense. Pourquoi je devrais absolument m’effacer ? En quoi mon nom mérite moins d’être porté que celui de Mr G ? Et là, nous avons tous un nom en commun.

 

 

Oui c’est plus long. Mais écrire 6 lettres de plus va filer à mes enfants une entorse au poignet ?

 

Pour conclure, je vous informe que le terme mademoiselle a été abandonné depuis quelque temps (voir par ici). Heureusement parce que j’en avais marre de répondre mondemoiseau à tous les hommes de moins de 50 ans qui m’appelaient comme ça. Encore mieux que de s’écrire Stupefix en agitant un bâton sous leur nez.

 

 

 

22 Comments

  1. Donc est ce que dans un même couple l’homme peut prendre le nom de la femme, et la femme prendre le nom de l’homme ??! Histoire de galérer À VIE avec l’administration 😂.
    En tout cas super article !

  2. J’ai beaucoup aimé ton article ! Je respecte tout à fait ton choix et ça me désole que les administrations te mettent des bâtons dans les roues… Alors que la LOI est claire à ce sujet !!!
    Bref, merci d’avoir partagé ta vision des choses avec nous 😉

  3. Avec du recul (je me suis mariée très jeune, à 24 ans), je pense que j’aurais gardé mon nom, moi aussi. Ou au moins je l’aurais accolé à celui de mon mari pour les enfants. Mais à l’époque, je ne me suis pas posé la question. Ca me dérange moi aussi que ce soit à la femme d’abandonner cette marque de son histoire familiale…Pour conclure, j’ai tout fait comme tout le monde, mais quand j’y pense ça me chiffonne…

  4. Alors moi, selon les endroits, je change de nom ^^
    Au boulot, j’ai toujours mon nom de jeune fille parce que c’est bien plus simple.
    Sur mon courrier, je suis au 2 noms car sinon, on ne veut pas me donner mes recommandés ou colis avec ma carte encore à mon nom de jeune fille…
    Et sinon, j’utilise majoritairement le nom de mon mari. Pour moi, il n’y a rien de féministe là-dedans, c’est une question de tradition et d’image de la famille. C’est peut-être un peu vieillot… Mais pour autant, je n’ai pas du tout l’impression d’abandonner mon nom qui finalement reste le seul et l’unique… Quant à mes enfants, la logique veut qu’ils aient le nom du papa… Je n’aurais pas aimé avoir 2 noms accolés alors je ne le fait pas pour eux!
    Mais je connais beaucoup de femmes qui gardent uniquement leur nom de jeune fille, ça se fait de plus en plus!
    Et pour ton expérience à l’hôpital, c’est juste qu’elles n’ont pas compris les procédures… C’est assez affligeant! Par contre, effectivement, le fait d’avoir plusieurs noms dans un dossier peut créer de sérieux soucis d’identitovigilance…

    1. Pour moi le féminisme c’est justement de ficher la paix aux femmes et leur laisser le choix sans jamais rien leur imposer 😉

      Pour ce qui est de l’identitovigilence je suis tout à fait d’accord avec toi. C’est pour ça que je ne voulais qu’apparaisse uniquement le nom que je porte. Je sais qu’il y’a certaines mater qui inscrivent les parturientes sous leur nom patronymique, comme ça pas de soucis si elles changent de nom entre temps (mariage, divorce ou séparation, no problem !)

  5. Bonsoir,
    Moi aussi, j’ai gardé mon nom de famille et n’ai pas pris celui de mon conjoint. Pour différentes raisons :
    – en premier, pour te faire plaisir, une raison juridique… En Allemagne, si on prend le nom de son conjoint, on perd son nom patronymique, le premier se substituant au second et je n’avais aucune envie de voir mon nom disparaître,
    – si on divorce, même après des décennies de mariage, il faut demander l’autorisation à l’ex-conjoint de continuera à utiliser son nom… Autorisation qu’il peut refuser…
    – je suis française, mariée à un Allemand et vivant en Allemagne. J’aurais eu l’impression d’être une autre personne avec une autre histoire en portant un nom de famille allemand,
    – j’aime mon nom de famille car il reflète mon histoire familiale, les difficultés que mon père a rencontrées dans sa vie. J’aurais aimé porter le nom de ma mère aussi mais le nom de mon père est déjà composé,
    – mon regret : mes enfants ne portent que le nom de leur papa. Mais le papa a déjà un nom long (10 lettres), j’ai un nom composé… L’Allemagne n’autorise de toute façon pas les noms triples et les enfants auraient eu un nom vraiment trop long.
    – Je ne porte donc pas le même nom que mes enfants, je le dis et si la pédiatre m’appelle Mme nomduconjoint, je ne pousse pas de hurlement, je rectifie. Sur le bracelet de naissance de mes enfants, leur prénom et leur nom étaient écrit suivi de (Mutter : mon prénom et mon nom composé), autant dire qu’il n’y avait plus de place. 😉

    1. En France aussi le conjoint peut refuser l’usage de son nom à son ex-femme, mais la femme peut passer devant le juge pour contester la décision, enfin bref ça peut devenir tout un truc aussi. J’imagine le nombre de caractères sur ce bracelet de naissance 😉 .

  6. Je n’arrive pas à prendre le nom de mon mari. Je suis bien trop habituée au mien depuis 30 ans pour penser à donner son nom quand on me demande le mien ! A minima, j’aurais pu accoler son nom au mien, mais il a déjà un nom composé… Enfin, l’intérêt d’afficher le même nom que ma fille ne m’apparaît pas. Bon, j’ai quand même fait changer ma carte d’identité pour que les deux noms apparaissent, afin de pouvoir justifier de mon identité dans tous les contextes. Mais c’est surtout parce que je suis une feignasse qui aime bien me simplifier la vie 🙂

    1. C’est vrai que c’est la plaie quand le facteur passe pour un recommandé ou un colis … Du coup je me trimballe toujours une copie du livret de famille dans le portefeuille

  7. Tu m’as bien fait rire ! Sur le fond jé suis plutôt d’accord avec toi, ton nom c’est ton identité, il fait parti de toi et si tu ne veux pas porter celui de ton mari ça ne regarde que toi ! Mais quand j’étais petite ma mère ne s’appelait pas comme moi car elle était remariée et ça m’a vraiment ennuyé. Alors je ne suis pas mariée, juste Pacsée mais si un jour on se marie ce sera pour que je porte le même nom que mon fils. Alors je sais bien qu’on peut donner les deux noms à l’enfant, je connais plein de couples qui ont fait ce choix, oui mais… le second nom (souvent celui de la maman) finit toujours par passer à la trappe ! Du coup mon fils n’a que le nom de son papa. Je suis consciente d’avoir souffert de la situation principalement parce que ma situation familiale était particulière mais du coup j’aimerais que mon fils porte, un jour, le même nom que moi ! Mais bon, vu notre motivation pour le mariage c’est pas gagné !

    1. Je suis d’accord, le second nom passe en général aux oubliettes (mais j’ai deux exemples contraires dans mes proches). Mais c’est sur que c’est un beau symbole et un énorme facilitant au quotidien de porter tous le même nom ;). Le code dit bien que c’est une faculté donc ce serait bête de s’en priver si on le souhaite

  8. Je crois que pour celles qui conservent leur nom, c.est toujours compliqué de faire respecter notre choix.
    Moi je garde mon nom de jeune fille dans ma vie professionnelle, et je porte les deux noms dans ma vie privée, avec une préférence pour le mien…pour plein de raisons. Tout d.abord, parce que je suis très attachée au mien, aux valeurs qu’il représente, surtout que c est réellement une Valeur, qui me forge depuis ma naissance, et dont je veux porter haut les couleurs,
    Ensuite parce que toute ma vie, je serai reconnue par ce nom là (quand nous allons voter, c.est à quel nom,), et que c’est celui avec lequel je me sens le mieux,
    Et puis moi je suis maman d.une famille recomposée, et je trouve cela très bien de n épais avoir le même nom que deux des enfants, je ne souhaitais pas que les aînés se sentent exclus. D.autant plus que la reconstruction d’une structure familiale n.est pas toujours simple.
    Et j’assume, tout le temps, parfois c’est long, certaines réactions sont très archaïques, et même déplacées …j’ai mes livrets de famille (imagine que ma carte vitale est au nom de mon premier mari, cela te donne une idée des difficultés rencontrées à certains moments)

    1. Oula, j’imagine les grosses incompréhensions avec les différents noms. Je n’avais pas du tout pensé au cas des familles recomposées mais effectivement ça permet aux enfants de garder une cetraine structure

  9. moi pareil, je porte MON nom. Parce qu’au boulot, tout le monde me connais sous ce nom-ci, parce que j’ai déjà changé de nom avec mon 1er mariage et mon divorce, et parce que ça me permet d’avoir un nom de secours que j’utilise, sur le blog des fabuleuses par exemple (c’est le nom de mon mari). Comme ça ma vie pro et ma vie bloguesque sont compartimentées de manière étanche.
    Et puis mon nom de famille est chargée d’histoire et de souvenirs, mon père est décédé trop tôt et c’est la seule chose visible qui me reste de lui.

    1. Sur le Huffington post l’initiale du nom de famille est celle de mon conjoint aussi ;). Je veux absolument séparer ma vie privée de mes activités sur la blogo. A ma connaissance, il y’a assez peu de blogueuses qui postent sous leur prénom et leur nom de famille (ou alors je ne navigue pas dans les bonnes sphères).

  10. Ça me fait penser à ma maman (qui a pris en nom d’usage patronyme-nom d’epouse), qui, suite au décès de mon père, a reçu pendant des années des courriers adressés à ‘Mme Veuve NomDel’Epoux.
    Histoire de bien remuer le couteau dans la plaie du veuvage à moins de 40 ans. Je doute qu’on envoie le même type de missives aux veufs.

    1. Ca doit être horrible ce genre de courrier .. Je n’ai jamais vu de courrier Mr Veuf ! Comme s’il était nécessaire de préciser que madame est veuve dans son identité de base …

  11. J’introduis mon commentaire avant d’oublier : ici les articles stipulent. J’ai bien insisté pour être sûr que l’ensemble des juristes autour de moi n’avaient pas du beurre dans les yeux, mais non! J’en suis encore toute retournée! Bon je vais lire la suite de l’article, ça m’intéresse. (Je fais des allers retours) Ici, on ne peut pas prendre le nom du conjoint comme ça c’est réglé (et beaucoup plus facile pour retrouver des amies du lycée sur Facebook) (mais pas les mamans de l’école qui n’ont souvent pas le meme nom que leur progéniture), et moi mon conjoint a le meme prénom que mon frère, c’est pas Oedipe mais c’est quand meme incestueux. (Je suis de retour encore). Heureusement que j’ai migré ailleurs, je ne supporte pas cette tendance au Madame Nomdemonsieur. Ca me donne des envies de torture. En plus j’aurais l’impression de m’appeler comme ma belle-mere. Déjà qu’elle non plus, c’est pas son nom (lol). Mon conjoint m’a dit un joli truc une fois`: «Moi je suis tombé amoureux de Machine Chouette, et je n’ai aucune envie qu’elle s’appelle autrement». Bon et puis mes filles portent aussi les deux noms (elles connaissent plus de lettres à l’alphabet comme ça). 🙂 Merci pour cet article qui dit calmement tout ce contre quoi j’adore vitupérer.

    1. C’est clair que je me suis aussi faite la réflexion que j’aurais le même nom que ma belle-mère, donc que mon conjoint aurait sa mère et son épouse qui portent le même titre. C’est bizarre tout de même ! Ah le fait de connaitre plus de lettres de l’alphabet je vais le reprendre ca !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *