Grossesse

Toi et moi sur la corde raide

Aujourd’hui je devais vous parler de l’hypersensibilité d’Isaac. Mais hier tout a basculé. J’allais juste visiter la maternité. J’avais juste mal au ventre et je voulais en profiter pour vérifier que tout allait bien. Et après avoir vu l’interne, la senior, le professeur et le professeur spécialiste en échographie de l’utérus et du placenta, on nous a informé d’un air solennel que mon bébé et moi pouvions perdre la vie. Vous savez quoi, ça jette quand même un froid !

Commençons par le début de cette belle journée.

 

J’ai traîné mon bidon jusqu’à la maternité de Port Royal pour jouer ma touriste.

 

Depuis trois jours, j’avais mal à un point précis de ma cicatrice de césarienne.
Tu sais, ma cicatrice qui a été incapable de se refermer correctement
et qui ne présente plus que 2 mm à son point le plus faible
(bon sur 7 mm hein, il n’y a pas de quoi fouetter un canard à pattes).

 

Comme c’est étonnant, mon corps n’a pas réussi à fonctionner correctement …

 

 

Lorsque j’ai consulté ma première gynéco, pourtant spécialisée dans les grossesses à haut risques, je lui avais déjà parlé de ces douleurs. Elle m’a dit qu’il était impossible que ce soit la cicatrice qui me fasse mal car la grossesse était bien trop jeune pour avoir dilaté l’utérus à ce point là.

 

Et quid de l’isthmocèle (le petit nom de la jolie petite ouverture dans la cicatrice interne) ?
Bah on ne sait pas encore trop quoi en faire donc on laisse.
De toute manière, pendant des années on s’y est pas intéressés et tout se passait très bien.

 

J’ai donc rangé tout ça dans un coin de ma tête et je ne suis même pas sûre de l’avoir mentionné au Pr en charge du suivi de la grossesse lors de notre 1er RDV.

 

Retour aux urgences maternité.

Après qu’on m’eut oublié dans une salle de monitoring (où je n’avais d’ailleurs même pas de monitoring), on m’informe que ma glycémie est trop haute. Soit, je m’y attendais. L’insuline était ma meilleure copine à la fin de ma dernière grossesse. Maintenant je peux me piquer les yeux fermés avec seulement mon petit orteil.

L’interne qui me prend en charge me fait une échographie pour s’assurer que ma cicatrice va bien. Elle commence à froncer les sourcils.

 

Elle me dit voir un myome (nom jargon-médical-des-gens-qui-savent d’un fibrome)
de 6 cm sur 3 cm et qu’elle voit mon isthmocèle juste à côté.
Bien profond le machin.

Moi je vois surtout Aliénor en train de faire mumuse avec tout ça. Cool un ballon et juste à côté une cage de but. Cette petite va naître avec le talent de Lionel Messi je vous le dis !

Je vais juste demande confirmation à ma senior qu’elle me dit. Elle confirme les dires de son padawan. Mais ce serait bien tout de même de me faire faire quelques analyses sanguines pour s’assurer qu’il n’y a pas autre chose en plus. Elle me dit de préparer une valise, que ça risque de prendre du temps et qu’ils vont certainement me garder. Je râle dans ma barbe, comme si je n’avais que ça à faire ! J’ai trois marmots qui m’attendent sagement dans la chaumière moi !
En fait c’est là que toute cette histoire a commencé à avoir une haleine fétide.

 

 

 

 

Je pars manger et acheter un chargeur de téléphone. A 15h j’ai les crocs.  Les heures d’attente avaient vidées ma batterie comme il faut.

Lorsque je reviens on m’informe que la médecin senior me cherche partout. Mr G est tout frais débarqué avec ma jolie valise à roulettes. L’interne me demande de la suivre avec Mr dans une petite pièce. Le professeur va arriver.

 

Je demande en rigolant à la gentille interne si c’est grave.
Elle a l’air gênée.
On va en parler avec le Pr qu’elle me dit.

 

Gloups.
Là je rigole un peu moins.

 

Le professeur arrive. Je me fais gentiment enguirlander car j’ai oublié de mentionner dans mon dossier ce léger problème de cicatrice.
Vous avez une grenade dégoupillée dans le ventre là
On va en discuter entre nous et voir quelle serait la décision la plus prudente à prendre“.

Mais quelle décision ?
Interrompre la grossesse.
Oui bébé va très bien, mais si votre utérus rompt, vous pouvez y passer et bébé aussi.

L’accouchement serait au grand max à 36 SA, mais je doute qu’on arrive jusque là.
Vous allez tout de suite faire une échographie avec notre spécialiste maison des utérus et des placentas.
Lui il pourra nous dire ce qu’il en est.

 

Mes souvenirs sont assez flous. Je me souviens être tombée dans les bras de Mr G. Avoir maudit la terre entière, tapé très fort dans le fauteuil capitonné. Mr G est reparti chercher les enfants dans un piètre état. Je me souviens avoir rapidement déconnecté après le départ de Mr G. Le fameux écran bleu de windows.

 

Grosso modo mon état après l’annonce du professeur

 

Le Professeur spécialisé en échographie est venu me chercher.
Il a tout bien regardé et a été BEAUCOUP plus rassurant.

 

Oui la paroi est faible, mais non on ne risque pas la rupture utérine si on prend quelques précautions de base:
beaucoup de repos, pas de port de charges lourdes,
éviter tout ce qui peut causer des contractions,
césariser assez tôt, et bien sur contrôler régulièrement.

 

 

 

Mais si c’est la même équipe adorable qui me prend en charge, alors pas de soucis pour venir taper la causette autour d’un appareil d’écho le popotin à l’air.

 

Mon cas devait être “intéressant” et pas très commun car l’interne et la senior sont venues assister avec curiosité au spectacle avec mon utérus tout en haut à l’affiche.

Par contre, stupeur, on a perdu le soldat fibrome. Etait-il un fantôme venu de l’au-delà pour nous hanter ? L’échographiste référent a pourtant vu les autres clichés pris par l’interne et la senior et a bien confirmé qu’il était visible sur ceux-ci le fripon. L’hypothèse la plus probable étant que ma vessie était archi pleine lorsqu’il a été vu et qu’il se cachait donc bien le farceur.

 

Je suis repartie comme si cette journée avait été un mauvais rêve. C’était irréel. Je pense que ça le sera jusqu’au prochain RDV.

A ce jour, je ne sais pas si le Professeur qui suit la grossesse va suivre la voie de l’apaisement tracé par le Professeur échographiste. Mon cas doit être discuté en staff. Mais après ce contrôle rassurant par leur expert maison, il est hors de question que j’accepte l’IMG. Je revois le Professeur en charge du suivi de la grossesse le 15 janvier. Nous en rediscuterons à ce moment là très certainement.

 

J’attends avec impatience de savoir sur quel chemin on s’engage

 

Le même jour, le 15 donc, je prends un second avis à l’Hôpital Antoine Béclère.
La gynéco que j’ai consulté en premier lors de ma grossesse a travaillé jusqu’à très récemment là bas. Leur avis sera certainement beaucoup plus rassurant. Mais si on reste dans le pur “rhooo c’est rien, ça va” je pense que je serais quand même en stress. L’idée n’est pas non plus de prendre des risques inutiles. Je sais qu’il y’en a.

 

Peut être y’a t il juste milieu entre ces deux positions non ?

Bref, le brouillard est encore épais. Je me prépare à une naissance prématurée, à une hospitalisation en fin de grossesse. Clairement elle et moi on va devoir se battre
Mais se battre en restant les fesses vissées sur le canapé à me lancer
dans le binge-watching des émissions culinaires de
Gordon Ramsay sur Youtube, y’a plus dur

De plus, Aliénor est une battante.
Elle avait une chance sur un million de s’accrocher
Elle n’arrête pas de bouger, elle est en pleine forme
Elle part avec de gros avantages

 

 

Par contre, le tire-allaitement sera certainement impossible dans mon cas du fait de mon traitement. Les quantités qui passent dans le lait sont importantes et peuvent causer des problèmes chez les bébés prématurés. J’aurais besoin de plus de renseignements sur la question. A voir avec une conseillère en lactation mais ce sont les échos actuels de hôpital.

 

Même si je sais qu’ils ne passeront jamais par ici, je tiens à remercier toute l’équipe qui m’a prise en charge ce jour-là pour leur humanité, pour leur soutien moral, pour avoir tout fait pour que les examens soient réalisés très vite. Merci à l’infirmière qui m’a accueillie d’avoir pris de mes nouvelles alors qu’elle finissait sa garde. Merci à l’échographiste d’être resté après ses RDV. Merci à l’interne de m’avoir mis un drap sur les jambes sur de l’échographie endovaginale.

 

 

 

PS: cet article a été écrit uniquement ce matin. Il ne doit pas être des mieux tournés et je m’en excuse après de mes lecteurs.

33 Comments

  1. Pfouuu tension ! Heureusement qu’il y a des équipes médicales au top dans ce genre de cas. J’avais fait une semaine d’hôpital pour menace d’accouchement prématuré. J’étais en panique, mais la gynéco m’a rit au nez et m’a dit “bon on vous enverra un psychologue”… en y repensant c’était vraiment violent.
    Finir sa grossesse dans un canapé c’est pas fun mais c’est clairement moins pire que dans un lit d’hôpital.
    Vous allez y arriver toutes les deux.
    Et surtout keep cool! Le stress ça provoque des contractions…

  2. Coucou
    Pour avoir vécu un traumatisme assez costaud avec l’arrivée des deux minis, je confirme que d’avoir une équipe humaine à l’écoute fait un bien fou ! Nous c’est grâce à eux que nous n’avons pas sombrer…des bises de soutien et de reconfort
    PS:à titre très personnel, ce que tu dis m’intéresse car depuis ma césarienne j’ai toujours des douleurs en interne sur ma cicatrice, surtout en période de menstruation et on me dit que c’est dans ma tête, mais sans avoir fait de contrôle…

    1. N’hésites pas à prendre un autre avis. Les isthmocèles sont encore assez peu connus mais on sait soulager les douleurs et les désagréments. Ca peut aussi être des adhérences. Il y’a plein de causes possibles et donc plein de solutions.

  3. Mon dieu, quelle journée ! Je n’ose même pas m’imginer ce que tu as pu ressentir ! J’espère que les prochains discours seront aussi rassurants et qu’Aliénor et toi pourrez cohabiter jusqu’à un terme acceptable. Tout plein de courage.

    1. Il y’a encore plus d’incertitudes (mais pas dans le sens d’une IMG heureusement) en cette fin de semaine, mais je serai fixée jeudi prochain. Je posterai un billet à ce moment là. Mais quelle journée en effet !!

  4. C’est la première fois que je commente même si je te lis depuis un moment. Maman de jumelles, tes récits m’ont tout de suite beaucoup intéressée. Depuis l’annonce de ta grossesse, il m’arrive de penser à toi au cours de la journée en espérant que tout aille bien. C’est étrange comme des personnes peuvent vous toucher rien qu’avec leurs mots. J’espère de tout cœur que les prochaines nouvelles confirmeront le diagnostic rassurant. Vous semblez être toutes deux de vraies battantes.

    1. Merci,ton commentaire me touche vraiment beaucoup !! Il m’arrive aussi la journée de penser à une blogueuse qui a eu un début de grossesse difficile plein d’incertitudes.

      Nous avons eu encore des nouvelles possibles tuiles, mais on en saura plus jeudi prochain. Mais en tout cas rien d’aussi grave qu’une IMG.

  5. Proposer direct une interruption de grossesse, c’est pour le moins prématuré. Et t’arrêter ou t’hospitaliser, c’est pas préférable, avant d’en arriver à une telle extrémité ? Si c’est une grossesse à risque, ils te mettent en arrêt maladie et tu restes chez toi au calme, sans transport, sans courir, ça me paraît la base.
    En tout cas je pense fort à toi et j’attends avec impatience l’avis de Béclère. Je croise les doigts à m’en blanchir les jointures.

    1. En fait, je suis déjà en arrêt maladie depuis le début du 3e mois. Là je suis au repos complet. Effectivement une hospitalisation est possible et ce serait la base avant d’envisager une IMG. Quand j’y repense, je me dis que c’est complètement dingue ce genre d’annonces !! Et d’un manque d’humanité incroyable.

  6. Et bien dis donc ! Quelle sacrée journée ! Tant d’émotions, en si peu de temps !
    Heureusement que cette équipe a été bienveillante, ça a du vous être d’un soutien précieux !
    Repose toi bien en tous cas. Vous formez une sacrée équipe toutes les deux !!!!

    1. Merci :). En tout cas l’équipe est très humaine, je ne m’attendais pas à ça dans une maternité de niveau III qui fait 6 000 naissances par an.

    1. Malheureusement avec la perte de salaire due à l’arrêt maladie prolongé, ce sera impossible d’embaucher qui que ce soit. La CAF calcule les aides pour le ménage ou la garde d’enfants sur les revenus N-1 donc on devra payer plein pot. Donc on va devoir se débrouiller.

  7. Je comprends ton désarrois quand on t’a annoncé le risque d’intervention de grossesse… quelle horreur ! Je trouve cela anormal de te dire ça comme ça avant même la fin des examens. Comme tu le dis Cacahuète-Aliènor est une battante et même si vous rencontrez des difficultés vous y arriverez ! Et la question du tire allaitement me parait être secondaire, si tu peux tant mieux, sinon tant pis, le plus important c’est votre santé !

    1. Avec le recul je trouve ça totalement anormal aussi. Ce ne sont pas des techniciens qui travaillent avec des machines mais des médecins qui travaillent avec de l’humain.
      J’avoue que si en néonat elle doit être nourrie avec du LM et que ce n’est pas le mien alors que j’ai une montée de lait, ça me fait vraiment mal au coeur.

    1. Merci :). Je sais qu’elle viendra un peu avant, mais en tout cas nous y sommes préparés. Mais si elle peut venir le plus tard possible c’est très bien aussi !

  8. Argh quel suspense et quelle angoisse ! Aliénor est une battante et sa maman aussi, vous êtes entourées de pros, je suis certaine que vous allez réussir ! Prends soin de vous. Une grosse pensée aussi à Mr G et à tes garçons.

  9. Oh mince alors. J’espère que tout va bien aller pour vous deux, c’est pas facile. Je suis outrée de voir comment les soignants peuvent balancés sans état d’âme ce genre de propos envers une future maman. Je remarque que beaucoup de soignants n’ont pas de tacts envers les patients, ça devrait être enseigner en fac de médecine. Bon courage

    1. Effectivement, on manque clairement d’enseignements “relationnels” à la fac de médecine. Mais les études de médecine ont vocation à broyer les plus faibles, ce qui n’aide pas à renforcer les compétences humaines des médecins.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *