Au quotidien / Education

Tenter le tire-allaitement: pourquoi ? Comment ?

Si tu me suis tu le sais, j’ai nourri mes 3 fils au lait artificiel. L’idée de donner mon lait me plaisait beaucoup, mais le fait de donner le sein me bloquait totalement.
Mais il y’a peu, j’ai eu cette réalisation qui m’a fait faire trois tours dans mes chaussettes direction la lune: un biberon est un simple contenant, on peut le remplir de ce qu’on veut, y compris de lait maternel.  Moi qui ne voudrais jamais me lancer dans un allaitement classique, en voilà une alternative intéressante. Bref, pour moi le tire-allaitement offre une option supplémentaire aux mamans, et c’est ce que je vais donc essayer après la naissance de Cacahuète. Je te détaille mon plan de bataille.

Tu vas me dire hep hep hep, tu nous avais pas raconté que tu ne pouvais pas allaiter toi ?

Vrai. Je pensais que mon traitement quotidien contre-indiquait formellement tout allaitement maternel. Mais une copine, autre future mam épileptique, a eu le feu vert de son gynéco (au passage merci Maman Chamboule Tout pour tes conseils !). Toute étonnée, j’ai donc découvert qu’en effet il était possible d’allaiter sous Lamotrigine (Lamictal). C’est vraiment dommage que les professionnels de santé français n’aient pas réelle information claire sur la question (voir ici la page du CRAT). Ils sont encore largement dans la croyance héritée de leurs anciens patrons. Je n’ai pas eu l’impression qu’ils aient envie de réellement s’intéresser à du cocktail allaitement/médicament et de quand est-ce que ça peut nous péter à la tronche. Il nous a donc fallu chercher une réponse dans une base de données étrangère (E-lactancia).

 

Vive l’Espagne ! En plus la base de données est aussi traduite en anglais

 

Tu vas me dire: Cool tu vas pouvoir allaiter si tu le souhaites

Effectivement, je vais pouvoir donner mon lait à Cacahuète si la grossesse aboutit. Mais je t’ai promis de l’honnêteté brutale: l’allaitement pour moi est loin d’être une évidence ou un besoin viscéral en fait. La science elle dit que c’est mieux pour bébé alors on va faire confiance à la science. En outre, il y’a aussi le côté: bon c’est mon dernier bébé, ma dernière de chance de tester quelque chose de différent alors on va tenter.

Je sais, tu sens la motivation de fer derrière mes propos.

 

 

Mais, je ne pourrais jamais me lancer sans me forcer
dans l’opération open nibards nécessaire au lancement de l’allaitement.
L’idée même d’avoir un bébé au sein 6h par jour me fait courir à la pharmacie acheter une boite de lait artificiel.

 

 

Mais pourquoi donc ?

 

J’ai un rapport au corps très particulier.

Mon corps est cassé, malmené par les maladies physiques, les traitements, par les troubles du comportement alimentaires et les dépressions. J’ai un peu le réflexe d’un animal blessé: si on s’approche trop, je mords et je m’enfuis. L’attachement à mon nouvel enfant se fait par petites touches. J’ai besoin de respirer entre chaque rapprochement pour mieux appréhender et assimiler les émotions générées par cette relation qui commence doucement à se tisser. Dans ces conditions, pour pouvoir me détacher un peu de bébé sans qu’il se lyophilise, mieux vaut que papa puisse lui donner un biberon.

 

Oui je sais, il y’a une grosse footeuh

 

Pour moi il est essentiel que papa puisse s’investir dans TOUS les aspects de soins et de l’affectif à apporter à bébé. Dans ma vision du maternage, et la parentalité en général, nous sommes -et nous devons être – interchangeables.

 

 

En lisant l’article de Mummy j’ai aussi pu mettre des mots sur un sentiment qui restait en toile de fond: j’ai trois autres enfants dont un qui aura seulement 18 mois à la naissance de la Cacahuète. Je veux à tout prix éviter d’être tellement accaparée par le dernier né de la maison qu’il me soit impossible d’accorder aux aînés l’attention dont ils ont cruellement besoin.

Eux n’ont pas désiré cette naissance, ils n’ont rien demandé. Ils n’ont pas à en subir les conséquences avec une maman qui ne peut donner le bain car le bébé est encore au sein, qui ne peut pas leur raconter une histoire avec eux sur les genoux car bébé est toujours au sein etc.  La maisonnée continue son petit ronron quotidien et je veux préserver au maximum leur routine. Pas question que je me concentre sur la Cacahuète et que Mr G s’occupe principalement des grands. Et pour ça, il faut que papa s’y colle aux tâches nourricières pour que maman ait la paix pour faire autre chose.

Il est aussi important que nous puissions nous ménager des sorties avec les grands en laissant le petit dernier aux bons soins des grands-parents.

Pas besoin lorsque bébé a faim en public de tenter une sortie de téton discrète qui se termine en hélico-nichon pour tenter de faire boire bébé lorsqu’on est comme moi aussi gauche que pudique.

 

 

Mais ne me fait pas dire ce que je n’ai pas dit: il est tout à fait normal qu’une femme puisse allaiter en public. Ca ne devrait choquer personne, surtout dans une société où on se fait bombarder d’image de nichons toute la journée. Mais bon dans ce cas, ce n’est pas dans une but de séduction de ces messieurs, alors forcément ça dérange …

 

Il y’a aussi un côté sacrément pratique: on peut préparer le biberon à l’avance pour une sortie car le lait maternel se conserve 4h à température ambiante contre 1h pour le lait artificiel.

 

Si, comme par hasard à mon graaand étonnement, mon corps failli à sa mission de base dans l’évolution, no problemo, bébé est déjà habitué au biberon et on a plus qu’à aller retrouver notre bon vieux pote Gallia.

 

Il y’a aussi chez moi un argument santé: le manque de sommeil peut avoir des conséquences pas très folichonnes du fait de mes pathologies chroniques. Je ne peux pas me réveiller plusieurs fois par nuit, même si je me rendors aussi sec.

Tu vas me dire que je me trouve une excuse pour faire la feignasse. Humm oui, peut-être un peu hein, mais ça va plus loin que ça.

 

 

Mes crises d’épilepsie (jolies convulsions) et de migraine avec aura (perte de la vue et paralysie d’un membre) sont déclenchées par la fatigue et par les brusques changement hormonaux (interruption du sommeil et productions des hormones spécifiques à l’allaitement). Tu le vois le problème d’un allaitement à la demande avec des tétées très fréquentes y compris la nuit ? Au-delà de l’effet présumé “toxique” des médicaments antiépileptiques, c’est une des raisons qui contre-indique l’allaitement chez certaines mamans épi. Un bébé au sein avec maman qui convulse et/ou qui risque de le faire chuter  et de l’écraser de tout son poids, quel avantage pour bébé. Je ne pourrais jamais me le pardonner si ça arrivait.

 

Dernière petite chose: BB4 passera certainement quelques jours en néonat du fait de mon traitement de cheval. Nous serons certainement en unité kangourou, mais je me prépare d’ores et déjà à une séparation.

 

Je ne dis pas que je ne pourrais pas donner le sein parfois, mais ce sera une sorte de complément au biberon.
Pour se calmer, il/elle (*) aura une tétine comme ses frères étant donné qu’il n’y aura pas ou très peu de tétées plaisir.
Si bébé malheureusement confond tétine et sein et préfère le plastoc, je ne vais pas le contrarier.
Le coeur du projet reste le lait maternel dans le biberon.

 

 

A l’inverse, je ne suis pas contre un biberon de lait artificiel s’il y’a un besoin ponctuel, comme par exemple si je suis absente et que la lait maternel manque dans le frigo. Je pense également aux premières heures où je serai séparée du bébé après la césarienne. Avec mon diabète gestationnel, bébé aura certainement très faim, comme ce fut le cas pour Samuel. En outre, je tiens à ce symbole du papa qui donne le premier biberon.

 

 

Non non ce n’est pas Mr G

 

 

Dans mon cas, le tire-allaitement  c’est vraiment une solution qui a tous les avantages de l’allaitement et du biberon réunis !

 

Oui il faut laver les biberons et le tire lait à chaque fois. Lorsqu’on est habituée à le faire pour les biberons, ça ne change pas grand chose. Je crois d’ailleurs qu’il est possible d’acheter certaines pièces en double pour avoir le temps de faire tourner un lave-vaisselle et rester feignasse jusqu’au bout.

Oui il n’y aura pas cette proximité physique avec le bébé. Mais c’est justement cette fusion que j’essaie d’éviter. Une sieste au sein serait pour moi très difficile à vivre car je me sentirais comme en prison.

 

Et concrètement tu vas faire comment ?

 

Et là on va entrer dans le gros marasme de l’information autour de l’allaitement en France. Un voyage entre dogmes, ignorance et désinformation.

Lorsque j’ai interrogé des sages-femmes et des gynécos sur la question du tire-allaitement, la réponse a été unanime: c’est impossible madame, vous n’entretiendrez jamais votre lactation comme ça !

 

 

 

Je connais 5/6 mamans (des novembrettes 2015 et 2017) qui ont tenté le coup du tire-allaitement exclusif ou avec une tétée max par jour. Une de ces mamans a tire-allaité ses fils jusqu’à ses 2 ans et 4 mois ! Une autre a pu donner son lait au lactarium car elle n’avait plus de place dans son réfrigérateur et son congélateur tant sa production de lait était importante !

 

En ce qui concerne le matos

 

 

Un tire-lait de compétition évidemment.
J’ai entendu beaucoup de bien du Symphonie de la marque Meleda. Bon à savoir: il n’y a pas besoin d’avoir une ordonnance pour louer un tire-lait en pharmacie, seulement pour la prise en charge sécu de la location du tire-lait.
Si je n’arrive pas à me procurer un tire-lait en pharmacie, je pense investir dans un tire-lait double de chez Avent. Les mamans tire-allaitantes et allaitantes je suis toute ouïe si vous avez des conseils.

Naturellement, je vais prévoir aussi tout le nécessaire pour conserver le lait au frigo et au congélateur.
Je crois que les sachets sont les contenants les plus courants mais je vois déjà la perte pour les faire passer du tire-lait au sachet puis à nouveau au biberon. Je crois qu’il existe des boites en plastique qui sont aussi très pratiques.

Il va me falloir bien sur des biberons.
On suit la même technique que pour les grands: 2 ou 3 biberons de différents types (avent natural/classique et MAM, éventuellement Tome Tipee) étant donné que de toute manière c’est bébé qui choisit à la naissance la forme de tétine qui lui sied le mieux.

J’aurais très certainement un 4e bébé RGO donc je prévois l’épaississant recommandé par des mamans tire-allaitantes.
Le fameux Gumilk de chez Gallia.

 

 

 

 

En ce qui concerne la fréquence des tirages

 

Je pense tirer toutes les 4h heures les premiers temps pour mettre en place la lactation, de préférence avec bébé collé contre moi pour déclencher les grandes eaux comme après mon dernier accouchement (deux mois avec les nichons pleins de lait alors que bébé n’a jamais tété). Difficile de faire plus pour éviter les crises neurologiques. Ensuite, je sais qu’on peut rapidement espacer les tétées, notamment la nuit.

 

 

Je pense également demander l’aide d’une conseillère en lactation pendant la grossesse
ainsi que peu de temps après la naissance, et éventuellement par la suite en cas de problème.
Tu peux toi aussi en trouver une près de chez toi par ici.

 

Bien sur j’ai envie de me donner de bonnes chances de réussite. Mais soyons honnêtes, je ne suis pas dans la réalisation d’un projet qui me tient viscéralement à cœur. J’admire les mamans qui continent à allaiter contre vents et marées, enfin surtout en naviguant à vue sans bon accompagnement. Mais je n’aurai pas cette motivation. Si l’aventure s’arrête rapidement, au moins j’aurais essayé, et puis la vie continue. De même, je ne serais pas déçue si on passe sur un allaitement mixte. Je tiens absolument à ce que ce tire-allaitement sera vécu sans stress.

De toute manière Mr G n’est pas du tout vraiment pro-allaitement, ne croit pas du tout en ce projet. Il a déjà parié sur la duré sur laquelle je vais tenir (3 semaines max, et plus raisonnablement une semaine). Idem pour le reste de mon entourage proche qui trouve que le biberon c’est très bien. Oui c’est pas top comme environnement je te l’accorde. Mais je VEUX qu’on me dise la vérité, qu’on soit totalement honnête avec moi plutôt que de me servir des salades pendant la grossesse et de tomber de haut une fois bébé dans les bras. On ne peut pas se forcer à croire en quelque chose juste parce qu’on aime une personne, je dois respecter ça autant qu’ils doivent respecter mon choix.

 

 

 

Pour terminer cet article, j’ai juste envie de vous dire: sein, tire-allaitement, lait artificiel,
faites surtout comme vous le sentez.
Ne vous mettez pas de barrières, ne vous conformez pas à des obligations extérieures.

 

Petite parenthèse et sous-conclusion: je trouve vraiment dommage que les mamans biberonantes fassent l’objet de jugements parfois très violent et de propos insultants. Non les mamans qui nourrissent leur enfant au lait artificiel ne sont pas “de sales égoïstes qui ne devraient pas faire des enfants si c’est pour ne pas s’en occuper“, elles ne sont pas non plus maltraitantes comme j’ai pu le voir sur les réseaux sociaux. Je pense que c’est s’aventurer une pente très très glissante que d’obliger des femmes à abandonner leur libre arbitre sur les parties intimes leur corps, celles-ci devant totalement s’effacer face à une certaine idée de la maternité qui de toute manière les dépasse (coucou les anti-IVG, coucou les négationnistes des violences obstétricales).

L’immense majorité des mamans font leur choix dans l’optique de donner le meilleur à leur enfant. Alors oui, une maman peut choisir le lait artificiel car, pour elle, pouvoir passer le relai au papa (physiquement et émotionnellement) lui permet d’être plus disponible pour son bébé et de mieux tisser le lien avec lui. Le lait ne fait pas l’essence d’une maman (enfin j’espère sinon je ne suis pas une maman 😉 ).

Je pense sincèrement que tous ces débats passionnés autour de la question de l’allaitement sont le reflet de la pression qu’on met sur les épaules des jeunes mères à être des mamans parfaites, ni plus, ni moins. Comme si devenir maman n’était pas déjà souvent assez compliqué comme ça émotionnellement !

 

Maman Chamboule Tout a écrit un article sur le tire-allaitement il y’a peu, et j’ai vraiment adoré le lire (un peu comme tous ses articles en fait). Cet article m’a fait prendre conscience de la diversité des points de vue sur le sujet, des multitudes de prismes de lecture de la question en fonction de son vécu et de ses envies. C’est vraiment très enrichissant pour sa propre réflexion.


 

*: Nous avons eu la confirmation que la Cacahuète a un bien utérus à elle #inception. Étant donné que nous avons allégrement dépassé les 15 SA, à ce stade, quoi qu’il puisse advenir, nous pourrons légalement lui donner un prénom. Joie, légèreté et innocence.
Son prénom réel est déjà décidé depuis très longtemps. Comme pour ceux de mes fils, il ne figurera jamais sur ce blog. Ce qui ne m’empêche pas de lui trouver un prénom que j’aime ici et barrer une ligne de mon énorme liste de 2e et 3e prénom. La cacahuète sera prénommée ici Aliénor, prénom inspirée d’Aliénor d’Aquitaine. Pour en savoir plus sur la madame en se tapant une barre de rire, je vous mets le lien vers cette vidéo.

 

23 Comments

  1. Coucou
    Tout d’abord une excellente nouvelle pour votre Cacahuète, une année qui s’annonce très belle pour vous…
    Pour ma part, je n’ai jamais allaité mes enfants au sein alors qu’ils ont tous les 4 été nourris au lait maternel. Je n’ai que tiré mon lait car ils ne pouvaient pas teter. Le moins long fut pour mon p’us jeune garçon, j’ai privilégié sa jumelle (2 mois à 2). Pour les deux aînés, j’ai aussi fait don au lactarium car j’avais du lait à gogo. J’ai donc allaité 4 et 5 mois les grands.
    J’ai à chaque fois du arrêter car mes tetons ne supportaient plus à un moment et que les crevasses s’installaient de façon trop insistantes.
    Après pas très glamour, tu as vraiment sl’pression d’être à la traite. Mais c’était pour le bien de mes petits donc le reste pas vraiment important.
    Bises et happy new year

  2. Aliénor, c’est un prénom superbe (même si c’est son pseudo) ! J’y avais pensé en vrai mais ça ne sonnait pas assez germanique pour le papa…
    Symphonie de Medela : il est très bien. Petit, efficace. Je l’avais acheté et l’ai revendu sans problème. Regarde éventuellement sur des sites allemands s’il n’est pas vendu moins cher qu’en France. Il y a des tire-laits qui permettent de tirer les deux seins en même temps. Psychologiquement, ça ne marchait pas pour moi mais il faut voir si ça pourrait te convenir.
    Le seul conseil que je te donnerai, c’est de trouver une pièce agréable pour tirer ton lait. Une petite table à côté pour poser une boisson (ça donne soif) et le matériel et selon tes besoins, une photo d’Aliénor, de la musique, un berceau où la poser si elle s’endort. Éventuellement, une pièce que tu peux fermer à clé. Quand je tirais mon lait, j’avais besoin d’être au calme, sans mon bébé. Sinon, la production était très faible. Note aussi sur chaque sachet / bouteille à quelle heure tu as tiré car le lait du soir est plus nourrissant que celui du matin par exemple.
    Bon courage à toi et bonne année !

    1. J’avoue que je n’aurai pas tenté ce prénom dans la vraie vie, c’est un peu trop original pour moi (même s’il est magnifique).

      Si j’ai la chance de pouvoir mener mon projet de tire-allaitement, je vais suivre tes conseils :). Effectivement je n’ai pas pensé à regarder sur des sites allemands, très bonne idée !

  3. J’ai une copine qui a tire-allaité son fils avec succès pendant des mois. Ça peut donc marcher 🙂
    Pour le rapport au corps abîmé ou malmené c’est marrant, j’ai au vraiment eu la sensation avec l’allaitement que mon enfant m’aidait à réparer mon corps 🙂 Les contractions provoquées par l’allaitement qui remettent efficacement le ventre en place, par exemple. Et que ça m’avait aidée à m’approprier un peu ce nouveau corps hérité de la grossesse.
    Comme quoi, vraiment, chacun.e vit cela de façon très différente 🙂

    1. Exactement. Le vécu de la naissance et de la maternité est vécu différemment par chaque femme. C’est pour ça que je ne supporte pas les jugements portés sur les jeunes mamans.

  4. Encore un article que j’ai lu avec une grande attention car tu n’es probablement pas sans savoir que je serais potentiellement une bonne candidate pour cette méthode d’allaitement. J’ai un rapport très compliqué avec mon corps, moi aussi passé de troubles alimentaires qui n’a jamais totalement cicatrisé. Je suis très peu tactile (d’autres traumatismes entrent en jeu) et je n’ai pas besoin d’être fusionnelle physiquement pour m’attacher, c’est même plutôt l’inverse. Bref, je crois lire la même chose dans tes lignes. Le tire-allaitement m’a tapé dans l’oeil dès la première fois que j’ai lu un article dessus, ça doit faire plus d’un an maintenant. Mais ce qui m’avait calmé c’était avoir lu que le rythme est très intense, que la maman se sentait encore plus esclave qu’avec un allaitement au sein, avec des tirages soutenus jour et nuit. Je suppose que cela dépend de chaque femme et la quantité de lait qu’elle produit (j’entre aussi dans le club des fuites de lait pendant deux mois sans allaitement). J’ai encore donc pas mal de questionnements sur cette méthode qui semble pour l’heure la plus en adéquation avec moi.

    1. Je pense que la sensation d’esclavage dépend vraiment des mamans. On peut aussi avoir ce sentiment avec les biberons si on a pas de relai (je l’ai ressenti pour mes jumeaux). Mais effectivement là on est dépendant dans son corps. Pour moi la question est en stand by en ce moment de toute manière …

  5. Je suis très heureuse pour vous de lire qu’Aliénor (de son joli pseudo) est bien installée dans ton ventre. Je te souhaite plein de belles choses pour cette grossesse.
    En ce qui concerne le sujet de ton article, je pense aussi qu’il s’agit de ton choix à toi avec ton histoire, tes envies, tes doutes, tes aspirations. Et je te souhaite de mener ce projet car tu as l’air d’avoir trouvé la solution qui semblerait te correspondre. Et puis comme tu le dis, si ça ne se passe pas comme prévu, ce n’est pas grave. La vie est faite d’imprévus et on apprend chaque jour.
    Quoi qu’il en soit, je vous souhaite à tous le meilleur pour cette année où l’un des plus beaux cadeaux du monde attend toute ta famille ! <3
    A bientôt,
    Charlotte.

    1. C’est très gentil en tout cas :). Pour le moment le projet est en stand by mais dès que j’aurais plus de visibilité je t’envoies un mail pour te passer mes coordonnées

  6. Pour le tire-lait j’ai un medela freestyle, cher mais petit, autonome et increvable, et surtout, surtout, les pièces pour tirer se trouvent en pharmacie ce qui fait que j’ai pu tirer au boulout plusieurs fois par jour sans souci d’hygiène, je lavais et stérilisais le soir lesdites pièces.
    Pour le stockage, il n’y aura pas plus de perte en sachet qu’en pot. Les sachets sont hyper pratiques en congélation (à plat, prend peu de place, congèle, décongèle vite) et sinon pour les pots, avent en a des pas mal. Plus pratique pour du non congelé. Lait maternel à température ambiente = 6-8h, au frigo 6 jours, au congel 6 mois. A savoir qu’on peut donner du LM à température du frigo, l’énorme majorité des enfants n’y voit rien à redire. Et que ça a l’avantage de pouvoir donner du lait décongelé et de remettre le reste au frigo. Si le lait est réchauffé il faut le jeter.
    Ensuite, il faut juste préciser que têter ne demande pas le même mouvement que boire au biberon. Si bébé est uniquement nourri au biberon (quel que soit le liquide) il ne pourra plus têter (parce qu’il ne saura pas comment faire). Je précise juste car c’est souvent ignoré.
    Au fond même si votre homme a raison et que vous ne tenez que quelques jours, déjà au moins vous l’aurez tenté et puis aussi ça sera toujours ça de pris pour la santé de votre bébé et la vôtre aussi. Je vous souhaite une belle réussite de tire-allaitement, et surtout beaucoup de plaisir dans cette nouvelle maternité, c’est ça l’important.

  7. Si j’ai la chance d’avoir un deuxième enfant un jour, c’est une option que j’envisage également pour pas mal de raison que tu évoques. Mais sans stress vraiment, si ça foire, c’est pas grave! Tess a été au biberon de lait artificiel et s’en porte très bien 😉 Et puis ça sera le tire-allaitement plutôt que l’allaitement car je ne me reconnais pas dans ce maternage ultra proximal et surtout, le papa veut sa place et nourrir le bébé. J’espère que tu nous feras un retour d’expérience en temps voulu 🙂
    Et j’adore Aliénor, très bon choix ^^

  8. je suis ton blog depuis quelques mois mais sans commenter. Pour louer un tire-lait va voir sur le site Grandir-Nature, ils louent des tire-lait au tarif de remboursement de la secu et ils ont tous moins de 2 ans (le mien était flambant neuf!), et tu peux tu procurer des packs d’accessoires supplémentaires. Et mon pour ton projet, je te tire mon chapeau, franchement je t’admire! Bonne fin de grosses et surtout un très bel accueil à cette petite nouvelle.

    1. Merci pour l’adresse du site. Effectivement si c’est tout neuf c’est bien pratique.
      Oh tu sais, pour le moment rien n’est encore fait, on verra bien si je vais tenir dans le temps (et si c’est possible compte tenu des dernières nouvelles).

  9. Superbes nouvelles pour Aliénor.
    Regarde par ici pour louer ton tire-lait. J’ai testé, le service est excellent et le matériel en très bon état (a priori moins sûr en pharmacie) : https://www.grandir-nature.com. Je suis persuadée que si tu es bien conseillée, tu réussiras ton aventure. Et comme tu le dis, si jamais tu passes plus tôt que prévu au lait artificiel, tant pis ! Tu auras essayé, aucun regret.

  10. Merci beaucoup pour les liens, je suis ravie d’avoir pu t’aider un peu ! J’imagine qu’en ce moment le tire-allaitement est le dernier de tes problèmes (désolée je n’arriva pas récupérer mon retard de commentaire depuis la fin des vacances… )
    En tout cas, je trouve que c’est un beau projet et une bonne façon de couper la poire en deux pour que ton enfant bénéficie tout de même de ton lait. Je pense sincèrement que c’est faisable et que seul le tire lait peut suffire pour faire venir la montée de lait (les mamans de grands prémas le font très souvent et elles ne sont mêmes pas dans des conditions optimales). En revanche, comme tu le sais déjà, moi j’ai trouvé ça assez contraignant et j’ai eu une sensation d’étouffement mais ce n’est que mon ressenti. Après, comme Marie, si tu as besoin d’en parler un peu plus je suis dispo, tu n’as qu’à demander 😉
    Pour le tire lait j’ai trouvé le symphonie contraignant car il ne se recharge pas, j’ai utilisé un Spectra à double pompage, petit et léger il fonctionne sur batterie (et a une super autonomie !).

    1. Ah un tire-lait qui fonctionne sur batterie c’est vraiment une bonne idée ça ! Je n’y avais même pas pensé à ce soucis de branchement du tire-lait quand on est ne vadrouille.
      Merci en tout cas pour ta proposition de conseils :). Si le projet est faisable(et je le saurais bientôt), je ne manquerais pas de t’envoyer un mail 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *